Africa Harvest reçoit une subvention dans le cadre des << Grands défis de la santé mondiale >> afin d'améliorer l'état sanitaire de l'Afrique en introduisant tous les nutriments nécessaires dans le sorgho

04 Juillet, 2005, 06:00 BST de Africa Harvest

NAIROBI, Kenya, July 4 /PRNewswire/ --

- Projet de 16,9 millions de dollars américains d'une durée de 5 ans pour mettre au point un sorgho plus nutritif et facilement digestible avec une teneur accrue en provitamines A et E, en fer, zinc, acides aminés essentiels et un prototype de protéine contenant plus de lysine

Le plus grand organisme sans but lucratif à vocation agricole et scientifique en Afrique, à savoir Africa Harvest Biotech Foundation International (Africa Harvest), dirige un consortium de neuf membres qui vient de se voir attribuer une subvention de 16,9 millions de dollars américains dans le cadre des << Grands défis de la santé mondiale >> que finance la fondation Bill & Melinda Gates. Ce consortium porte le nom de << projet pour un sorgho africain biofortifié >>.

<< Cette subvention représente une évolution majeure dans la recherche agricole en Afrique >>, a affirmé le Dr. Florence Wambugu, Directrice générale de la fondation Africa Harvest. << Il est agréable de constater que ce projet a été proposé par des scientifiques africains pour le continent africain. >>

Le consortium développera une nouvelle variété de sorgho destinée à plus de 300 millions d'habitants des zones arides de l'Afrique, qui pourront compter sur cette graminée comme source alimentaire principale. Le sorgho est une des rares plantes qui poussent bien en climat aride, mais il ne contient pas les nutriments les plus essentiels et il est peu digeste lorsqu'il est cuit.

Le projet cherche à développer une variété de sorgho plus nutritive et plus digeste avec une teneur accrue en provitamine A, vitamine E, fer, zinc, acides aminés et en protéine. Un prototype contenant un taux plus élevé de l'acide aminé lysine et de protéine a déjà été mis au point avec succès.

Cet organisme africain agit en partenariat avec des équipes scientifiques de la société agricole Pioneer Hi-Bred International, une filiale du groupe DuPont,et avec le Conseil pour la recherche scientifique et industrielle en Afrique du Sud. D'autres membres de ce consortium sont le FARA (Forum pour la recherche agricole en Afrique), l'AATF(Fondation africaine pour les technologies agricoles), l'ICRISAT (Institut de recherche international sur les cultures des zones tropicales semi-arides) et les universités de Pretoria (Afrique du Sud) et de Missouri-Columbia (États-Unis d'Amérique).

<< Dans le passé, on nous disait qu'il n'existait aucune capacité scientifique ou infrastructurelle en Afrique. Cela signifiait que les travaux de recherche portant sur l'Afrique étaient fréquemment menés à l'extérieur du continent africain ou avec une participation minime de scientifiques africains >>, a expliqué le Dr Wambugu. << Lorsque nous avons élaboré ce projet, nous sommes partis du principe que l'Afrique détenait une capacité scientifique, à la fois humaine et infrastructurelle, mais qu'elle était limitée en vue des objectifs à atteindre. Nous sommes donc partis à la recherche d'organismes réellement intéressés à aider l'Afrique et nous leur avons demandé de travailler avec nous. >>

Le consortium comprend neuf membres dont sept sont Africains. << Par ailleurs, 80 % de la subvention seront dépensés en Afrique >>, a précisé le Dr. Wambugu. << Et même les 20 % restants, dépensés en dehors du continent africain, serviront principalement à renforcer la capacité africaine. >>

<< Notre consortium ne recherche pas des solutions à court terme, nous exploitons les meilleurs cerveaux et les meilleures technologies disponibles en Afrique et dans le monde pour lutter contre la malnutrition qui est un problème sanitaire majeur en Afrique >>, a déclaré le Dr. Wambugu.

<< Au nom du peuple africain, nous exprimons notre gratitude envers cette initiative. Nous savons qu'à l'heure actuelle, moins de 10 % des subventions accordées à la recherche dans le domaine de la santé concernent les maladies qui représentent 90 % de la charge de la lutte contre les maladies dans le monde. Grâce à cette subvention, nous allons pouvons avoir une vision nouvelle de l'Afrique et des pays en voie de développement. >>

À propos d'Africa Harvest

Africa Harvest Biotechnology Foundation International (Africa Harvest) est une fondation à but non lucratif enregistrée aux États-Unis. Son siège social est établi à Nairobi au Kenya et la fondation dispose de bureaux régionaux à Johannesburg en Afrique du Sud et à Washington D.C. aux Etats-Unis.

La mission de la fondation Africa Harvest consiste à promouvoir l'utilisation des sciences et technologies, y compris les biotechnologies, pour combattre la faim, la malnutrition et la pauvreté en Afrique en augmentant les rendements agricoles et les revenus.

La science est importante, mais elle n'est pas tout. Le développement agricole de l'Afrique doit être envisagé de manière holistique afin que les solutions technologiques soient soutenues par des politiques et institutions adéquates. Africa Harvest pense que les biotechnologies ne sont pas la panacée pour relever les défis agricoles de l'Afrique, mais elles peuvent servir de catalyseur pour opérer les indispensables changements en agriculture et dans de nombreux autres secteurs.

Pour de plus amples renseignements, visitez notre site à l'adresse : http://www.ahbfi.org

    
    Contact:
    Daniel Kamanga, Directeur de la communication chez Africa Harvest
    International : +27-82-787-4799
    E-mail : dkamanga@supersorghum.org

Site Internet : http://www.ahbfi.org

LA

SOURCE Africa Harvest