Barbara Principe, héritière des grands magasins Wertheim se rend à Berlin avec ses petits-fils après leur dernière victoire légale contre KarstadtQuelle: << Nous y resterons aussi longtemps qu'il faudra, jusqu'à l'aboutissment de cette affaire >>.

18 Septembre, 2006, 20:51 BST de Osen & Associate, LLC

BERLIN, September 18 /PRNewswire/ --

- Lors d'une conférence de presse à Berlin, Roman Haller, directeur européen de Jewish Claims Conference (JCC), et deux importants commentateurs allemands ont parlé des implications qu'aurait la décision de KarstadtQuelle de repousser la résolution de son litige sur les terres confisquées par les nazis << jusqu'à la limite du possible >>.

- Les dommages et intérêts à payer par KarstadtQuelle pourraient dépasser les 600 millions

Barbara Principe, héritière des grands magasins Wertheim, accompagnée de ses petits-fils ainsi que de plusieurs éminentes personnalités allemandes, a donné une conférence de presse ce matin pour parler du nouvel épisode de la longue lutte des héritiers de Wertheim contre KarstadtQuelle A.G. (KARG.DE) à propos des propriétés de Wertheim au centre de Berlin qui avaient été confisquées sous les nazis.

La conférence de presse a eu lieu dans le luxueux Hôtel Ritz Carlton situé à l'entrée du Beisheim Center, près de Potsdamer Platz. C'est cet endroit qui est au centre du conflit actuel. A la fin du mois d'août dernier, l'Autorité Fédérale Allemande de Restitution (BADV) a fait connaître sa décision de rejeter la demande de KarstadtQuelle AG qui refuse de retourner deux hectares et demi au centre de Berlin que la société avait vendu au milliardaire Otto Beisheim en 2000 pour 145 millions d'euros (183 million de dollars U.S.). Depuis, à cet endroit, on a construit--à un coût de 450 millions d'euros (569 dollars million de U.S.)--le Beisheim Center, dont font partie l'hôtel Ritz Carlton de Berlin, un Hôtel Marriott près de là et des appartements et bureaux de luxe.

La décision du BADV est dans la ligne de la décision prise l'an dernier par la Cour de justice allemande la plus élevée qui a confirmé que c'est à la Jewish Claims Conference et non à KarstadtQuelle que revenait légalement ce qui reste de la fortune des Wertheim, y compris les vastes propriétés foncières que possédait cette famille. Ce qui n'a pas encore été décidé par l'Autorité de restitution c'est si ce sont les terres mêmes sur lesquelles a été construit le Beisheim Center qui seront légalement transférées à la Jewish Claims Conference.

Contrairement à ce qu'il avait affirmé auparavant, KarstadtQuelle s'est dit décidé à faire tous les appels possibles dans l'affaire actuelle, estimant que la procédure pourrait << durer cinq ans >> et que la société se battrait << jusqu'au bout >>. Dans cette dispute qui dure depuis 15 ans, KarstadtQuelle a perdu tous les procès ayant trait à ces propriétés devant les tribunaux allemands, y compris les terres sur lesquelles était construit le magasin Wertheim à l'origine de cette chaîne de grands magasins.

KarstadtQuelle affirme également qu'il n'a mis de côté aucune réserve pour régler le litige du Beisheim Center.

Lors de la conférence de presse, Madame Principe a présenté ses petits- fils, Michael Principe, Jr. et Brad Giordano, pour bien montrer que la bataille légale sur Wertheim ne se terminera pas avec la disparition de la dernière génération de la famille née en Allemagne avant la Deuxième Guerre mondiale. John K. Wertheim, le cousin germain de Madame Principe, est décédé l'an dernier.

Madame Principe, qui a 73 ans et qui est arrière-grand-mère, a déclaré qu'elle ne se laisserait pas décourager par les tactiques de la societé pour faire traîner l'affaire. << J'ai amené deux de mes petits-fils à Berlin >> a- t-elle fait remarquer, << pour faire comprendre à Karstadt - et surtout aussi à mes petits-enfants - que nous avons l'intention d'aller jusqu'au bout dans cette affaire quel que soit le temps que cela prendra >>.

Madame Principe était accompagnée à cette conférence de presse de Roman Haller, directeur européen de Jewish Claims Conference (JCC), de Gerhart R. Baum, ancien ministre de l'intérieur allemand et envoyé spécial des Nations Unies au Soudan, de Henryk M. Broder, qui écrit pour le journal Der Spiegel; et de Matthias Druba et Gary M. Osen, les avocats de Wertheim.

Me Osen, avocat de la famille Wertheim dans le New Jersey a déclaré << Nous espérons résoudre le problème de sorte qu'il soit rendu justice aux droits de la famille tout en évitant de mettre Karstadt dans une situation catastrophique. Mais jusqu'à présent c'est un message qui ne les intéresse pas particulièrement. >>

Si l'Autorité de restitution décide de rendre les terres mêmes sur lesquelles le Beisheim Center est construit à la Jewish Claims Conference, KarstadtQuelle AG pourrait avoir à payer des dommages aux investisseurs de Beisheim pouvant s'élever à près de 600 millions d'euros (759 millions de dollars U.S.).

LA

SOURCE Osen & Associate, LLC