Des ONG et des représentants des forces de l'ordre se réunissent pour évoquer le problème mondial des disparitions d'enfants

04 Décembre , 2014, 13:10 GMT de International Centre for Missing & Exploited Children (ICMEC)

- Chaque jour, des enfants disparaissent dans le monde

WARNSVELD, Pays-Bas, 4 décembre 2014 /PRNewswire/ -- Le Centre international contre l'exploitation et l'enlèvement des enfants (ICMEC), implanté à Alexandrie, en Virginie, organise aujourd'hui et demain la Conférence mondiale annuelle de son Réseau mondial des enfants disparus, à Warnsveld (Pays-Bas). La conférence réunit des représentants des forces de l'ordre et des organisations non gouvernementales (ONG) de 22 pays pour évoquer le problème des disparitions et des enlèvements d'enfants à travers le monde.

La conférence est organisée en collaboration avec l'Unité des personnes disparues de la police néerlandaise et avec le soutien de la Motorola Solutions Foundation. Les participants partageront des études de cas, notamment une analyse portant sur l'implication et le soutien des médias. Des discussions sur les bases de données génétiques, la médiation dans les cas d'enlèvements parentaux et la protection de la vie privée des enfants lors des enquêtes sur les disparitions d'enfants sont également prévues. L'objectif est de renforcer la collaboration existante entre les pays membres et de mettre en place de bonnes pratiques applicables dans les pays du monde entier.

Quelles que soient les circonstances dans lesquelles un enfant disparaît, il court un risque accru d'être victime d'exploitation sexuelle, de travail forcé, de violence physique et psychologique ou d'autres actes criminels. Au Royaume-Uni, par exemple, l'association Parents & Abducted Children Together (PACT) rapporte que plus de 25 % des enfants qui ont quitté leur domicile subissent une forme ou une autre de maltraitance quand ils vivent dans la rue. Aux États-Unis, le Centre national pour les enfants disparus et exploités estime que pour 7 enfants fugueurs signalés en danger, l'un d'entre eux est probablement victime d'exploitation sexuelle. Plus la disparition d'un enfant ou d'un adolescent est ancienne, plus les risques qu'il encourt augmentent.

« Les disparitions d'enfants sont un problème mondial qui nécessite une riposte mondiale. Le Réseau mondial des enfants disparus permet à ses pays membres de travailler ensemble et d'élaborer une réponse globale », a déclaré l'Ambassadrice Maura Harty, présidente et directrice générale de l'ICMEC. « Cette réunion est une occasion importante d'apprendre les uns des autres et de redoubler d'efforts pour protéger les enfants. Nous remercions infiniment notre partenaire, la Motorola Solutions Foundation, qui soutient notre action depuis cinq ans. »

Les pays membres actuels du GMCN sont les suivants : Albanie, Argentine, Australie, Belgique, Biélorussie, Brésil, Canada, Allemagne, Grèce, Italie, Irlande, Mexique, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pologne, Roumanie, Russie, Serbie, Espagne, Afrique du Sud, Corée du Sud, Royaume-Uni et États-Unis.

La Motorola Solutions Foundation est la branche caritative et philanthropique de l'entreprise Motorola Solutions. Avec des collaborateurs répartis dans le monde entier, Motorola Solutions cherche à contribuer aux mieux-être des communautés partout où elle est présente. Depuis 2010, la Fondation est un partenaire et un soutien de l'ICMEC qui nous encourage dans notre volonté de constituer un vaste réseau mondial en vue de sauver et de protéger les enfants du monde. Outre la prise en charge d'une partie des frais de la conférence organisée cette semaine, la Fondation a également offert des fonds à l'ICMEC pour contribuer à la promotion de la Journée internationale pour les enfants disparus, le 25 mai.

À propos du Centre international contre l'exploitation et l'enlèvement des enfants (ICMEC)
Le Centre international contre l'exploitation et l'enlèvement des enfants est une organisation privée 501(c) (3), non gouvernementale, à but non lucratif. Elle sensibilise et encourage la communauté internationale à lutter contre les enlèvements, l'exploitation et les abus sexuels impliquant des enfants. L'organisation a constitué un réseau international qui compte 23 pays. Elle a formé des représentants des forces de l'ordre dans 122 pays et travaillé avec des parlementaires dans 100 pays pour faire voter de nouvelles lois contre la pornographie infantile. L'ICMEC travaille en partenariat avec INTERPOL, l'Organisation des États américains et la Conférence de La Haye de droit international privé, parmi d'autres. Pour en savoir plus sur ICMEC, veuillez consulter : www.icmec.org.

À L'ATTENTION DES MÉDIAS : La conférence est une réunion de travail et ne sera pas accessible aux médias. Plus plus d'informations, veuillez contacter newsmedia@icmec.org ou composer le +1-703-837-6329.

LA

SOURCE International Centre for Missing & Exploited Children (ICMEC)



Liens connexes

http://www.icmec.org