À la veille des élections en Azerbaïdjan, un éminent homme politique italien appelle l'Europe à « contribuer positivement » au processus

16 Septembre, 2015, 12:42 BST de Azerbaijan Monitor

ROME, September 16, 2015 /PRNewswire/ --

Un éminent homme politique italien s'exprimant sur les questions européennes affirme que les prochaines élections en Azerbaïdjan sont l'occasion pour les institutions européennes de montrer qu'elle n'applique pas deux poids deux mesures dans le traitement qu'elles réservent au pays et de « contribuer positivement au processus électoral ».

Cinq millions d'Azéris sont appelés à voter à l'occasion des élections législatives du 1[er  ]novembre, mais Luca Volontè, président du groupe Parti populaire européen à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, soutient que les institutions et médias européens ignorent que des milliers d'Azéris sont actuellement privés de leurs droits démocratiques dans le Haut-Karabagh occupé par l'Arménie et dans les territoires avoisinants.

Il a même déclaré qu'un représentant officiel du Conseil de l'Europe, Bob Walter, s'est vu refuser l'accès aux territoires occupés, mais que force est malheureusement de constater qu'« on n'en dit pas un mot en Europe ».

Les observateurs présents pour les élections ne pourront pas non plus se rendre dans les territoires occupés par l'Arménie, ce que M. Volontè considère comme une nouvelle occasion manquée.

Il craint en outre qu'à la suite de l'emprisonnement de la journaliste Khadija Ismayilova en début de mois, les médias ne fassent l'amalgame entre affaires judiciaires et élections.

« Malheureusement, les récentes controverses suscitées par les médias occidentaux témoignent de l'existence de deux poids deux mesures et il est fort possible que des jugements partiaux soient formulés lors des élections en Azerbaïdjan », a-t-il souligné.

M. Volontè, qui s'exprime volontiers sur les questions familiales et de justice sociale, pense que certains des observateurs officiels arriveront à Bakou avec un avis préconçu sur le scrutin alors même que les observateurs du Parlement européen et de l'APCE avaient jugé les élections présidentielles de 2013 « libres, régulières et transparentes ».

« On peut raisonnablement craindre que certaines sphères internationales ne tentent de discréditer les prochaines élections libres et démocratiques en Azerbaïdjan avant même qu'elles n'aient lieu », a-t-il ajouté.

« En agissant de la sorte, l'Europe et les organismes internationaux passent à côté d'une fabuleuse occasion de contribuer positivement au processus électoral et aux réformes en Azerbaïdjan. »

Compte tenu de la rhétorique européenne contre Bakou et des récents articles publiés par les médias, M. Volontè a estimé que, l'un dans l'autre, « les préjugés des pays occidentaux à l'encontre des institutions azéries ne feront qu'une seule victime : la crédibilité de l'Europe ».

L'Azerbaïdjan a donné l'assurance aux observateurs de l'APCE que le pays organisera de nouveau des élections « libres, régulières et transparentes » et demande aux médias qui seront présents de couvrir l'évènement avec impartialité.

LA

SOURCE Azerbaijan Monitor