De nouvelles donnees sur Fycompa® (perampanel) ont ete presentees au Congres International sur l'Epilepsie (IEC)

HATFIELD, Angleterre, June 26, 2013 /PRNewswire/ --



De nouvelles données renforcent les preuves en faveur de l'utilisation de Fycompa dans le traitement des crises d'épilepsie partielles

11 abstracts et 2 communications orales ont été présentés au 30e Congrès international sur l'épilepsie (IEC) à Montréal au Canada, apportent de nouvelles informations sur le profil de tolérance, l'efficacité et l'impact sur la qualité de vie (QV) de Fycompa® (perampanel) médicament indiqué en association, et en prise unique quotidienne, dans la prise en charge des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire, forme la plus commune de la maladie. Fycompa® est indiqué chez les patients âgés de 12 ans et plus.

Une des deux communications orales a mis en avant le faible taux d'arrêt de traitement constaté avec le perampanel en traitement au long cours chez les patients qui pouvaient recevoir des doses plus élevées et l'autre a montré que la réduction de crises sous perampanel était améliorait de façon significative la qualité de vie des patients, même après un ajustement de la posologie pour les effets indésirables dus au médicament.[1],[2]

La première communication orale a présenté les taux de rétention à long terme et les raisons d'arrêt du traitement, évalués sur plus de 1 000 patients ayant participé à des essais de phase III et qui avaient reçu du perampanel en traitement adjuvant pendant plus de 24 semaines.[1]Les résultats ont montré que les taux d'arrêt avaient diminué avec le temps, passant de 7,9 % sur 24 - 36 semaines à 2 % à 72 semaines et ces résultats étaient corrélés à une diminution des taux d'arrêt en raison d' effets indésirables (EI) passant 2,6 % à 24-36 semaines à 0,8 % à 72 semaines. Parmi les patients ayant arrêté le traitement après 24 semaines, les raisons les plus communes étaient le choix du patient, des effets thérapeutiques inadéquats et des effets indésirables (EI). Les chercheurs en ont conclu que les raisons d'arrêt ou de poursuite du traitement étaient liées au fait que les patients qui pouvaient supporter des doses plus élevées tendaient à y rester, alors que ceux qui ne les toléraient pas avaient tendance à abandonner plus tôt et à des doses plus faibles.

Dans la deuxième communication orale, les données de phase III relevées sur près de 1 000 patients souffrant de crises d'épilepsie partielles réfractaires ont été évaluées pour déterminer les effets de la réduction des crises et les EI dus au traitement sur la qualité de vie dans son ensemble. L'instrument d'évaluation de la qualité de vie avec l'épilepsie (QOLIE) a été utilisé pour montrer les changements dans ce domaine au fil du temps. Les résultats ont montré que la diminution des crises améliorait de façon significative la qualité de la vie et diminuait la détresse des patients épileptiques, même après un ajustement pour les effets indésirables.

Etude 307 - Données additionnelles d'une étude d'extension en ouvert

Au cours de l'IEC, les données sur la sécurité d'emploi et l'efficacité obtenus à partir d'une étude d'extension de 10 mois de l'étude 307 ont été présentées. Il s'agissait d'un suivi en ouvert sur un sous-groupe de sujets ayant achevé l'un de trois essais cliniques de phase III en double aveugle du perampanel dans les crises partielles réfractaires chez des patients âgés de 12 ans et plus.[3],[4]

Les résultats concernant l'apparition des crises chez 1 090 patients, par intervalles de 13 semaines, dans quatre sous-groupes de patients (traités par perampanel pendant 6, 9, 12 et 24 mois) ont été analysés.[3]Dans la plupart des cas, avec le perampanel, l'amélioration des crises s'est ressentie au cours des 26 premières semaines de traitement, au fur et à mesure que les doses étaient augmentées. Le taux de réponse (TR) était de 32 - 35 % aux semaines 1-13 et de 42 - 48 % aux semaines 14-26. Ensuite, l'apparition des crises est restée stable: Le TR allait de 52 % aux semaines 27-39 à 58 % aux semaines 92-104. Les configurations observées ont été les mêmes lors des crises secondairement généralisées et les chercheurs en ont conclu que, sous perampanel, l'apparition de crises se stabilisait avec le temps jusqu'à deux ans de traitement.

Les données relatives à la tolérance et à la sécurité d'emploi du perampanel obtenues avec l'étude 307[4] ont étendu celles déjà publiées sur le long terme,[5] avec une autre extension en ouvert de 10 mois. Il est important de noter qu'aucun nouveau signal mettant en cause la sécurité d'emploi du médicament n'a été identifié dans cette étude étendue qui a inclus une analyse de 7 260 patients-mois de traitement.

« L'étude 307 est un essai à long terme sur des patients ayant fait partie de trois essais pivots et fournit des données importantes sur la tolérance et l'efficacité à long terme du perampanel » a déclaré le Dr. Gregory Krauss, service de Neurologie, Johns Hopkins University, Baltimore, MD, États-Unis.

Efficacité du perampanel et l'âge

Une nouvelle étude post hoc présentée lors de l'IEC tendait à vérifier si l'âge auquel l'épilepsie avait été diagnostiquée jouait un rôle sur l'efficacité du perampanel, étant donné que le risque de développer des crises non provoquées diffère durant l'enfance par rapport à l'âge adulte.[6] Une analyse groupée d'essais de phase III sur le perampanel a été effectuée avec des données provenant de près de 1 500 patients âgés de 12 ans et plus. Les résultats ont montré que, malgré les différences des caractéristiques des patients à l'inclusion, l'efficacité une dose quotidienne de 4 -12 mg de perampanel n'était pas liée à l'âge.  

« Les nouvelles données présentées lors de l'IEC représentent une information supplémentaire sur l'efficacité et la sécurité d'emploi du perampanel. Ces données ont été obtenues à partir du programme de développement clinique du médicament et elles aideront les médecins dans leur prise de décisions de traitement pour les patients souffrant de crises partielles réfractaires, » a fait remarquer David Squillacote, Eisai Global Medical Affairs, Woodcliff Lake, États-Unis.

Découvert et développé par Eisai, le perampanel est le premier et unique antiépileptique (AE) autorisé en Europe à cibler de manière sélective les récepteurs AMPA, qui jouent vraisemblablement un rôle majeur dans l'apparition et le développement des crises d'épilepsie.[7] Ce traitement phare de sa catégorie cible de manière sélective la transmission des crises en bloquant les effets du glutamate, qui peut déclencher et faire durer les crises. Par ailleurs, le perampanel présente l'intérêt supplémentaire d'être pratique à utiliser grâce à une administration unique quotidienne, d'un seul comprimé le soir au coucher ;[8] il s'agit également du seul antiépileptique de troisième génération à être autorisé chez les enfants et adolescents (à partir de 12 ans) depuis sa mise sur le marché, ce qui peut permettre de contrôler les crises de manière précoce chez les patients les plus jeunes.  

Remarques aux Editeurs

A propos du perampanel

Le perampanel (Fycompa®) est indiqué dans l'Union européenne et en Suisse en tant que traitement d'association pour les patients âgés de 12 ans ou plus souffrant de crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire.[8]

Le perampanel est un antagoniste non compétitif et hautement sélectif des récepteurs au glutamate de type AMPA (alpha-amino-3-hydroxy-5-méthyl-4-acide isoxazolepropionique) qui a démontré une réduction significative des crises dans les essais cliniques de phase II et III. Le glutamate est le principal neurotransmetteur excitateur du cerveau et les récepteurs AMPA en sont une des médiations neuro-transmettrices principales. Ces récepteurs AMPA semblent jouer un rôle dans les maladies du système nerveux central caractérisées par des signaux de neuro-excitation excessive, comme l'épilepsie, les troubles neurodégénératifs, les troubles moteurs, la douleur et les troubles psychiatriques.[1]

Des informations supplémentaires à l'attention des professionnels de la santé sont disponibles sur http://www.Eisai.com

A propos de l'épilepsie

L'épilepsie est l'une des maladies neurologiques les plus fréquentes dans le monde. En Europe, elle touche environ une personne sur 100, et on estime à 50 millions le nombre de personnes souffrant d'épilepsie dans le monde.[9],[10] L'épilepsie est une maladie chronique qui peut toucher des personnes de tous âges. L'épilepsie se caractérise par des décharges électriques cérébrales anormales produites par les neurones qui provoquent les crises épileptiques. Les crises sont variables en termes de gravité: de simples moments d'absence ou d'instabilité musculaire à des convulsions graves et prolongées. Suivant leur type, les crises d'épilepsie peuvent se limiter à une partie du cerveau (épilepsie partielle ou focale) ou peuvent être généralisées à l'ensemble du cerveau. Les crises peuvent également varier en termes de fréquence; de moins d'une par an à plusieurs par jour. L'épilepsie est une maladie dont les causes possibles sont nombreuses et souvent inconnues.

EISAI Europe et l'épilepsie

EISAI se consacre au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements hautement bénéfiques pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques. C'est pourquoi le développement de médicaments antiépileptiques représente un défi de première importance pour EISAI en Europe, au Moyen Orient et en Afrique, en Russie et en Océanie (EMEA) .

Dans la région EMEA, EISAI a déjà mis à disposition les quatre médicaments suivants :

  • Zonegran® (zonisamide) indiqué en monothérapie et en association chez les adultes présentant des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire (sous licence Dainippon Sumitomo Pharma).
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) indiqué chez l'adulte en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire (Zebinix est commercialisé sous licence BIAL). Zebinix n'est pas homologué par Swissmedic.
  • Inovelon® (rufinamide) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut chez les patients âgés de 4 ans et plus. Inovelon a un statut de médicament orphelin.
  • Fycompa® (perampanel) indiqué en association, dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les patients épileptiques âgés de 12 ans et plus.

À propos d'EISAI

Eisai est un des plus grands groupes pharmaceutiques de recherche et développement au monde, dont la mission consiste à « penser en premier lieu aux patients et à leurs familles afin d'apporter des solutions aux problématiques de santé tant pour les patients que pour leur entourage»; c'est ce que résument les lettres hhc (human health care).

Eisai concentre son activité de recherche sur trois secteurs clés:

  • les neurosciences, domaine comprenant la maladie d'Alzheimer, la sclérose en plaques, les douleurs neuropathiques, l'épilepsie, la dépression,
  • l'oncologie, domaine comprenant le traitement des cancers, par des traitements anticancéreux, et des traitements de soins de support: soulagement de la douleur et traitements des nausées associés aux traitements anticancéreux,
  • les pathologies vasculaires / immunologiques, domaine comprenant la thrombocytopénie athéroscléreuse, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis et la maladie intestinale inflammatoire.

Basé aux États-Unis, en Asie, en Europe et au Japon, Eisai emploie plus de 10 000 personnes dans le monde. A partir de son centre de Hatfield au Royaume-Uni, Eisai a récemment étendu ses activités à l'Europe, au Moyen-Orient et à l'Afrique (EMEA). Eisai EMEA est présent sur plus de 20 territoires, notamment le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Suisse, la Suède, l'Irlande, l'Autriche, le Danemark, la Finlande, la Norvège, le Portugal, la République Tchèque, la Slovaquie, les Pays-Bas, la Belgique et le Moyen-Orient.


Pour de plus amples renseignements, consulter le site Internet Eisai http://www.eisai.co.uk

Références

1. Zhu J et al. Long-term discontinuation rates in an extension study of the AMPA receptor antagonist perampanel as an adjunctive treatment for refractory partial seizures IEC abstract # 1037

2. Simons WR, Gilliam F. Effects of Treatment Response and Side Effects on overall Quality of Life and Distress. IEC abstract # 627

3. Ben-Menachem et al. Long-term seizure outcomes with perampanel in refractory partial-onset seizures and secondarily generalized partial seizures: 10-months additional data from extension study 307 following Phase III clinical trials. IEC abstract # 1330

4. Clément J-F et al. Long-term safety of perampanel: Additional 10 months of data from study 307, an extension of three randomized, placebo-controlled, double-blind, Phase III trials of perampanel in partial-onset seizures in patients aged 12 years and above. IEC abstract # 1161

5. Krauss GL et al. Epilepsia, ePub August 2012

6. Squillacote D et al. Le pérempanel en traitement adjuvant en une prise quotidienne réduit la fréquence des crises et améliore la réponse des patients souffrant de cris d'épilepsie partielles incontrôlées, ce quel que soit l'âge auquel la maladie a été diagnostiquée : des analyses rassemblées de trois essais de phase III. Extrait de l'IEC #1036

7. Rogawski MA. Epilepsy Currents 2011;11:56-63

8. Fycompa Summary of Product Characteristics. 2012

9 Epilepsy in the WHO European Region: Fostering Epilepsy Care in Europe. http://www.ibe-epilepsy.org/downloads/EURO%20Report%20160510.pdf [http://www.ibe-epilepsy.org/downloads/EURO Report 160510.pdf ] [Accessed 10 April 2012].

10 Pugliatti M, et al. Epilepsia 2007: 48(12) 2224 - 2233.

 

Job code: perampanel-UK2129c

Date of preparation: June 2013


SOURCE Eisai Europe Limited




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.