De nouvelles données de phase III démontrent l'efficacité importante qu'a en matière de réduction de glucose la sitagliptine, un medicament expérimental pour le diabète de type 2, lorsque prise simultanément avec la metformine

14 Septembre, 2006, 09:00 BST de MSD (Merck Sharp & Dohme)

COPENHAGUE, Danemark, September 14 /PRNewswire/ --

- Destiné aux journalistes de l'extérieur des États-Unis seulement

- Le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine a occasionné une réduction importante de la moyenne sous placebo des niveaux d'HbA1c de 2,1 %

De nouvelles données présentées pour la première fois aujourd'hui dans le cadre du 42e congrès annuel de l'Association européenne pour l'étude du diabète (European Association for the Study of Diabetes - EASD) à Copenhague ont démontré chez des patients non-soumis à une thérapie de façon aléatoire une réduction importante de la moyenne sous placebo des niveaux d'HbA1c de 2,1 % (analyse primaire de tous les patients traités, p<0,001) lorsqu'ils reçoivent une dose de 50 mg de sitagliptine deux fois par jour en association avec une dose de 1 000 mg de metformine deux fois par jour, un traitement du diabète couramment utilisé. Cette étude comprend un autre groupe à qui on a administré de la sitagliptine et une dose plus faible de metformine ainsi que des groupes à qui on administrait un placebo ou une monothérapie. Les résultats complets seront présentés ultérieurement cette année. La sitagliptine est le médicament administré par voie orale expérimental de Merck Sharpe & Dohme pour le diabète de type 2.

Dans cette étude, le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine était habituellement bien toléré et ne montrait aucune différence significative en comparaison avec le traitement à la metformine seulement. Les effets secondaires du traitement simultané à raison d'une dose de 50 mg de sitagliptine deux fois par jour ainsi que d'une dose de 1 000 mg de metformine deux fois par jour, en comparaison avec le traitement à la metformine seulement à raison d'une dose de 1 000 mg deux fois par jour, comprenaient la diarrhée (9 % c. 10 %, respectivement), la nausée (6 % c. 8 %, respectivement), des douleurs abdominales/malaise à l'abdomen (3 % c. 5 %, respectivement) et des vomissements (3 % c. 1 %, respectivement). Dans l'ensemble du programme clinique, les patients qui ont reçu une thérapie à la sitagliptine ont présenté une incidence globale d'effets secondaires comparable au placebo, et le produit était bien toléré de façon générale. Les effets secondaires les plus fréquents dans le cadre du traitement à la sitagliptine (égaux ou supérieurs à 3 % et supérieurs que le placebo) se présentaient sous forme de nez bouché ou qui coule, mal de gorge, mal de tête, diarrhée, infection des voies respiratoires supérieures, douleur articulaire et infection des voies urinaires (dont les différences variaient de 0,1 % à 1,5 % c. le placebo).

Résultats d'innocuité et d'efficacité de la nouvelle étude de co-administration avec la metformine

Dans les études cliniques, l'un des facteurs prédictifs importants de l'ampleur de la réduction d'HbA1c en réponse à la thérapie anti-hyperglycémique est le niveau d'HbA1c de base d'un patient; l'HbA1c consiste en une mesure de la glycémie moyenne d'une personne.

Dans d'autres études de phase III ne portant pas sur la co-administration , la sitagliptine en tant que monothérapie était administrée une fois par jour ou, en tant que traitement d'appoint, à d'autres thérapies anti-hyperglycémiques. Dans l'un des groupes de cette nouvelle étude, la sitagliptine était administrée à raison d'une dose de 50 mg deux fois par jour simultanément avec la metformine à raison d'une dose de 1 000 mg deux fois par jour. Chez les patients présentant des niveaux d'HbA1c de base relativement élevés (moyenne : 8,8 %), le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine a démontré des réductions importantes de la moyenne sous placebo des niveaux d'HbA1c de 2,1 % (analyse primaire, p<0,001). De plus, les deux tiers des patients ayant reçu le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine ont atteint les niveaux cibles d'HbA1c de <7 % (soit 66 % des patients) comparativement aux patients traités à la metformine seulement (où 38 % d'entre eux ont atteint les niveaux cibles).

Les réductions importantes d'HbA1c sous placebo (1,6 %, p<0,001) et la réalisation des objectifs (43 % c. 23 %, p<0,001) ont aussi été constatées dans le traitement à la sitagliptine à raison d'une dose de 50 mg deux fois par jour lorsque administrée simultanément avec une dose plus faible de metformine (500 mg deux fois par jour).

Cette étude comparative avec placebo, à double insu, avec répartition aléatoire, d'une durée de 24 semaines a évalué le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine ainsi que l'utilisation des deux agents en tant que monothérapie chez 1 056 patients non traités aux prises avec le diabète de type 2. Les analyses ont été menées chez des patients qui ont reçu une dose de 100 mg de sitagliptine une fois par jour (n=175), une dose de 500 mg de metformine deux fois par jour (n=178), une dose de 1 000 mg de metformine deux fois par jour (n=177), une dose de 50 mg de sitagliptine deux fois par jour ainsi que de 500 mg de metformine deux fois par jour (n=183), une dose de 50 mg de sitagliptine deux fois par jour ainsi que de 1 000 mg de metformine deux fois par jour (n=178), et un placebo (n=165).

Bien qu'ils ne soient pas compris dans l'analyse portant sur les hypothèses de l'étude en raison de la sévérité de leur hyperglycémie, 117 patients supplémentaires ayant des niveaux d'HbA1c de base très élevés (moyenne : 11,2 %) ont été inscrits à titre de cohorte ouverte recevant une dose de 50 mg de sitagliptine deux fois par jour ainsi que de 1 000 mg de metformine deux fois par jour. Dans cette cohorte ouverte, le traitement simultané à la sitagliptine et à la metformine a démontré une réduction importante de la moyenne d'HbA1c de base de 2,9 %.

<< L'efficacité importante de la réduction de glucose constatée dans cette étude laisse entendre que les bienfaits thérapeutiques complémentaires de la sitagliptine et de la metformine causent un effet additif lorsque les deux agents sont administrés ensemble >> a affirmé Barry Goldstein, M.D., directeur et chercheur responsable de l'étude, Division d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques, Hôpital universitaire Thomas Jefferson (Thomas Jefferson University Hospital) à Philadelphie, en Pennsylvanie. << Ces résultats ont démontré que l'administration simultanée de la sitagliptine et de la metformine était bien tolérée et que son efficacité était beaucoup plus grande sur la réduction d'HbA1c que ne peut l'être l'administration de la metformine seulement. La metformine est un pilier du traitement du diabète présentement. >>

La sitagliptine, substance faisant partie d'une nouvelle classe de traitements administrés par voie orale connus sous le nom d'inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui augmentent la capacité du corps à diminuer le taux de sucre dans le sang (glucose) quand il est élevé, est devenue le premier inhibiteur de la DPP-4 approuvé dans le monde lorsqu'elle a reçu l'approbation réglementaire au Mexique en août. Dans les études de développement cliniques comparatives, la sitagliptine n'était généralement pas liée à la prise de poids d'après les données de base, et l'incidence globale d'hypoglycémie (lorsque le taux de sucre dans le sang est faible) était semblable au placebo.

L'engagement de MSD en matière de lutte contre le diabète

Le programme de développement clinique de MSD pour la sitagliptine est solide et continue de prendre de l'expansion grâce à ses 43 études complétées ou en cours et à 4 autres études qui seront entamées cette année. Il y a environ 6 700 patients dans les études cliniques de la société, dont 4 700 sont traités à la sitagliptine. En outre, environ 1 100 patients ont été traités à la sitagliptine pendant plus d'un an.

MSD s'engage à développer des thérapies novatrices qui permettent de réaliser des progrès dans le traitement de maladies graves, notamment le diabète. Dans le cadre de l'engagement de MSD envers la recherche et l'éducation en matière de diabète, la société continue de soutenir l'Association européenne pour l'étude du diabète par le biais de subventions à l'éducation sans restriction et d'autres formes de financement.

À propos de la sitagliptine

La sitagliptine, substance faisant partie d'une nouvelle classe de traitements administrés par voie orale connus sous le nom d'inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui augmentent la capacité du corps à diminuer le taux de sucre dans le sang (glucose) quand il est élevé, est devenue le premier inhibiteur de la DPP-4 approuvé dans le monde lorsqu'elle a reçu l'approbation réglementaire au Mexique en août. Dans les études de développement cliniques comparatives, la sitagliptine n'était généralement pas liée à la prise de poids d'après les données de base, et l'incidence globale d'hypoglycémie (lorsque le taux de sucre dans le sang est faible) était semblable au placebo.

La sitagliptine est un inhibiteur de la DPP-4 puissant et très sélectif. Les inhibiteurs de la DPP-4 fonctionnent en stimulant un processus corporel naturel qui diminue la glycémie, soit l'effet incrétine. Lorsque la glycémie est élevée, les incrétines fonctionnent de deux façons pour aider le corps à régler les taux de glycémie élevés : elles provoquent le pancréas de façon à augmenter la création d'insuline et informent le foie d'arrêter de produire du glucose. Les inhibiteurs de la DPP-4 permettent d'accroître la capacité du corps à mieux contrôler les taux de glycémie en augmentant les niveaux actifs de ces hormones incrétines dans le corps, ce qui contribue à diminuer les taux de glycémie des patients souffrant du diabète de type 2.

La sitagliptine fait aussi l'objet d'études en tant que comprimé unique de MSD en association avec la metformine (MK-0431A). Le mécanisme d'action des inhibiteurs de la DPP-4 est distinct de celui de la metformine administrée par voie orale ainsi que de tous les autres médicaments des classes présentement disponibles d'agents réducteurs de glucose. La MK-0431A fera l'objet d'études standards par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. La décision de la FDA devrait paraître dans le dossier d'enregistrement New Drug Application d'ici la fin de mars 2007. La société va aussi de l'avant, tel que prévu, avec les dépôts de documents réglementaires dans des pays à l'extérieur des États-Unis.

À propos du diabète de type 2

Le diabète de type 2 est une maladie dans le cadre de laquelle le corps a élevé le taux de sucre dans le sang ou glucose. Lorsqu'une personne est aux prises avec le diabète de type 2, son corps risque de ne pas produire suffisamment d'insuline (substance aidant le corps à réduire le glucose), l'insuline produite par le corps risque de ne pas fonctionner aussi bien qu'elle le devrait, ou le corps risque de produire trop de glucose des sources emmagasinées. Les patients diabétiques peuvent développer une maladie du coeur, une néphropathie, la cécité, des troubles neurologiques ou vasculaires qui peuvent mener à l'amputation, et ils courent plus de risques de mortalité

Le diabète est l'une des maladies les plus importantes de l'ère moderne. Le diabète est la cinquième cause de mortalité en importance dans le monde. Présentement, plus de 230 millions de personnes, soit près de 6 % de la population mondiale, vivent désormais quotidiennement avec le diabète. Ce nombre devrait atteindre les 350 millions dans moins de 20 ans si aucune mesure n'est instaurée. En l'an 2000, le nombre de décès en surnombre attribuables au diabète était semblable aux nombres déclarés pour le VIH/SIDA. Une personne meurt de causes liées au diabète à toutes les 10 secondes, et les taux de mortalité devraient monter de 25 % au cours de la prochaine décennie. Les complications graves du diabète, comme la cécité, l'insuffisance rénale et les maladies du coeur représentent un fardeau énorme pour les services de soins de santé, qui comptent pour environ 5 % à 10 % du budget en soins de santé d'un pays.[1]

À propos de Merck

Merck & Co., Inc., qui fait affaire dans de nombreux pays sous la raison sociale de MSD (Merck Sharp & Dohme), est une société pharmaceutique d'envergure mondiale qui oriente ses activités vers la recherche et s'engage à accorder la priorité aux patients. Fondée en 1891, MSD se concentre présentement sur la découverte, le développement, la fabrication et la commercialisation de vaccins et de médicaments afin de répondre à des besoins médicaux non satisfaits. La société consacre beaucoup d'efforts à élargir l'accès aux médicaments grâce à des programmes étendus qui lui permettent non seulement de donner ses médicaments, mais qui contribuent également à les administrer aux personnes qui en ont le plus besoin. De plus, MSD publie de l'information impartiale sur la santé par l'intermédiaire d'un service à but non lucratif. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Internet de la société à l'adresse www.merck.com.

<< Unite for Diabetes >>

MSD est fière d'être un parrain de première importance de la campagne << Unite for Diabetes >>. La campagne << Unite for Diabetes >> vise à mettre l'accent sur l'augmentation alarmante des cas de diabète à l'échelle mondiale et à encourager le gouvernement à appuyer une résolution des Nations Unies sur le diabète. La Fédération internationale du diabète (FID) est à la tête d'une mobilisation de la communauté du diabète pour s'assurer que la résolution en question sera adoptée à la Journée mondiale du diabète (14 novembre) 2007 ou à une date qui s'y approche.

Énoncé prospectif

Le présent communiqué de presse contient des << énoncés prospectifs >> au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces énoncés prospectifs sont basés sur des attentes actuelles de la direction et comportent des risques et des incertitudes, ce qui peut entraîner des écarts considérables entre les résultats réels et ceux décrits dans les énoncés. Les énoncés prospectifs peuvent comprendre des énoncés concernant le développement des produits, le potentiel des produits ou le rendement financier. Aucun énoncé prospectif ne peut être garanti, et les résultats réels peuvent différer considérablement de ceux qui sont projetés. MSD rejette toute obligation de mettre à jour publiquement tout énoncé prospectif, à la lumière de nouveaux renseignements, d'évènements futurs, ou pour toute autre raison. Les énoncés prospectifs du présent communiqué doivent être évalués conjointement avec les nombreuses incertitudes qui ont un effet sur les activités de MSD, particulièrement celles mentionnées dans les avertissements faits dans l'Article 1 du Formulaire 10-K de MSD pour l'année se terminant le 31 décembre 2005, et dans ses rapports périodiques sur Formulaire 10-Q et Formulaire 8-K, que la société intègre par référence.

[1] Diabetes Atlas Troisième édition, Fédération internationale du diabète 2006 (dans la section << press >>). Extrait en juillet 2006 http://www.unitefordiabetes.org/press/releases/wake_up_call_to_halt_global_diabetes_epidemic.html

LA

SOURCE MSD (Merck Sharp & Dohme)