De nouvelles preuves viennent établir que la stéatose hépatique non alcoolique constitue un facteur de risque cardiovasculaire indépendant

10 Avril, 2014, 20:45 BST de European Association for the study of the Liver

LONDON, April 10, 2014 /PRNewswire/ --



Deux nouvelles études présentées aujourd'hui à l'occasion de l'International Liver Congress[TM] 2014 ont fourni de nouvelles preuves clarifiant le rôle de la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) comme facteur de risque indépendant pour le développement de maladies cardiovasculaires (MCV).

La première étude à long terme[i] menée auprès de patients à risque élevé de MCV montre que la NASH contribue à la progression de l'athérosclérose précoce, indépendamment des facteurs de risque de MCV classiques. Une deuxième étude à long terme[ii] confirme que la NASH représente un facteur de risque significatif à long terme pour le développement du diabète sucré (DM). Point important, les patients présentant des signes d'amélioration de l'aspect gras de leur foie en réponse au traitement étaient alors associés à un risque réduit de développer un diabète.

La NASH décrit une série de symptômes comprenant l'accumulation de graisse dans les cellules hépatiques chez des personnes ne consommant pas de boissons alcoolisées en excès. Elle est rapidement devenue la maladie hépatique la plus répandue dans le monde, particulièrement dans les régions occidentales (prévalence estimée : 20 à 30 %). Dans de nombreux cas, la NASH est liée à l'obésité ou au surpoids.

Lors de la présentation des résultats de ces deux études, le Professeur Jean-François Dufour, conseiller pédagogique auprès de l'EASL et membre de la clinique universitaire de chirurgie et de médecine viscérale de l'Université de Berne (Suisse), a déclaré ce qui suit : « Nous disposons maintenant d'un faisceau de preuves démontrant que la NASH peut présenter un risque de MCV supérieur à celui associé aux facteurs de risque de MCV classiques, tels que la dyslipidémie, le diabète et le tabagisme. Ce constat signifie que les prestataires de soins de santé en charge de patients atteints de NASH doivent prendre en compte ce facteur dans la stratification du risque de MCV, bien que la meilleure façon de procéder reste encore à définir ».

La NASH, un facteur prédictif indépendant et précoce de l'athérosclérose carotidienne  

Au cours d'une étude à long terme, les patients atteints de NASH ont une prévalence plus élevée de plaques carotidiennes (44 contre 37 % ; p<0,001), une épaisseur intima-média carotidienne supérieure (C-IMT) (0,64±0,14 contre 0,61±0,13 ; p<0,001) et un score de Framingham plus élevé, mesurant le risque de MCV à dix ans (15±9 % contre 8±7 % ; p<0,001).

La présence de NASH a également permis de prédire si le patient présentait un épaississement de la carotide intima-média(beta=0,037 ; p=0,005)et des signes de plaques carotidiennes précoces(OR=1,21 ; IC 95 % : 1,03 à 1,42 ; p=0,02), indépendamment de l'âge, du sexe, de l'IMC, de l'hypertension et du tabagisme des patients.

La C-IMT a augmenté de façon significative chez les patients ayant développé des signes de NASH(0,60±0,13 à 0,64±0,14 ; p=0,01). Selon un modèle de Cox, la NASH a prédit initialement l'apparition de plaques carotidiennes (OR=1,27 ; IC 95 % : 1,009 à 1,613 ; p<0,05), indépendamment de l'âge, du sexe, du diabète et de la TA élevée.

« De nombreux débats ont déjà eu lieu pour tenter de déterminer si la NASH est associée de manière accessoire ou causale à l'athérosclérose carotidienne précoce », a précisé M. Dufour. « Bien qu'il existe des études cas-témoins ayant démontré une relation significative et indépendante entre la NASH et l'athérosclérose carotidienne, nous ne disposions jusqu'à présent d'aucune donnée de suivi à long terme ».

Les patients recrutés pour cette étude présentaient plus de deux facteurs de risque de MCV sans antécédents ni maladie hépatique connue et buvaient moins de 50 g d'alcool/jour. La C-IMT a été mesurée par échographie carotidienne avec plaques carotidiennes définies selon C-IMT>1 mm à la bifurcation carotidienne. Ces résultats ont été validés dans le cadre du suivi à long terme d'une cohorte de patients, avec deux mesures de C-IMT à intervalle >1 an.

L'indice Fatty Liver (FLI), un marqueur de substitution de la stéatose hépatique après l'âge de 60 ans, et le score de risque de Framingham (FRS) pour les MCV ont été calculés.

5 671 patients ont subi au moins une mesure de C-IMT : 52 % d'hommes ; âge moyen 52±11 ans ; IMC moyen = 26,1±4,7 ; NASH 33 % ; TA 39 %, C-IMT moyen 0,62±0,13 mm. 1 872 patients ont subi 2 mesures de C-IMT.

Au cours des 8±4 ans de suivi, la NASH a été diagnostiquée chez 12 % des patients et les plaques carotidiennes chez 22 % des patients.

La régression de NASH est associée à une réduction du risque de développer un DM  

Une étude longitudinale sur 10 ans a confirmé que la NASH est un facteur de risque significatif pour le développement du diabète et que la régression de la NASH par traitement est associée à une réduction du risque de développer un diabète (en cours de soumission).

Dans cette étude portant sur 3 074 patients japonais, 117 participants (16,1 %) dans le groupe NASH ont développé un diabète au cours d'une période de suivi sur 10 ans, comparativement à 72 participants (3,1 %) seulement dans le groupe non-NASH (p<0,001). La probabilité de régression multivariée était de 2,82 (intervalle de confiance de 95 %) : 1,91 à 4,15) dans le groupe NASH, par rapport au groupe non-NASH.

En outre, 7 participants (6,4 %) dans le groupe amélioré ont développé le diabète, comparativement à 110 participants (17,8 %) dans le groupe non-amélioré. Dans le groupe amélioré, la probabilité de régression multivariée était de 0,30 (IC de 95 % : 0,13 à 0,66), par rapport au groupe non-amélioré.

« Les résultats d'études longitudinales antérieures ont démontré un lien évident entre la NASH et le développement d'un DM », a expliqué M. Dufour. « Toutefois, cette étude est la première à montrer que le DM peut être évité si la NASH régresse », a-t-il poursuivi.  

« Une approche pluridisciplinaire s'avère donc nécessaire dans le traitement de patients atteints de NASH, en considérant la présence de cette affection comme un élément essentiel de la prévention et des soins du diabète. De nouveaux essais cliniques sont en cours, dans le but d'étudier les effets bénéfiques des médicaments antidiabétiques sur l'histologie de la NASH, et leur impact potentiel sur l'incidence du diabète et du risque cardiovasculaire chez les patients non diabétiques atteints d'une NASH précoce », a conclu M. Dufour.

Cette étude a porté sur 8 070 participants ayant effectué un bilan de santé à deux reprises et à 10 ans d'écart, entre 2000 et 2012. Un critère d'inclusion imposait d'avoir passé une échographie abdominale au cours de la première et de la deuxième visite. Les critères d'exclusion comprenaient l'ingestion de 20 g/jour d'alcool, la présence d'antigènes HB, d'anticorps HCV ou de DM au début de l'étude.

Les 3 074 participants admissibles ont été répartis entre le groupe NASH (n=728) et le groupe non-NASH (n=2 346), selon l'indice Fatty Liver, déterminé par échographie.

Le groupe NASH a ensuite été divisé en groupe amélioré (n=110) et non-amélioré (n=618), en fonction de la régression de la stéatose hépatique constatée lors du deuxième bilan de santé. Les probabilités de régression multivariée pour le développement d'un DM ont été estimées selon un modèle de régression logistique.

i. R. Pais et autres. LA NASH EST UN PRÉDICTEUR INDÉPENDANT DE L'ATHÉROSCLÉROSE CAROTIDIENNE PRÉCOCE : RÉSULTATS D'UNE VASTE ÉTUDE TRANSVERSALE ET D'UNE COHORTE DE VALIDATION PAR SUIVI À LONG TERME. Extrait présenté lors de l'International Liver CongressTM 2014.

ii. H. Yamazaki et autres. DIMINUTION DU DÉVELOPPEMENT DU DIABÈTE SUCRÉ AVEC AMÉLIORATION DE LA STÉATOSE HÉPATIQUE NON ALCOOLIQUE : ÉTUDE D'UNE COHORTE JAPONAISE SUR 10 ANS. Extrait présenté lors de l'International Liver CongressTM 2014.

Pour tout complément d'information sur ces études, ou pour solliciter un entretien, n'hésitez pas à contacter le service de presse de l'EASL :

E-mail : easlpressoffice@cohnwolfe.com

Helena Symeou : +44-7976562430

Courtney Lock : +44-7894-386-422


LA

SOURCE European Association for the study of the Liver