Des << ciseaux moléculaires >> dans le domaine de la génomique végétale sont développés à la KAUST

23 Février , 2011, 09:32 GMT de King Abdullah University of Science & Technology

THUWAL, Arabie Saoudite, February 23, 2011 /PRNewswire/ -- Des chercheurs de la King Abdullah University of Science and Technology (KAUST) ont développé une nouvelle technologie permettant d'améliorer la qualité, le rendement et la résistance aux maladies des variétés de récoltes actuelles. Les implications pour la science agricole sont importantes.

Dans un article publié dans les Proceedings of National Academy of Sciences, USA (PNAS) le 24 janvier 2011, le Dr. Magdy Mahfouz et l'équipe de recherches parlent d'un nouveau moyen de traiter les plantes de façon à ce qu'elles tolèrent des environnements agressifs. Les régions où la quantité et la qualité de l'eau sont limitées, telles que l'Arabie Saoudite et le Moyen-Orient, pourraient bénéficier de la culture de récoltes traitées pour une tolérance au stress, ce qui aiderait non seulement à satisfaire les besoins alimentaires d'une population grandissante, mais pourrait aussi ouvrir la voie à l'exportation des surplus de récoltes vers les marchés restrictifs en GM tels que le Japon.

Le Dr. Mahfouz travaille au Plant Stress Genomics Research Center de la KAUST, dirigé par le Professeur Jian-Kang Zhu. Cette toute dernière recherche correspond exactement au souhait exprimé par son fondateur selon lequel la KAUST devrait apporter à la région les avantages de cette nouvelle recherche et le développement économique qui l'accompagne, avec la promesse d'autres avantages à l'échelle mondiale.

Le Dr. Mahfouz a développé un << outil de réparation >> (des ciseaux moléculaires), fabriqué à partir de protéines, capable de faire les deux choses suivantes : il trouve l'emplacement exact sur le génome où l'incision doit être faite en utilisant un << code postal >> génétique, puis supprime, ajoute ou modifie le gène avec énormément de précision et d'exactitude.

Le travail du Dr. Mahfouz a le potentiel nécessaire pour des applications bien plus importantes, y compris dans le domaine de la santé humaine. Cette nouvelle technologie pourrait améliorer la technique pouvant être utilisée pour remplacer les mauvais gènes par les << bons >>, ou pour éliminer ou désactiver les gènes défectueux causant la maladie.

à propos de cette recherche, le doyen de la KAUST, Stefan Catsicas, a considéré la technologie comme une révolution scientifique, et, si le brevet est finalement validé, les recettes seront potentiellement prometteuses selon lui.

Le Dr. Nina Fedoroff, Professeur des Sciences de la vie à la Penn State University, a déclaré que l'article de Mahfouz << démontre la praticabilité de la création sur mesure d'enzymes capables de couper l'ADN, afin de découper une séquence cible souhaitée avec une spécificité très élevée. C'est un immense pas en avant vers la création d'améliorations génétiques très spécifiques dans les plantes cultivées, tout en évitant les risques potentiels qui sont sources d'inquiétudes pour beaucoup de personnes avec des stratégies de modification génétique plus conventionnelles. De plus, cet article donne la première preuve que cette stratégie particulière fonctionnera dans les plantes >>. Le Professeur Fedoroff est << ravi de voir des contributions aussi révolutionnaires émerger d'une université aussi jeune que la KAUST ! >>

Le Dr. Bengt Norden, Professeur de Chimie physique à la Chalmers University of Technology en Suède et ancien Président du Comité du Prix Nobel de Chimie, a commenté << qu'il est très plaisant de voir la KAUST produire une contribution aussi révolutionnaire dans le domaine des sciences de la vie >>. Le travail de Mahfouz a un grand impact et se raccorde aux récentes découvertes du Lauréat du Prix Nobel Sir Aaron Klug qui ont montré que les protéines à doigt de zinc reconnaissant l'ADN connectées à une fonction de nucléase peuvent être exploitées pour créer, de façon hautement sélective, des bris double-brins dans l'ADN, initiant l'insertion catalysée par recombinaison d'une séquence oligonucléotidique à l'efficacité étonnamment élevée. La possibilité de reprendre cette manipulation ADN pour une << thérapie de correction génétique >> clinique devient donc enfin une réalité.

A propos de la KAUST

La King Abdullah University of Science and Technology (KAUST) est une université de recherche internationale de deuxième cycle située sur la Mer Rouge, dédiée à l'inspiration d'une nouvelle ère de réalisation scientifique en faveur de l'Arabie Saoudite et au-delà. L'Université s'engage à faire progresser la science et la technologie par le biais d'une recherche transdisciplinaire dans les domaines mondialement considérables de l'énergie, l'eau, la nourriture et l'environnement. La KAUST est la réalisation d'une vision longue d'une décennie du Gardien des Deux Mosquées Sacrées, Sa Majesté le Roi Abdullah Bin Abdulaziz Al Saud, et est régie par un Conseil d'administration indépendant, auto-soutenu et financé par une dotation généreuse. La classe inaugurale de 300 étudiants de Master de l'Université a terminé ses études en décembre 2010.

LA

SOURCE King Abdullah University of Science & Technology