Bill Gates appellera à une action unie pour venir en aide aux fermiers les plus pauvres du monde

15 Octobre, 2009, 06:00 BST de Bill & Melinda Gates Foundation

DES MOINES, Iowa, October 15 /PRNewswire/ --

- La Fondation Bill & Melinda Gates annoncera de nouvelles aides agricoles d'un montant de 120 millions USD

Bill Gates, coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates, pressera jeudi les gouvernements, les donateurs, les chercheurs, les groupes de fermiers, les environnementalistes et d'autres acteurs de mettre de côté les vieilles divisions et de réunir leurs forces pour aider des millions de familles parmi les fermiers les plus pauvres du monde à stimuler leurs rendements et leurs revenus afin qu'ils puissent sortir eux-mêmes de la faim et de la pauvreté. M. Gates affirmera que l'effort doit être guidé par les fermiers eux-mêmes, s'adapter aux situations locales et être durable au point de vue économique et environnemental.

Pour son premier grand discours concernant le développement agricole, M. Gates prendra la parole lors du Prix mondial de l'alimentation (<< World Food Prize >>) dans la ville de Des Moines, dans l'État d'Iowa, et il présentera la vision de la fondation, qui comprend des investissements dans de meilleures graines, des formations, l'accès au marché et des politiques qui soutiennent les petits fermiers. M. Gates annoncera également neuf subventions de la fondation d'un montant total de 120 millions USD qui illustrent l'étendue des efforts nécessaires pour donner les moyens à des millions de petits fermiers pour grandir suffisamment afin de construire des vies meilleures et plus saines.

<< Melinda et moi sommes convaincus que le fait d'aider les petits exploitants agricoles les plus pauvres à cultiver plus de récoltes et à les introduire sur le marché représente le seul et le plus puissant des leviers du monde pour diminuer la faim et la pauvreté >>, affirmera M. Gates, d'après un brouillon de son discours.

Après son discours, M. Gates sera rejoint sur scène par le lauréat du Prix mondial de l'alimentation 2009, le Dr. Gebisa Ejeta, un chercheur éthiopien renommé qui étudie le sorgho, qui a été récompensé pour son travail visant à mettre au point des hybrides résistants à la sècheresse et à la mauvaise herbe Striga -- des progrès qui ont permis l'augmentation de la sécurité alimentaire pour des centaines de millions d'Africains.

Les nouvelles subventions de la fondation comprennent le financement de légumes qui fixent l'azote dans la terre, de variétés de sorgho et de millets au rendement supérieur et de nouvelles variétés de patates douces qui résistent aux organismes nuisibles et contiennent un taux plus élevé de vitamines. D'autres projets aideront : l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (Alliance for a Green Revolution in Africa) à soutenir les gouvernements africains dans la mise en place de mesures favorables aux petits fermiers ; à transmettre des informations aux fermiers par radio et téléphone cellulaire ; à soutenir les programmes d'alimentation dans les écoles ; à fournir des formations et des ressources auxquelles les gouvernements africains puissent avoir recours dans le cadre de leurs efforts de réglementation des biotechnologies ; à aider les femmes fermières en Inde à gérer de façon durable leurs terres et leurs ressources en eau. Jusqu'à présent, la fondation a engagé 1,4 milliard USD dans des efforts de développement agricole.

M. Gates affirmera que le monde devrait s'inspirer de la transformation agricole en Amérique latine et en Asie entre les années 60 et les années 80, période baptisée Révolution verte et qui a évité la famine, sauvé des centaines de millions de vies et alimenté le développement économique général.

Mais M. Gates mettra en garde les scientifiques, gouvernements et autres acteurs sur le fait que, dans leurs efforts pour reproduire les réussites de la Révolution verte originale, ils doivent faire attention à ne pas répéter ses erreurs, telles que l'utilisation excessive de fertilisants et de l'irrigation.

<< La prochaine Révolution verte doit être plus verte que la première >>, affirmera M. Gates. << Elle doit être guidée par les petits fermiers, adaptée aux situations locales et durable au point de vue économique et environnemental >>.

D'après la Banque mondiale, les trois quarts du milliard de personnes vivant dans une pauvreté extrême dépendent de l'agriculture comme moyen d'existence. Plus d'un milliard de personnes souffrent de faim chronique dans le monde en développement. Dans les régions les plus pauvres de la planète, les petits fermiers doivent souvent faire face à des conditions difficiles, y compris les sols épuisés, les organismes nuisibles, la sècheresse, les maladies et le manque d'eau. Même s'ils parviennent à tirer un excédent de leurs cultures, ils n'ont souvent pas accès à un marché fiable sur lequel ils pourraient le vendre.

Malgré ces difficultés, il existe des raisons de rester optimistes dans la lutte contre la faim. Après deux décennies de négligence, l'attention du monde se concentre à nouveau sur le développement agricole. Le groupe G20 des plus grands donateurs et nations en développement s'est récemment engagé à hauteur de 22 milliards USD sur trois ans pour aider à résoudre le problème de la faim mondiale en soutenant les petits fermiers dans le monde en développement.

<< C'est fantastique que les nations donatrices se concentrent actuellement sur ce problème >>, déclarera M. Gates. << Mais il faut qu'elles précisent clairement ce que représentent ces 22 milliards USD - quelle part provient des vieilles fortunes et quelle part des nouvelles, quand pourront-elles les dépenser et quand en feront-elles plus ? >>

M. Gates affirmera que d'importantes percées dans la lutte contre la faim et la pauvreté sont à présent à portée de main, mais il mettra toutefois en garde contre le fait que le progrès vers la diminution de la faim mondiale est << compromis par un différend idéologique qui menace de diviser le mouvement en deux >>. D'un côté, dira-t-il, il existe des groupes qui soutiennent les solutions technologiques pour augmenter la productivité de l'agriculture sans prêter véritablement attention aux problèmes liés à l'environnement et à la durabilité. De l'autre côté, il y a ceux qui réagissent négativement à tout accent mis sur la productivité.

<< C'est un faux choix et il est dangereux pour le terrain >>, déclarera M. Gates. << Il bloque les véritables avancées. Il alimente l'hostilité parmi les personnes qui ont besoin de travailler ensemble. Et il rend difficile le lancement d'un programme complet pour aider les fermiers pauvres. Le fait est que nous avons besoin aussi bien de la productivité que de la durabilité -- et il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas avoir les deux. >>

M. Gates expliquera que la fondation soutient actuellement la recherche sur des cultures pouvant supporter la sècheresse et les inondations afin que les fermiers pauvres puissent s'adapter au changement climatique. Elle soutient aussi un effort innovant aux côtés du Programme alimentaire mondial (World Food Programme, WFP) pour acheter de la nourriture aux petits fermiers dans les pays en développement destinée à l'aide alimentaire. WFP a déjà acheté 17 000 tonnes de nourriture à des petits fermiers dans le cadre du programme, reliant nombre d'entre eux aux marchés pour la première fois.

M. Gates affirmera que la fondation ne défend aucune méthode scientifique en particulier. << Ces technologies doivent bien entendu faire l'objet d'une vérification scientifique rigoureuse pour s'assurer qu'elles sont sans dangers et efficaces. La responsabilité de choisir la façon la plus sûre et la plus performante d'aider à alimenter leurs pays revient aux gouvernements, aux fermiers et aux citoyens -- informés par une science excellente >>, déclarera M. Gates.

M. Gates rendra également hommage au Dr. Norman Borlaug, lauréat du Prix Nobel en 1970 pour son travail avant-gardiste qui a permis d'accroître la production agricole dans le monde en développement, et qui s'est éteint le 12 septembre dernier.

<< Ce décès est une source de tristesse, mais sa vie devrait nous rendre optimistes >>, dira M. Gates. << Non seulement il a montré à l'humanité comment obtenir plus de nourriture de la terre - mais il a aussi prouvé que l'exploitation agricole a le pouvoir d'améliorer la vie des pauvres. C'est une leçon que le monde réapprend aujourd'hui avec gratitude. >>

Note aux rédacteurs : des clips vidéo et d'autres fichiers médias seront disponibles à la suite du discours à l'adresse :

    
       ftp://GatesFoundationII:WorldFoodPrizeII@omaedcftp001.interpublic.com
       Nom d'utilisateur : GatesFoundationII
       Mot de passe : WorldFoodPrizeII

Cette annonce comprend les subventions suivantes :

    
    Alliance pour une Révolution verte en Afrique (Alliance for a Green
    Revolution in Africa, AGRA)
    Programmes de mesures de l'AGRA : 15 millions USD

    Pour mettre en place un système solide de soutien pour les politiques
    africaines qui augmenteront les revenus et assureront le logement et la
    sécurité alimentaire nationale. Le programme se concentre sur les actions
    visant à accélérer l'adoption de mesures pour améliorer la productivité
    des fermiers, de politiques d'échanges et commerciales pour dynamiser les
    marchés élargis pour les cultures de base, ainsi que de politiques pour
    stimuler la croissance agricole équitable pour les pauvres.

    Contacts presse
    Preeti Singh, +1-301-652-1558, poste 5722, 
    psingh@burnesscommunications.com
    Stella Kihara, +254-735380199, skihara@agra-alliance.org

    Instituts américains pour la recherche (American Institutes for
    Research, AIR)
    Radio de voix pour les fermiers : 10 millions USD
    Pour créer un réseau d'animateurs radio, de groupes de fermiers,
    d'universités, d'instituts de recherche, d'organisations non
    gouvernementales, de ministères de l'Agriculture et d'organisations
    médias africaines pour générer du contenu qualitatif et faciliter la
    diffusion d'émissions durables et percutantes destinées aux petits
    fermiers dans le but d'améliorer leurs moyens d'existence. Le projet vise
    à atteindre 1,6 million de petits fermiers au Kenya, au Malawi, en
    Zambie, au Mali, au Ghana et en Tanzanie pendant ses quatre premières
    années.

    Contact presse
    Larry McQuillan, +1-202-403-5119 ou +1-202-641-7747, lmcquillan@air.org

    Grameen Foundation
    Construction d'un réseau de travailleurs communautaires du savoir :
    4,7 millions USD
    Pour développer un réseau de 4 000 travailleurs communautaires du savoir
    en Uganda qui utilisent des appareils mobiles pour augmenter la portée et
    la pertinence de l'information agricole, engendrant l'amélioration de la
    productivité et des moyens d'existence des petits fermiers. Le projet
    vise à atteindre jusqu'à 280 000 petits fermiers, réduire de 25 à 50 pour
    cent le coût d'adoption de pratiques nouvelles et améliorées et au bout
    du compte à fournir un modèle qui peut être redimensionné pour atteindre
    des millions de petits fermiers à travers l'Afrique subsaharienne et
    l'Asie du Sud.

    Contact presse
    Liselle York, +1-202-628-3560, poste 128 ou +1-202-549-3400,
    lyorke@grameenfoundation.org

    Institut international de recherche sur les cultures pour les Tropiques
    semi-arides (International Crops Research Institute for the Semi-Arid
    Tropics, ICRISAT)
    Exploitation les opportunités pour l'amélioration de la productivité
    (HOPE) du Sorgho et des millets : 18 millions USD
    Pour aider les petits fermiers vivant dans les régions qui manquent
    d'humidité en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud à augmenter leurs
    rendements de sorgho, mil à chandelle et éleusine pour améliorer la
    sécurité alimentaire et accroître les revenus des fermiers. Le projet
    vise 200 000 foyers qui bénéficieront d'une hausse de 35 à 40 % en quatre
    ans du rendement du sorgho et des millets.

    Contact presse
    Rex L. Navarro, +91-40-3071-3223, rex.navarro@cgiar.org

    Centre international de la patate (International Potato Center, CIP)
    Action patate douce pour la sécurité et la santé en Afrique (SASHA) :
    21,25 millions USD
    Pour produire des variétés de patates douces à haut rendement et
    résistantes aux conditions difficiles pour aider les familles fermières
    en Afrique subsaharienne à améliorer leur productivité, leurs revenus et
    leur alimentation. L'objectif de ce projet est d'aider directement
    150 000 familles en se fondant sur le travail initial sur les systèmes de
    graines et jusqu'à un million de familles indirectement en partant du
    premier ensemble de variétés améliorées dans cinq ans.
    
    Contact presse
    Valerie Gwinner, +1-202-468-7486, v.gwinner@cgiar.org

    Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (New Partnership
    for Africa's Development, NEPAD) et Université d'État du Michigan (MSU)
    Réseau africain d'expertise en biosécurité (African Biosafety Network
    of Expertise, ABNE): 10,4 millions USD
    Pour créer un centre en Afrique qui fournisse des formations, de
    l'enseignement et de l'assistance technique pour que les régulateurs
    africains mettent en place des systèmes de contrôle pour la
    biotechnologie, afin de s'assurer que les pays puissent prendre des
    décisions éclairées sur la façon d'utiliser ces progrès tout en
    protégeant les fermiers, les consommateurs et l'environnement.

    Contacts presse
    Aggrey Ambali, +27-12-841-3688, aggrey@nepadst.org

    Karim Maredia, +1-517-353-5262 or +1-517-775-6627, kmaredia@msu.edu
    Stephanie Motschenbacher, +1-517-884-2135, motsche3@msu.edu

    Partenariat pour le développement des enfants (Partnership for Child
    Development, PCD)
    Alimentation dans les écoles à base de produits cultivés localement :
    12 millions USD
    Pour soutenir la mise en oeuvre de programmes rentables d'alimentation à
    l'école qui promeuvent l'agriculture locale et avantagent les petits
    fermiers. Le projet a pour but d'augmenter les revenus et d'améliorer les
    conditions nutritionnelles d'environ 200 000 petits fermiers, d'améliorer
    l'enseignement, la santé et l'alimentation des enfants en âge d'aller à
    l'école et de créer des opportunités pour les acteurs impliqués dans le
    transport, la transformation et la préparation d'aliments tout au long de
    la chaine de valeur de l'alimentation à l'école.

    Contact presse
    Lucy Goodchild, +44(0)20-7594-6702, lucy.goodchild@imperial.ac.uk

    Assistance professionnelle pour l'action pour le développement
    (Professional Assistance for Development Action, PRADAN)
    Développement de moyens d'existence basés sur l'exploitation agricole
    dans des régions où la pauvreté est endémique en Inde : 9,7 millions USD
    Pour créer des moyens d'existence durables basés sur l'exploitation
    agricole pour les familles rurales en Inde, dans des régions où la
    pauvreté est endémique, en formant les femmes à la gestion des terres et
    de l'eau et aux pratiques modernes d'agriculture, en créant des services
    d'extension des villages et en construisant des liens efficaces avec le
    marché. Le projet vise à mobiliser 120 000 femmes dans des groupes
    d'entraide pour les aider à améliorer la productivité de leurs
    exploitations et la sécurité alimentaire et augmenter les revenus de leur
    foyer.

    Contact presse
    Souparno Chatterjee, +91-11-26518619 ou +91-4164-0611, poste 21

    Université de Wageningen, Pays-Bas
    Mettre en oeuvre la fixation de l'azote pour les petits exploitants
    agricoles en Afrique (Putting Nitrogen Fixation to Work for Small-
    holder Farmers in Africa, NforAfrica) : 19 millions USD
    Pour augmenter la productivité des légumes, l'alimentation de la famille,
    la santé du sol, les systèmes de culture et les revenus de l'exploitation
    pour les petits fermiers au Burkina Faso, Mali, Nigeria, Ghana, Kenya,
    Rwanda et Malawi en développant l'utilisation de légumes sélectionnés,
    d'outils éprouvés de fixation d'azote biologique et de bons principes
    agronomiques. 225 000 fermiers devraient bénéficier de ce projet.

    Contact presse
    Erik Toussaint, +31(0)317-48-08-67 ou +31(0)6-51-56-59-49,
    erik.toussaint@wur.nl

Fondation Bill & Melinda Gates

Guidée par sa croyance en l'égalité de la valeur de chaque vie, la Fondation Bill & Melinda Gates travaille à aider tout un chacun à mener une vie saine et productive. Dans les pays en développement, la Fondation s'emploie à améliorer la santé des habitants et à leur donner une chance de sortir de la faim et de la misère. Aux États-Unis, elle fait en sorte que toutes les personnes, et tout particulièrement les plus démunies, aient accès aux occasions dont elles ont besoin pour réussir leurs études et leur vie. La Fondation a son siège social à Seattle, aux États-Unis, et est dirigée par Jeff Raikes, directeur général, et William H. Gates Sr., coprésident, sous la direction de Bill et Melinda Gates et de Warren Buffett. Pour en savoir plus sur la Fondation, veuillez consulter la page http://www.gatesfoundation.org.

LA

SOURCE Bill & Melinda Gates Foundation