Congrès annuel de l'American Academy of Neurology (AAN): Fycompa® (pérampanel): présentation des preuves d'efficacité dans le traitement des crises tonico-cloniques généralisées primaires

15 Avril, 2016, 00:01 BST de Eisai

HATFIELD, Angleterre, April 15, 2016 /PRNewswire/ --

Poster et présentation de résumés :  

dimanche 17 avril 08:30 - 17:30 PDT: P2.021, P2.024, P2.045, P2.044, P2.056, P2.043 

mercredi 20 avril 08:30 - 19:00 PDT: Poster: P5.405  

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT : NE CONCERNE PAS LES JOURNALISTES SUISSES/AUTRICHIENS/AMÉRICAINS 

 

D'autres données de phase III sur le pérampanel dans les crises d'épilepsie partielles montrent que le traitement en association à long terme améliore le contrôle des crises, avec une bonne tolérance 

Inovelon (rufimanide): Présentation d'analyses en sous-groupes des études de phase III permettant de montrer une réduction importante des crises chez les adultes atteints du syndrome de Lennox-Gastaut 

 

Fycompa : l'analyse des données des abstracts présentés cette semaine à Vancouver (Canada) au congrès de l'American Academy of Neurology (AAN) indique que Fycompa® (pérampanel) administré à la dose de 8mg une fois par jour et en association, améliore le contrôle des crises d'épilepsie, quels que soient l'âge, le sexe et l'origine ethnique des patients présentant des crises tonico-cloniques généralisées primaires (TCGP) non contrôlées au préalable[1].

Les résultats montrent que la variation de la fréquence des crises par rapport à l'entrée dans l'étude est plus importante avec le pérampanel qu'avec le placebo dans tous les groupes, et similaire quels que soient les sous-groupes d'âge, de sexe et d'origine ethnique. Les données sont tirées d'une étude de phase III menée en double aveugle contre placebo sur 162 patients (81 dans chacun des groupes pérampanel et placebo)[1] ayant des crises TCGP confirmées.

« Ces données confirment qu'un traitement par pérampanel peut permettre de gérer efficacement et durablement l'intensité des crises dans tous les groupes de patients étudiés présentant des crises tonico-cloniques généralisées primaires », précise Bernhard Steinhoff, directeur médical et médecin chef du Centre de l'Épilepsie de Kork, en Allemagne.

L'analyse post-hoc de cette étude de phase III sur le pérampanel en association sur les crises tonico-cloniques primaires dans tous les groupes d'âge, de sexe et d'origine ethnique montre une variation médiane similaire (en pourcentage) de la fréquence des crises tonico-cloniques généralisées primaires par rapport à l'entrée dans l'étude pour les sous-groupes d'âge (<18 ans : 88,0 % ; ≥18−<65 ans: 74,4 %), de sexe (hommes : 53,3 % ; femmes : 83,0 %) et d'origine ethnique (caucasiens: 65,5 % ; Asie/Pacifique: 79,1 %). Le taux de répondeurs à 50 % est également similaire pour les sous-groupes d'âge (<18 ans : 53,8 % ; ≥18<65 ans : 66,2 %), de sexe (hommes : 54,3 % ; femmes : 71,7 %), et d'origine ethnique (caucasiens : 68,2 % ; Asie/Pacifique : 58,8 %).

Le pérampanel est indiqué en association dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans, et en association pour le traitement des crises tonico-cloniques généralisées primaires chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans ayant une épilepsie généralisée idiopathique[2].

Résumé P2.024 17 avril 08:30-17:30 PDT Krauss et al [3]

Les données présentées à sur l'étude de phase III explorent les relations entre l'exposition au pérampanel en association des patients présentant des crises tonico-cloniques généralisées primaires non contrôlées, la réduction de leurs crises et les événements indésirables liés au traitement (EIT)[3]. On constate une amélioration du taux de réponse, avec une probabilité qui semble dose dépendante. L'utilisation concomitante de médicaments antiépileptiques non-inducteurs enzymatiques (MAENIE) réduit l'exposition au pérampanel. Enfin, les événements indésirables de type hostilité ou agressivité sont supérieurs chez les patients exposés à de plus fortes doses par rapport aux patients ne présentant pas ce type d'EIT, malgré quelques chevauchements[3].

Résumé P2.045 17 avril 08:30-17:30 PDT French J et al [4]

Données d'un examen externe a été utilisées pour la première fois une revue, permettant de classifier les participants à l'essai[4] présentant des crises tonico-cloniques généralisées primaires. La revue, menée par un groupe indépendant, élimine près d'un tiers des patients (29,9 %) initialement considérés comme pouvant être inclus dans l'étude pivot 332 sur le pérampanel[5]. Sans cette revue, l'interprétabilité des résultats pourrait être compromise[4].  

Résumé P2.044 17 avril 08:30-17:30 PDT Tsong et al [6]

L'arrivée de nouveaux médicaments des crises tonico-cloniques généralisées primaires a entraîné une modification du traitement de référence (TR), alors que la conception des essais n'a pas changé, comme le montre une revue systématique de la littérature existante des données publiées entre 1989 et 2014 sur divers essais de médicaments antiépileptiques (MAE) versus placebo dans le traitement en association des crises tonico-cloniques généralisées primaires[6]. L'essai le plus récent, à savoir l'étude 332 de phase III randomisée sur le pérampanel[5], inclut un traitement de référence pondéré en fonction des médicaments autorisés le plus récemment pour les crises tonico-cloniques généralisées primaires, tels que le topiramate, la lamotrigine, le lévétiracétam et le valproate[5].

Résumé P5.405 20 avril 08:30-19:00 PDT Perucca et al [7]

Chez les patients présentant des crises d'épilepsie partielles, les résultats d'une étude de suivi montrent que le traitement par pérampanel en association  pendant trois ou quatre ans améliore de manière significative le contrôle des crises d'épilepsie, avec une tolérance acceptable[7]. La réduction médiane des crises est de 61,98 % à trois ans d'exposition au pérampanel et de 70,63 % à quatre ans d'exposition. La plus importante diminution médiane (en pourcentage) pendant la dernière année de traitement, est observée chez les patients présentant des crises généralisées secondaires à l'entrée dans l'étude. La réduction des crises est de 87,96 % à trois ans et de 100 % à quatre ans[7].

« Nous sommes fiers de présenter ces données sur l'utilisation du pérampanel pour la prise en charge des crises d'épilepsie partielles et des crises tonico-cloniques généralisées primaires, deux pathologies limitant la qualité de vie, sur lesquelles le pérampanel peut avoir des effets positifs. Eisai est attaché à la recherche de traitements efficaces pour les personnes touchées par l'épilepsie », explique Neil West, Vice-président, Division Global Neurology Business, Eisai EMEA.

Le pérampanel, un traitement par voie orale à schéma de titration simple, cible de manière sélective les récepteurs AMPA du cerveau, un mode d'action unique particulièrement impliqué dans la prévention des crises généralisées. Les données présentées à l'AAN 2016 montrent l'efficacité et la tolérance acceptable du pérampanel sur les crises tonico-cloniques généralisées et les crises d'épilepsie partielles[1],[2].

Résumé P2.056 17 avril 08:30-17:30 PDT Striano et al[8] résumé P2.043 17 avril 08:30-17:30 PDT Ng et al [9]

Une analyse de sous-groupes d'un essai de phase III montre que le rufinamide a une efficacité favorable en association chez l'adulte atteint du syndrome de Lennox-Gastaut[8] (SLG), une forme rare et sévère d'épilepsie débutant dans l'enfance, qui touche près de 208 000 personnes en Europe[10]. La variation médiane de la fréquence des crises par rapport à l'entrée dans l'étude était de -31,5 % pour le rufinamide (n=21) contre +22,1 % pour le placebo (n=21), ce qui représente une différence statistiquement significative en faveur du rufinamide (p=0,008).

D'autres données présentées à l'AAN 2016[9] et relatives à 138 personnes atteintes d'un SLG, âgées de 4 à 37 ans, ne montrent aucune preuve d' habituation au rufinamide pendant le traitement que ce soit à court ou à long terme. Des diminutions médianes plus importantes de la fréquence des crises totales et des crises toniques-atoniques apparaissent pour le rufinamide par rapport au placebo dès deux semaines de traitement et pendant toute la durée du traitement par rufinamide (total : de -20,6 % à -43,1 % ; tonique-atonique : de -22,8 % à -50,3 %) par rapport au placebo (total : de 1,3 % à -1,5 % ; tonique-atonique : de -1,3 % à 1,0 %), ce qui suggère un délai d'action rapide et une bonne tolérance à court terme du rufinamide.

L'efficacité du rufinamide a été évaluée sur trois ans et a été jugée favorable. Pendant le traitement en ouvert de 3 à 36 mois, les diminutions médianes de la fréquence des crises ont été de 31,6 % à 79,3 %. La diminution médiane des crises toniques-atoniques a varié de 41,9 % à 76,1 %[9].

Le rufinamide est indiqué pour le traitement en association des crises d'épilepsie liées au syndrome de Lennox-Gastaut chez l'adulte et l'enfant âgé de 4 ans et plus[11]. La prise en charge efficace du syndrome de Lennox-Gastaut et l'adhésion au traitement sont essentielles pour les patients, car la pathologie se caractérise par un grand nombre de crises quotidiennes: jusqu'à 70 crises par jour. La pathologie persiste souvent à l'âge adulte, et la plupart des patients souffrent d'un retard du développement, d'un retard mental et de difficultés d'apprentissage modérées à sévères, en plus de problèmes physiologiques et comportementaux[12],[13].

Les développements du pérampanel et du rufinamide montrent l'engagement d'Eisai vis-à-vis du traitement de l'épilepsie, ainsi que la contribution de l'entreprise pour la recherche de solutions permettant derépondre aux divers besoins des patients et de leurs familles. Eisai a pour vocation de multiplier les bénéfices pour les patients et leur entourage, comme l'indique sa mission « human health care ».

Notes à l'attention des rédacteurs 

À propos du Fycompa® (pérampanel)  

Le pérampanel est un antagoniste sélectif et non compétitif des récepteurs au glutamate de type AMPA (acide alpha-amino-3-hydroxy-5-méthyl-4-isoxazole propionique). Les récepteurs AMPA, très présents dans la plupart des neurones excitateurs, transmettent des signaux stimulés par le glutamate neurotransmetteur excitateur dans le cerveau, et semblent jouer un rôle dans les maladies du système nerveux central caractérisées par des signaux de neuro-excitation excessive, comme l'épilepsie.

Le pérampanel est efficace et indiqué en association pour le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans crises généralisées secondaires, chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans présentant une épilepsie, et en association dans le traitement des crises tonico-cloniques généralisées primaires chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans présentant une épilepsie généralisée idiopathique[2].

Depuis sa mise sur le marché, le pérampanel a permis de traiter 39 588 patients épileptiques en Europe[14].

À propos de l'Inovelon® (rufinamide)  

En Europe, le rufinamide (nom de marque Iovelon®) est indiqué en association  dans le traitement du syndrome de Lennox-Gastaut depuis 2007[11]. Inovelon® est disponible dans 19 pays d'Europe sous forme de comprimés pelliculés contenant 100 mg, 200 mg et 400 mg de rufinamide. Il est disponible dans certains pays sous forme de suspension buvable à 40 mg/ml, goût orange. La formulation en suspension buvable est bioéquivalente à la formulation en comprimé, milligramme pour milligramme, et est disponible en Allemagne, au Danemark, en Espagne, en France, au Portugal et au Royaume-Uni.

À propos d'Eisai EMEA et l'épilepsie  

Eisai est attaché au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements bénéfiques pour améliorer la vie des patients atteints d'épilepsie. Le développement de MAE est un secteur stratégique majeur pour Eisai en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Russie et en Océanie (EMEA)[14].

Dans la région EMEA, Eisai commercialise actuellement quatre traitements :

  • Fycompa® (pérampanel) est indiqué, en prise quotidienne unique et en association pour le traitement des crises tonico-cloniques généralisées primaires présentant une épilepsie généralisée idiopathique et dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire chez les patients à partir de 12 ans.
  • Inovelon® (rufinamide) est indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut chez les patients âgés de 4 ans et plus. (Le rufinamide a d'abord été développé par Novartis.)
  • Zonegran® (zonisamide) est indiqué en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez l'adulte dont l'épilepsie récemment diagnostiqué, et en association dans le traitement des crises d'épeliepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez l'adulte, l'adolescent et l'enfant âgé de 6 ans et plus. (Zonegran est commercialisé sous licence de Dainippon Sumitomo Pharma.)
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) est indiqué en association chez le patient adulte présentant des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire. (Zebinix est commercialisé sous licence de BIAL.)

À propos d'Eisai Co., Ltd.  

Eisai Co., Ltd. est l'un des principaux laboratoires pharmaceutiques de recherche et de développement au monde. Son siège social est au Japon. L'entreprise définit ainsi la philosophie « human health care » (hcc) sous-jacente à sa mission : « donner la priorité aux patients et à leur entourage, et multiplier les bénéfices fournis par les soins ». Avec plus de 10 000 employés travaillant au sein de son réseau mondial de centres de R&D, de sites de production et de filiales commerciales, Eisai met tout en œuvre pour appliquer sa philosophie hcc en proposant des produits innovants dans divers secteurs thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie. 

En tant que groupe pharmaceutique mondial, la mission d'Eisai concerne les patients du monde entier, grâce à ses investissements et à sa participation à des projets menés en partenariat visant à améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour en savoir plus sur Eisai Co., Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com

Références 

1. Steinhoff B, et al. Efficacy of Adjunctive Perampanel in Idiopathic Generalized Epilepsy Patients with Drug-Resistant Primary Generalised Tonic-Clonic Seizures by Age, Sex, and Race: Double-Blind Placebo-Controlled Phase III Study. P2.021; AAN 2016 

2. Fycompa, Summary of Product Characteristics. Disponible sur : http://www.medicines.org.uk/emc/medicine/26951/ (consulté en mars 2016) 

3. Krauss G, et al. Relationship between Perampanel Exposure, Seizure Outcomes and Treatment-Emergent Adverse Events (TEAEs) in Patients with Primary Generalised Tonic-Clonic Seizures (PGTCS): a Randomised, Double-Blind (DB) Phase III Study. P2.024; AAN 2016 

4. French J, et al. Secondary Screening of Patients in Randomised Perampanel Primary Generalised Tonic-Clonic Seizures (PGTCS) Study Excludes 29.9% of Eligible Patients Due to Inaccurate Classification. P2.045; AAN 2016 

5. French A, et al. Perampanel for Tonic-Clonic Seizures in Idiopathic Generalised Epilepsy. Neurology 2015;85:950-57 

6. Tsong W, et al. Systematic Literature Review of Adjunctive Anti-Epileptic Drug Trials in Patients with Primary Generalised Tonic-Clonic Seizures Illustrates Changes in Standard of Care Over 12-20 Years. P2.044; AAN 2016 

7. Perucca E, et al. Marked Reduction in Secondarily Generalised Seizures (SGS) in Patients Treated With Perampanel for 3 and 4 Years. P5.405; AAN 2016 

8. Striano P, et al.  Efficacy of Rufinamide as Adjunctive Treatment for Adults with Lennox-Gastaut Syndrome: Subgroup Analysis from a Phase III Trial.  P2.056; AAN 2016 

9. Ng Y, et al. Response Durability Analyses from a Rufinamide Pivotal Trial in Lennox-Gastaut Syndrome (LGS). P2.043; AAN 2016 

10. Rare Diseases.Org. Disponible sur : https://rarediseases.org/rare-diseases/lennox-gastaut-syndrome/ (consulté en mars 2016) 

11. Inovelon tablets Summary of Product Characteristics. Disponible sur : http://www.medicines.org.uk/emc/medicine/20165/SPC/ (consulté en mars 2016) 

12. International Journal of Pharma and Bio Sciences. Disponible sur : http://www.ijpbs.net/issue-3/82.pdf (consulté en mars 2016) 

13. MedScape references Lennox-Gastaut Syndrome. Disponible sur : http://emedicine.medscape.com/article/1176735-overview (consulté en mars 2016) 

14. Données internes Eisai, 2015 

 

Date de préparation : mars 2016 

Code du projet : Perampanel-UK2196a 


LA

SOURCE Eisai