Ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi réagit à la déclaration du gouvernement national de la République démocratique du Congo sur la nécessité de retarder les élections nationales

02 Novembre, 2015, 00:47 GMT de Gov Katumbi

WASHINGTON, 2 novembre 2015 /PRNewswire/ -- Plus tôt aujourd'hui, un article provenant de Lubumbashi en République démocratique du Congo (RDC) a signalé un porte-parole pour le président Kabila de la RDC affirmant que les élections nationales prévues pour l'automne 2016 devraient être retardées de « 2 à 4 ans ».  Le président Joseph Kabila est constitutionnellement limité à deux mandats, dont le deuxième prend fin l'année prochaine.  Cela semble être une tentative du président Kabila pour rester au pouvoir.

L'ancien gouverneur Moïse Katumbi a fait la déclaration suivante à partir de l'Algérie peu après que son équipe de football, TP Mazembe, ait joué dans le premier match de la finale de la Ligue des Champions de la CAF. Un match que son équipe a gagné 2-1.

Le message de paix du gouverneur Katumbi est en réaction à des actes d'intimidation et un faux coup d'État que le président Kabila aurait tenté de fabriquer de toutes pièces, puis mettre sur le dos de son opposition politique (notamment M. Katumbi).

Vous trouverez ci-dessous la déclaration enregistrée de Moïse Katumbi en réponse au reportage que le parti au pouvoir demande un report de l'élection nationale :

« L'appel de la coalition au pouvoir de retarder les élections nationales est troublant mais malheureusement n'est pas étonnant.  Le peuple de la République démocratique du Congo a parlé par le biais de leur Constitution qu'ils ne veulent pas un président à vie – et qu'ils veulent les présidents limités à pas plus de deux mandats de cinq ans.  Par surcroît, le peuple congolais veut des élections régulières, libres, honnêtes et transparentes - et qui devrait commencer par une élection nationale à l'automne 2016. 

« Aussi frustrant que cette dernière annonce de la part du gouvernement peut être au peuple congolais - et pour moi personnellement - je persiste à croire que la seule et meilleure manière de partager notre mécontentement est par le biais de moyens pacifiques et non violents.  Je n'ai jamais cru à la violence comme moyen de résoudre les différences dans une société civile et je déplore son utilisation.  Si d'autres personnes choisissent de protester, je leur demande de le faire pacifiquement -- pour leur sécurité et la force de notre pays.  Afin que la démocratie puisse s'épanouir en RDC, nous devons démontrer à nous-mêmes et le monde que nous sommes en mesure de parvenir à une transition pacifique et légale du pouvoir ».

LA

SOURCE Gov Katumbi