De jeunes bouddhistes réunis à Hiroshima appellent à l'organisation d'un sommet mondial de la jeunesse pour l'abolition des armes nucléaires

09 Septembre, 2014, 03:56 BST de Soka Gakkai International

HIROSHIMA, Japon, 8 septembre 2014 /PRNewswire/ -- Le 7 septembre, l'association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI) a tenu une conférence de paix à destination des jeunes à l'International Conference Center Hiroshima. Plus de 100 jeunes originaires de 16 pays, au nombre desquels les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Inde, ont écouté des survivants du bombardement atomique et réuni des idées de pistes pour avancer dans la lutte pour l'abolition des armes nucléaires.

Une déclaration de paix a été adoptée à l'unanimité par les personnes présentes. Les engagements suivants ont été pris : ne pas tolérer le développement, la mise à l'essai, la production, le stockage, le transfert, l'utilisation ou la menace d'utilisation d'armes nucléaires ; travailler dès la première occasion à l'organisation d'un sommet mondial de la jeunesse pour l'abolition des armes nucléaires à Hiroshima et Nagasaki ; remettre en question les arguments justifiant le recours aux armes nucléaires, s'attaquer au sentiment d'impuissance qui empêche toute progression vers leur abolition, et engager activement un dialogue de paix. La déclaration est disponible à l'adresse http://www.sgi.org/assets/pdf/youth-declaration-2014.pdf.

Les résultats d'une étude menée en juillet et en août 2014 par la division estudiantine de Soka Gakkai auprès de 6 000 étudiants de 380 universités dans quatre régions du Japon, ont également été annoncés.

Questionnés sur les dates exactes des bombardements atomiques de 1945, seuls 57,6 % des étudiants interrogés ont répondu correctement pour Hiroshima (6 août) et 55,5 % pour Nagasaki (9 août). 73,3 % des personnes interrogées se sont catégoriquement opposées à l'existence d'armes nucléaires tandis que 84,3 % ont estimé que l'on ne peut exclure la possibilité que ces armes soient utilisées. À la question de leur engagement dans la promotion de la paix, 21 % des personnes interrogées ont affirmé être engagées en ce sens et 69,3 % ont déclaré vouloir en faire autant. Les résultats sont disponibles dans leur intégralité à l'adresse http://www.sgi.org/assets/pdf/antinuclear-survey-2014.pdf.

« Compte tenu du grand âge des survivants de la bombe atomique, transmettre aux jeunes générations les connaissances et la volonté de militer pour la paix est devenu une nécessité impérieuse », a indiqué Daisuke Tomoe, chef de file de la division estudiantine de Soka Gakkai.

Les jeunes membres de l'association Soka Gakkai réunissent actuellement des signatures dans tout le Japon par le biais d'une pétition « zéro nucléaire » appelant les pays dotés de l'arme nucléaire à œuvrer de bonne foi en faveur du désarmement nucléaire.

Soka Gakkai lutte pour l'élimination des armes nucléaires depuis le 8 septembre 1957, date à laquelle le deuxième président du mouvement, Josei Toda, les a qualifiées de « mal absolu » et a exhorté les jeunes à se mobiliser pour leur abolition.

Contact :

Joan Anderson
Bureau d'information publique
Soka Gakkai International
Tél. : +81-80-5957-4711
Fax : +81-3-5360-9885
E-mail : janderson[at]sgi.gr.jp

LA

SOURCE Soka Gakkai International



Liens connexes

http://www.sgi.org/assets/pdf/youth-declaration-2014.pdf


http://www.sgi.org/assets/pdf/antinuclear-survey-2014.pdf