52% des entrepreneurs belges interrogés dans le cadre de l'enquête menée par Atradius ne s'attendent pas à la fin de la crise économique avant 2011

25 Novembre, 2009, 12:06 GMT de Atradius N.V.

AMSTERDAM, November 25 /PRNewswire/ --

- La récession a un impact sur le cash flow

38% des personnes interrogées lors d'une enquête d'Atradius, concernant l'impact de la récession sur les affaires,menée dans 20 pays, pensent que la crise économique se terminera au premier semestre 2010, les entrepreneurs belges sont quand à eux plus pessimistes. 45% des personnes interrogées au niveau international anticipent un rebond de l'activité économique au cours de la même période. Les réponses sont assez cohérentes, voire légèrement plus prudentes, que les estimations du FMI qui voit la fin de la récession se profiler début 2010. Malgré cet optimisme, de sérieuses préoccupations subsistent quant aux faillites d'entreprises, surtout dans les secteurs en difficulté et dans le domaine des services financiers.

L'enquête d'Atradius avait pour but de connaître l'avis de 3 500 patrons et dirigeants d'entreprises d'Europe, d'Amérique du Nord, d'Asie et d'Australie sur divers indicateurs économiques, leurs prévisions sur les faillites, la valeur des mesures gouvernementales de relance économique, les changements dans leur utilisation des divers instruments d'atténuation des risques et l'impact de divers facteurs sur le cash flow pendant la crise économique.

L'impact des tentatives gouvernementales de relance de l'économie est généralement considéré comme limité dans la plupart des pays. Dans 17 des 20 pays étudiés, plus de 40% des personnes interrogées déclarent que les initiatives du gouvernement visant à stimuler l'économie n'ont aucun effet, parmi ces 40%, 62% des entrepreneurs belges interrogés déclarent ne pas avoir ressenti l'impact de ces initiatives. Plus de 10% des personnes interrogées dans la moitié des pays n'ont même pas remarqué que le gouvernement avait pris des mesures. Ce que les personnes interrogées attendent le plus de la part de leur gouvernement, c'est davantage de diminutions d'impôts ou d'incitations fiscales et une réduction des taux d'intérêt.

En général, les personnes interrogées s'attendent à ce que leur cash flow soit malmené pendant la récession. Toutefois, si on examine cette question dans ses relations avec les facteurs spécifiques, il y a exactement autant de facteurs ayant produit une augmentation du cash flow que de facteurs ayant entraîné sa diminution. Les facteurs qui ont le plus fréquemment induit une baisse du cash flow sont l'accès au financement, la disponibilité de crédit offert par les fournisseurs et le nombre de clients. En revanche, les changements ayant affecté des facteurs tels que les ventes au comptant, le temps que les clients mettent à payer les factures et la disponibilité de l'assurance-crédit se sont traduits par une augmentation du cash flow.

En moyenne, on observe dans la plupart des pays étudiés que la tendance à recourir aux instruments d'atténuation des risques est davantage à la hausse qu'à la baisse. Ceci est avéré pour l'utilisation d'assurance-crédit, et non pour les formes de limitation de risques non liées au crédit. On observe, notamment, que plus de 50% des personnes interrogées, globalement, ont renforcé la fréquence à laquelle ils contrôlent la solvabilité de leurs acheteurs.

En outre, les entreprises accordent une plus grande attention aux questions de ventes et de coûts. Trouver de nouveaux marchés ou canaux de ventes pour les produits et améliorer le service au client ont été des éléments essentiels de la continuité des activités, de même que l'obtention d'un accès au financement et la révision des niveaux des effectifs.

Isidoro Unda, CEO d'Atradius N.V., a déclaré: "La récession a eu un impact considérable sur la manière dont de nombreuses entreprises font des affaires. Ces résultats montrent que les entreprises accordent davantage d'attention à la gestion des risques commerciaux. Il s'ensuit que, dans de nombreux cas, elles ont pu améliorer leurs performances. Malgré cet aspect positif, le sentiment des personnes interrogées à court terme reste prudent et généralement pessimiste, notamment en ce qui concerne les faillites d'entreprises. En tant qu'important assureur-crédit, actif dans plus de 40 pays dans le monde, ces observations correspondent assez bien à ce que nous constatons dans le cadre de nos activités quotidiennes."

La version intégrale de l'Atradius Economic Crisis Survey Report (Rapport de l'enquête d'Atradius sur la crise économique) peut être téléchargée à l'adresse: http://www.atradius.be.

À propos d'Atradius:

Présent dans 42 pays, le groupe Atradius est un des leaders mondiaux de l'assurance-crédit et du recouvrement de créances. Le total des revenus de la société avoisine 1,8 milliard d'EUR et sa part du marché mondial de l'assurance-crédit est de 31%. Les solutions qu'il propose aux entreprises ont pour objectif de réduire l'exposition de ses clients aux risques d'impayés de la part de leurs acheteurs liés à la vente de produits et de services. Grâce à son réseau de 160 succursales, Atradius a accès à des informations commerciales sur 52 millions de sociétés dans le monde et prend plus de 22.000 décisions de limites de crédit par jour.

LA

SOURCE Atradius N.V.