AIR MEURTRIER : Berkeley Earth publie une étude sur la pollution de l'air en Chine

13 Août , 2015, 23:54 BST de Berkeley Earth

BERKELEY, Californie, le 13 août 2015 /PRNewswire/ -- Berkeley Earth a publié aujourd'hui un article révélant que la pollution de l'air était à l'origine du décès de 4 000 personnes en moyenne chaque jour en Chine, soit 17 % de l'ensemble des décès en Chine. Pour 38 % de la population, l'air moyen qu'ils respirent est qualifié de « malsain » selon les normes américaines. Grâce à des données sans précédent, les sources de pollution de toute la Chine sont cartographiées directement à partir de mesures prises sur le terrain.

Photo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20150812/257983-INFO

La pollution la plus nocive réside dans les PM 2,5, à savoir des particules de matières d'une taille ne dépassant pas les 2,5 microns. Ces particules pénètrent en profondeur dans les poumons et provoquent crises cardiaques, attaques, cancers du poumon et asthme. « Pékin ne constitue qu'une source modérée de PM 2,5, la pollution touchant la ville provenant principalement de zones industrielles éloignées, notamment Shijiazhuang, située 200 miles au sud ouest, » a déclaré Robert Rohde, co-auteur de l'article. Dans la mesure où ces sources de pollution ne sont pas locales, l'atténuation de la pollution en vue des Jeux Olympiques de 2022 pourrait bien se révéler difficile.

L'article apparaît dans la revue spécialisée PLOS ONE. Berkeley Earth a analysé les mesures collectées au cours de chaque heure dans 1 500 stations terrestres, pendant une période de 4 mois. Dans la mesure où les sources de PM 2,5 s'inscrivent en correspondance avec les sources de souffre, ceci implique que la majeure partie de la pollution provient du charbon.  À travers le monde, la pollution de l'air tue environ trois millions de personnes chaque année – soit plus que le VIH, le paludisme, le diabète ou la tuberculose.

« La pollution de l'air constitue la plus grave catastrophe environnementale du monde d'aujourd'hui, » a déclaré Richard Muller, directeur scientifique de Berkeley Earth, co-auteur de l'article. « La dernière fois que je me suis rendu à Pékin, la pollution atteignait un niveau dangereux ; chaque heure passée au milieu de cette pollution réduisait de 20 minutes mon espérance de vie. C'est comme si chaque homme, femme et enfant fumait 1,5 cigarette au cours de chaque heure, » a-t-il expliqué.

Elizabeth Muller, directrice exécutive de Berkeley Earth, a déclaré : « Il est troublant de constater qu'alors que la pollution de l'air entraîne la mort d'un si grand nombre de personnes, elle ne figure pas sur le radar des organisations environnementales majeures des États-Unis ou d'Europe. » Pour Mme Muller, les solutions à ce problème pourraient inclure une plus grande utilisation d'épurateurs, une augmentation de l'efficience énergétique, ainsi qu'une transition du charbon vers le gaz naturel, l'énergie nucléaire et les énergies renouvelables. « Beaucoup de ces mêmes solutions de réduction de la pollution de l'air permettront simultanément d'atténuer la contribution de la Chine au réchauffement planétaire. Nous sommes en mesure de sauver des vies aujourd'hui et demain. »

Berkeley Earth entend étendre sa couverture géographique afin d'y inclure une plus grande partie de l'Asie, des États-Unis et de l'Europe, et de pouvoir étudier l'évolution des sources de pollution de l'air au fil du temps.

Pour obtenir les images téléchargeables qui accompagnent ce communiqué de presse, l'article scientifique, ou pour visionner la vidéo de cartographie de la pollution de l'air au cours du temps, rendez-vous sur : http://berkeleyearth.org/air-pollution-overview/.

Pour en savoir plus ou pour organiser une entrevue, veuillez contacter Elizabeth Muller : liz@berkeleyearth.org ; (+1) 510-517-9936.

LA

SOURCE Berkeley Earth



Liens connexes

http://www.berkeleyearth.org