De nouvelles données montrent à quel point l'encéphalopathie hépatique contribue au fardeau lié aux maladies hépatiques

11 Avril, 2014, 06:00 BST de Norgine B.V.

LONDON, April 11, 2014 /PRNewswire/ --



  • L'encéphalopathie hépatique (EH) est associée à une augmentation significative de la mortalité (58,1 % contre 32,4 %), à des hospitalisations plus longues (8 jours contre 6,8 jours) ainsi qu'à davantage de visites pour des soins de première ligne (18,2 contre 8,7 contacts par patient par an) par rapport aux patients comparables atteints de maladie hépatique mais sans EH[i],[ii]
  • XIFAXAN® 550 (rifaximine-α) est une option de traitement d'un bon rapport coût-efficacité pour la réduction de l'encéphalopathie hépatique récurrente comme cela a été montré pour un certain nombre d'horizons temporels différents et de scénarios plausibles[iv]

 

De nouvelles données présentées aujourd'hui à l'occasion du Congrès international sur les maladies du foie montrent l'impact de l'encéphalopathie hépatique sur les patients atteints de maladies hépatiques et les systèmes de santé.

(Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20130829/633895-a )

Les patients atteints de maladies hépatiques développant une EH présentent un risque presque doublé de décéder par rapport aux patients comparables atteints de maladie hépatique mais sans EH au cours de la même période[i].

Les patients atteints de maladies hépatiques présentant une EH sont admis à l'hôpital trois fois plus souvent pour des affections liées directement à leur maladie hépatique, par rapport aux patients atteints de maladie hépatique mais sans EH (taux d'admission de 3,588:1 pour les patients EH par rapport au groupe de contrôle) et sont hospitalisés une fois et demie plus souvent pour des maladies non reliées (taux d'admission de 1,488:1 pour les patients EH par rapport au groupe de contrôle). Les patients atteints de maladies hépatiques présentant une EH consulteront en première ligne plus souvent après le diagnostic initial et resteront hospitalisés plus longtemps[ii] que ceux sans EH, représentant collectivement une utilisation nettement plus importante des ressources de santé.

Il n'existe pas de remède pour l'EH autre que la transplantation hépatique. Toutefois, XIFAXAN® 550 (rifaximine-α) réduit de manière significative le risque de nouveaux épisodes d'EH[iii]. Le traitement avec XIFAXAN® 550 par rapport aux soins habituels (lactulose) offre une option de traitement d'un bon rapport coût-efficacité pour la réduction de la récurrence de l'EH patente sur un certain nombre d'horizons temporels différents et de scénarios plausibles, par ex. les ratios coût-efficacité différentiels variaient entre 13 919 et 21 425 GBP pour chaque année de parfaite santé obtenue grâce au traitement avec XIFAXAN® 550 (QALY) sur une période de cinq ans[iv].

Communiqué de presse complet sur http://www.norgine.com

i. Morgan C.LI. et al. Mortality associated with hepatic encephalopathy in patients with severe liver disease. International Liver Congress 2014, Abstract P452

ii. Orr J.G. et al. Resource use associated with hepatic encephalopathy in patients with liver disease. International liver Congress 2014, Abstract P478

iii. Bass, N.M., et al. Rifaximin treatment in hepatic encephalopathy. N Engl J Med, 2010; 362(12): 1071-81.

iv. Poole, C., et al. Cost effectiveness of rifaximin-α in the reduction of recurrence of overt hepatic encephalopathy. International liver Congress 2014, Abstract A-627-0004-00525

Contacts   

Isabelle Jouin : +44-(0)771-406-1327
Rachelle Michaels : +44-(0)771-406-1485

LA

SOURCE Norgine B.V.