De nouvelles recherches révèlent que les changements constatés dans la marche pourraient indiquer un risque accru de troubles cognitifs

16 Juillet, 2012, 01:33 BST de Alzheimer's Association

VANCOUVER, Colombie-Britannique, le 16 juillet 2012 /PRNewswire/ -- Les troubles de la marche - tel qu'un ralentissement de la vitesse de marche ou une marche plus variable - pourraient indiquer un déclin de la fonction cognitive, selon de nouvelles études de recherche présentées lors de la Conférence internationale 2012 de l'Association Alzheimer (Alzheimer's Association's International Conference® 2012 : AAIC® 2012).

« Confrontés à une génération vieillissante de baby-boomers, qui présente un plus grand risque d'Alzheimer et de démence, il est important que les médecins soient conscients des liens entre la marche et la fonction mentale. Ces études suggèrent que l'observation et la mesure des changements de la marche pourraient constituer un outil précieux pour signaler la nécessité d'une évaluation cognitive plus poussée, » a déclaré William Thies, PhD, chef de la direction médicale et scientifique de l'Association Alzheimer®.

« Pour les médecins particulièrement occupés qui disposent d'un temps limité avec leurs patients, la surveillance de la détérioration et d'autres changements dans la marche d'une personne âgée constituent un élément idéal, car cette évaluation ne nécessite aucune technologie coûteuse ni n'engendre de perte de temps. Il s'agit d'une méthode relativement simple et directe, » a ajouté William Thies.

L'analyse de la marche démontre que la vitesse et la variabilité du pas peuvent être liés à des troubles cognitifs

Les difficultés à marcher ne sont pas les conséquences inévitables du vieillissement. Cependant, elles constituent un problème commun qui touche les personnes âgées. La recherche montre que les personnes ayant des difficultés à marcher présentent non seulement un risque accru de chute, mais peuvent également présenter un risque accru de développer des troubles de la mémoire et une démence.

Stephanie A. Bridenbaugh, docteur en médecine au Basel Mobility Center à Bâle, en Suisse, et ses collègues, ont eu recours à des analyses quantitatives de la marche afin d'explorer cette question. L'étude a suivi 1 153 participants (âge moyen : 77 ans), y compris les patients externes de la Basel Memory Clinic et du Basel Mobility Center, ainsi que des participants cognitivement sains dans le cadre d'une étude de cohorte menée à Bâle de 2007 à 2011.

Les participants ont été divisés en groupes en fonction de leurs diagnostics cognitifs : cognitivement sains, troubles cognitifs légers (MCI) ou démence d'Alzheimer. Les individus atteints de la maladie d'Alzheimer ont été subdivisés en trois groupes : léger, modéré ou sévère. La marche a été mesurée à l'aide d'une piste de marche électronique de 10 mètres de long dotée de près de 30 000 capteurs de pression intégrés. Tous les participants ont effectué une marche « normale » et deux « double-tâches » différentes : marche normale avec compte à rebours à voix haute et marche normale en citant des noms d'animaux.

Les scientifiques ont constaté que la marche devenait plus lente et plus variable à mesure que le déclin cognitif progressait. Pour l'ensemble des groupes, les vitesses de marche étaient plus lentes lors des double-tâches que pendant la marche normale. « Les patients atteints de la maladie d'Alzheimer marchaient plus lentement que ceux atteints de MCI, qui marchaient eux-mêmes plus lentement que ceux cognitivement sains, » a déclaré Bridenbaugh.

« Les troubles de la mobilité sont souvent associés à la démence, et certains changements de la marche peuvent même apparaître avant que le déclin cognitif ne puisse être détecté par les méthodes de test traditionnelles. L'analyse de la marche permet de mesurer la marche de manière simple, rapide et objective. Lorsque les premiers problèmes apparaissent, cela peut permettre la détection précoce des risques de chute et les premiers stades de la déficience cognitive chez les personnes âgées, » a ajouté Bridenbaugh. « L'analyse de la marche ne saurait remplacer une évaluation neuropsychologique complète destinée à diagnostiquer l'état cognitif d'un patient. En revanche, l'analyse de la marche peut s'avérer un outil important pour faciliter le diagnostic, et pour noter les effets du traitement ou la progression de la maladie. »

Certains aspects spécifiques de la marche peuvent être associés à des capacités et des fonctions cognitives spécifiques

Avec l'âge, et chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, plusieurs fonctions cérébrales se détériorent. La plupart des recherches ont porté sur la cognition. Certaines données récentes suggèrent que la marche est également affectée par le vieillissement et la maladie d'Alzheimer, mais la relation exacte demeure incertaine.

Mohammad Ikram, docteur en médecine, Ph.D., et ses collègues de l'Erasmus MC à Rotterdam, aux Pays-Bas, ont étudié la relation entre la cognition et la marche au sein de la communauté des personnes âgées. Les chercheurs ont étudié 1 232 personnes, âgées de 49 ans et plus, dans le cadre de l'Étude de Rotterdam (Note : les données fournies dans le présent communiqué ont été mises à jour depuis celles préalablement soumises à l'AAIC 2012). Des tests neuropsychologiques standardisés ont été utilisés pour mesurer la vitesse de traitement des informations, la mémoire, la vitesse de la motricité fine, et les fonctions exécutives. La marche a été évaluée à l'aide d'une piste de marche électronique.

Chaque participant a effectué une marche normale, une marche en tandem (où le talon du pied avant est placé en contact direct avec les orteils du pied arrière), et un demi-tour. Les variables de la marche ont été regroupées en sept facteurs indépendants :

  • Rythme (reflétant le temps et la cadence de foulée)
  • Vitesse (reflétant la longueur et la vitesse de foulée)
  • Phases (reflétant le temps passé sur un ou deux pieds)
  • Variabilité (reflétant la variation de la marche au sein de personnes)
  • Base de support (reflétant la largeur des pas et la largeur de la foulée)
  • Tandem (nombre d'erreurs dans une marche en tandem)
  • Demi-tour (temps et nombre de pas nécessaires pour faire demi-tour)

Un certain nombre de tendances intéressantes sont apparues dans l'analyse des données ; les chercheurs ont constaté que certains domaines cognitifs étaient uniquement associés à certains aspects de la marche.

  • La vitesse de traitement de l'information a été associée à l'aspect rythmique de la marche.
  • Les fonctions exécutives ont été associées à la vitesse et à la variabilité.
  • La vitesse de la motricité fine a été associée avec la marche en tandem.
  • La mémoire n'a été associée à aucun aspect de la marche.

« Nos résultats suggèrent que la cognition et la marche sont étroitement liées selon un schéma déterminé, dans lequel certains domaines cognitifs s'associent exclusivement aux aspects de la marche correspondants, » a déclaré Ikram.

Vitesse, cadence et longueur de foulée réduites peuvent être associées à un déclin cognitif

Certaines études antérieures ont rapporté que des anomalies de la marche pouvaient être associées à une déficience cognitive et à des maladies démentielles. Cependant, il est difficile de savoir quels composants de la marche peuvent être associés à une baisse cognitive future.

Rodolfo Savica, docteur en médecine, MSc, et ses collègues de la Mayo Clinic Study of Aging (MCSA), ont mesuré la longueur de foulée, la cadence et la vitesse de plus de 1 341 participants à l'étude par le biais d'un instrument de marche informatisé (GAITRite) lors de deux visites ou plus, réalisées à environ 15 mois d'intervalle. Les visites comprenaient également des évaluations neurologiques et neuropsychologiques couvrant quatre domaines : la mémoire, les fonctions exécutives, le langage et les capacités visuo-spatiales. Les participants étaient cognitivement normaux (1 172), diagnostiqués comme atteints de MCI (158) ou de démence (11).

Les chercheurs ont constaté que les participants à l'étude qui présentaient une cadence, une vitesse, et une amplitude de foulée inférieures connaissaient une baisse largement significative en termes de cognition globale, de mémoire, et de fonctions exécutives.

« Nous avons observé au sein des populations étudiées un lien entre vitesse de marche, cadence et longueur de foulée réduites, et baisse cognitive à la fois globale et spécifique, » a déclaré Savica. « Ces résultats confirment le rôle possible des changements de la marche en tant que facteur prédictif précoce de la déficience cognitive. »

La surveillance continue à domicile peut constituer une mesure de marche plus précise que les tests uniques

Traditionnellement, la vitesse de marche est constatée à un moment unique déterminé, tel que lors d'un examen physique annuel.

« La technologie de pointe nous permet désormais de mesurer la vitesse de marche à domicile, qui provient de centaines d'épisodes de marche et qui utilise les informations collectées en continu par des capteurs de mouvement, » a déclaré Lisa Silbert, docteur en médecine, MCR, de l'Oregon Health & Science University de Portland, aux États-Unis. « Ceci offre potentiellement une mesure plus fiable qui permet de lier les capacités de marche réelles avec la santé cérébrale du patient. »

Silbert et ses collègues ont travaillé avec 19 volontaires non atteints de démence (MMSE 28,7) inscrits à l'étude Intelligent Systems for Assessment of Aging Changes (ISAAC). Tous les participants ont subi une IRM cérébrale pour mesurer le volume total du cerveau total ainsi que différentes parties cérébrales. La vitesse de marche a été déterminée de deux manières : (1) au moment de l'IRM, en évaluant le temps de marche sur neuf mètres, et (2) en utilisant un système d'évaluation à domicile qui recueille en continu les données à l'aide de capteurs d'activités de mouvement sur une période d'un mois.

Les chercheurs ont constaté que :

  • Les participants à l'étude marchaient plus vite quand leur vitesse était mesurée en une fois par un professionnel que lorsque leur vitesse était enregistrée à domicile en conditions d'évaluation continue.
  • Les vitesses de marche plus lentes déterminées par la technologie d'évaluation continue à domicile ont été associées à des tailles totales du cerveau inférieures, tandis que cela n'a pas été le cas pour les mesures de vitesse de marche réalisées à un moment unique déterminé.
  • Les vitesses de marche plus lentes enregistrées à domicile ont été plus fortement associées à des volumes inférieurs de l'hippocampe (une section du cerveau importante pour la mémoire) qu'aux vitesses de marche enregistrées lors d'un examen unique.

« Il est possible que la vitesse de marche enregistrée à un moment unique déterminé surestime les capacités de marche chez les personnes âgées. Nos données suggèrent qu'un contrôle continu à domicile est susceptible de refléter de manière plus précise la vitesse de marche et peut être plus sensible à la détection des changements moteurs associés à un déclin cognitif futur, » a déclaré Silbert.

Les changements dans la marche sont en corrélation avec les symptômes de démence chez les populations « très âgées »

Le projet Kurihara, mené par Kenichi Meguro et ses collègues de la Tohoku University Graduate School of Medicine, à Sendai, au Japon, a examiné la relation entre la marche et la cognition dans une communauté composée de 525 personnes âgées de 75 ans et plus, à Kurihara et Osaki, au Japon.

Les chercheurs ont recueilli les données démographiques des participants, leurs antécédents médicaux, les résultats généraux d'examens médicaux et neurologiques, les résultats d'IRM et les examens neuropsychologiques, y compris l'examen Mini-Mental State (MMSE) et le Clinical Dementia Rating (CDR). Les participants ont marché sur six mètres à leur rythme le plus rapide. Les mesures de marche comprenaient le schéma de marche, la vitesse et la longueur de foulée.

Les chercheurs ont constaté que 385 participants à l'étude présentaient un schéma de marche normal, 65 présentaient une « marche neurologique », et 73 présentaient une marche anormale due à des maladies osseuses et articulaires (telles que l'arthrose). En ce qui concerne le CDR : 175 participants ont été classés CDR 0, 287 classés CDR 0,5, 44 classés CDR 1, 20 classés CDR 2, et 2 classés CDR 3. (CDR 0 est considéré comme normal, CDR 0,5 : démence très légère, et aggravation de la démence jusqu'à CDR 3 : démence sévère.) Ils ont également constaté que l'atrophie du cortex entorhinal mesurée par IRM - partie du cerveau qui fonctionne comme le centre du vaste réseau des fonctions de mémoire et de navigation - était significativement corrélée avec la vitesse de marche.

« Nos recherches ont révélé que la vitesse de marche diminuait de manière significative à mesure que la sévérité des symptômes de démence augmentait, » a déclaré Meguro. « La marche ne doit désormais plus être considéré comme une activité simple, automatique, et motrice qui est indépendante de la cognition. Elles sont liées. »

À propos d'AAIC

La Conférence internationale de l'Association Alzheimer (Alzheimer's Association's International Conference : AAIC) est la plus grande conférence au monde dans sa catégorie, réunissant des chercheurs du monde entier qui dévoilent et discutent de la recherche et des informations de pointe sur la cause, le diagnostic, le traitement et la prévention de la maladie d'Alzheimer et des troubles connexes.  Dans le cadre du programme de recherche de l'Association Alzheimer, l'AAIC sert de catalyseur pour générer de nouvelles connaissances sur la démence et favorise la communauté indispensable de la recherche collégiale.

À propos de l'Association Alzheimer

L'Association Alzheimer est l'organisation bénévole de santé leader mondiale dans les soins, le soutien et la recherche de la maladie d'Alzheimer. Notre mission consiste à éliminer la maladie d'Alzheimer grâce à l'avancement de la recherche, à fournir et à améliorer les soins et le soutien à toutes les personnes atteintes de la maladie, et à réduire le risque de démence par la promotion de la santé cérébrale. Notre objectif est celui d'un monde libéré de la maladie d'Alzheimer. Consultez www.alz.org ou appelez le 800-272-3900.

LA

SOURCE Alzheimer's Association



Liens connexes

http://www.alz.org