Des conseils d'administration plus petits, plus diversifiés et plus indépendants : un nouveau rapport d'Eversheds identifie les critères de réussite des entreprises

07 Mars, 2011, 10:00 GMT de Eversheds LLP

LONDRES, March 7, 2011 /PRNewswire/ --

- Une nouvelle étude internationale majeure sur la culture des conseils d'administration examine les relations entre leur composition, l'évolution du cours des actions et la réussite des entreprises avant, pendant et après la crise financière

- Les facteurs de réussite clés comprennent une taille réduite, une diversité accrue et une plus grande indépendance des conseils d'administration

- Les entreprises européennes ont fait l'expérience de la diminution moyenne la plus importante en termes de cours des actions pendant la crise financière, à savoir 29 %

Une réduction de la taille, un nombre plus important de femmes directrices et une proportion plus grande de directeurs indépendants sont les éléments clés des conseils d'administration des entreprises prospères, d'après un nouveau rapport majeur publié aujourd'hui (le 7 mars) par le cabinet juridique international Eversheds.

Intitulé "Eversheds Board Report", ce rapport est le résultat d'une étude avant-gardiste qui a analysé les performances de près de 250 des entreprises les plus importantes d'Europe, des États-Unis et d'Asie Pacifique* entre octobre 2007 et décembre 2009, afin de déterminer si la composition des conseils d'administration exerçait un impact direct sur la capacité des entreprises à surmonter la crise financière.

Malgré les différences régionales constatées - les entreprises affichant les meilleures performances ont été trouvées à Hong Kong, où une hausse moyenne des cours des actions de 15,6 % a été observée, en comparaison avec une diminution moyenne de 29 % en Europe continentale - certaines tendances mondiales en termes d'efficacité des conseils d'administration ont été mises en évidence.

Les entreprises affichant les meilleures performances présentaient un nombre total inférieur de directeurs au sein de leurs conseils d'administration. Tandis que cela était particulièrement vrai pour les entreprises à Hong Kong et aux États-Unis, les entreprises européennes, à l'exception du Royaume-Uni, semblent avoir été pénalisées par leur nombre de directeurs le plus élevé, totalisant en moyenne 19 directeurs en 2009. Cela contraste avec les 12 directeurs aux États-Unis et 14 à Hong Kong, des proportions se rapprochant plus du nombre optimal de 11 directeurs. Parmi les personnes interrogées, un grand nombre estimait qu'un conseil d'administration de plus petite taille permettait de mieux se concentrer sur les problèmes, facilitait l'administration de la présidence, accélérait le processus de prises de décisions et générait une meilleure dynamique globale entre les membres.

Le rapport a également révélé que les entreprises comptant plus de femmes directrices affichaient de meilleures performances pendant la crise financière, ce qui était particulièrement le cas au Royaume-Uni et dans le secteur bancaire. Malgré l'augmentation de 6,9 % en 2007 à 9,1 % en 2009 de la proportion de femmes au sein des conseils d'administration des entreprises européennes, le ratio homme/femme demeurait l'un des plus faibles à travers toutes les régions identifiées dans le rapport.

Bien que le rapport ait indiqué que les entreprises les plus prospères comptaient un plus grand nombre de femmes directrices au sein de leurs conseils d'administration, seuls 55 % des directeurs interrogés lors des entrevues estimaient que la diversité en soi était bénéfique pour les conseils d'administration et l'efficacité des entreprises, tandis que seule la moitié de ce pourcentage se disait directement en faveur de prendre des mesures positives pour nommer plus de femmes au sein des conseils d'administration.

Il existe également une forte corrélation entre l'évolution des cours des actions et le nombre de directeurs indépendants au sein des conseils d'administration des entreprises. Pourtant, en Europe continentale, le ratio de directeurs indépendants demeurait faible, s'élevant à seulement 52 % en 2009, comparativement à 87 % aux États-Unis. Selon les résultats des entrevues, les directeurs privilégient au sens strict l'indépendance par rapport à l'expérience. Cependant, 67 % jugent ces deux éléments aussi importants.

Les participations importantes, c'est-à-dire les entreprises présentant des pourcentages plus élevés de capital d'actions appartenant à des actionnaires qui détiennent 3 % ou plus du capital émis - se sont également avérées être un facteur de réussite. En revanche, en Europe continentale, le ratio d'actions détenues par des actionnaires importants était faible, s'élevant à seulement 25 % en 2009, malgré une légère hausse par rapport aux 23 % de 2007. Les entreprises ayant affiché les meilleures performances pendant la crise financière présentaient une probabilité considérablement plus forte de compter un nombre plus élevé d'actionnaires détenant une participation importante.

John Heaps, président d'Eversheds, a déclaré :

"Aux quatre coins du globe, les conseils d'administration ont affronté des défis extraordinaires au cours des quelques dernières années. Nous avons réalisé cette étude internationale majeure afin de comprendre et de répondre aux défis auxquels nos clients font face. Nous souhaitions également déterminer s'il était possible d'identifier des tendances reliant directement la composition des conseils d'administration aux performances des entreprises pendant la crise financière. Cette crise financière a obligé de nombreuses entreprises à remettre sérieusement en question la structure de leurs conseils d'administration."

Mark Spinner, associé d'Eversheds, a ajouté :

"Les tendances majeures révélées par notre étude suscitent indéniablement un débat, en particulier si l'on prend en compte la réussite relative des conseils d'administration plus indépendants et diversifiés et la mesure dans laquelle les entreprises d'Europe continentale ont souffert en termes de leurs performances financières durant la crise, du fait que leurs conseils d'administration ne reflétaient pas les critères optimaux. Par ailleurs, de nombreux directeurs ont affirmé qu'il existait un 'basculement des pouvoirs', les directeurs exécutifs comptant plus sur l'expérience des directeurs indépendants qu'auparavant. Cependant, le consensus général semble indiquer qu'il ne s'agit pas d'un changement permanent, puisque de nombreux directeurs estiment qu'il est temps aujourd'hui pour les directeurs indépendants de 'prendre du recul' et de laisser l'administration aux mains de la direction exécutive.

"Des leçons doivent être tirées des facteurs qui ont contribué à la performance des entreprises et il est clair que, le cas échéant, des conseils d'administration plus simplifiés et indépendants présentant un ratio plus élevé de femmes directrices pourraient constituer les clés d'une future prospérité."

*Échantillon de recherche :

Dans le cadre de cette étude, les performances de 241 entreprises ont été examinées entre octobre 2007 et décembre 2009. L'échantillon comprenait :

- Royaume-Uni : 75 entreprises du FTSE 350, dont les 50 premières entreprises du FTSE 100 par capitalisation du marché et 25 entreprises du FTSE 250

- États-Unis : les 51 premières entreprises par capitalisation du marché du S&P100 aux États-Unis

- Europe continentale : les 50 premières entreprises par capitalisation du marché de l'EuroStoxx50

- Asie Pacifique : 50 entreprises, dont 25 de l'Indice Hang Seng à Hong Kong et 25 entreprises du S&P/ASX50 en Australie

- Parmi ces 241 entreprises figuraient 50 banques

Entre août 2010 et octobre 2010, 50 directeurs sélectionnés de façon aléatoire au sein des 241 entreprises ont également fait l'objet d'entrevues, permettant ainsi d'effectuer une analyse à la fois quantitative et qualitative des résultats.

Notes à l'intention des rédacteurs

À propos d'Eversheds LLP

Eversheds LLP et ses bureaux internationaux comptent plus de 4 500 personnes fournissant des services aux entreprises du secteur privé et du secteur public ainsi qu'à la communauté financière. L'accès à tous ces services est fourni par le biais de 46 bureaux internationaux présents dans 28 juridictions. Eversheds Eversheds associe l'accès et la connaissance des marchés locaux aux spécialités, ressources et capacités internationales de l'un des plus grands cabinets juridiques du monde.

http://www.eversheds.com

Chantel Gohil, pour Eversheds LLP, Tél. : +44(0)207-919-4500, E-mail : chantelgohil@eversheds.com

LA

SOURCE Eversheds LLP