Des recherches récentes prouvent qu'un médicament cardiaque sauve la vie des patients

14 Novembre, 2000, 06:00 GMT de Roche Pharmaceuticals

Le carvedilol améliore la qualité de vie

La Nouvelle-Orléans - Comment vous sentiriez-vous si vous étiez toujours fatigué, essoufflé, et que vous toussiez ? Imaginez-vous avoir des difficultés à monter les escaliers chez vous, être incapable de jouer avec vos petits-enfants, ou encore obligé de passer beaucoup de temps à l'hôpital. Sans parler de palpitations cardiaques, d'amaigrissement, de relâchement musculaire, ni du risque de décès probable à 30 % dans les deux années suivant le diagnostic (1). Voilà à quoi sont confrontées de plus en plus de personnes souffrant d'insuffisance cardiaque, et spécialement d'insuffisance aggravée.

Mais des chercheurs de premier plan annoncent, à l'occasion du congrès annuel de l'American Heart Association qui a lieu cette semaine, que les patients atteints d'insuffisance cardiaque sévère ont désormais une chance plus grande de vivre plus longtemps, de passer moins de temps à l'hôpital, de se sentir mieux et de jouir d'une qualité de vie meilleure - s'ils suivent un traitement à base de carvedilol, une substance indiquée en cas de pathologie cardiaque.

Plus d'une chance sur trois de vivre plus longtemps

La découverte est le résultat de l'étude COPERNICUS, qui représente l'expérimentation réussie la plus importante qui ait jamais été menée auprès de patients souffrant d'une sévère insuffisance cardiaque chronique. COPERNICUS, a montré que, sur 2000 patients, ceux qui étaient traités au carvedilol (une substance qui réduit pour les cœurs défaillants l'intensité de l'effort à produire, tout en aidant au maintien d'une action de pompage normale), administré en complément des traitements pour insuffisance cardiaque, avaient plus d'une chance sur trois de vivre plus longtemps que ceux qui ne l'étaient pas.

"Nous avons constaté que le carvedilol peut réduire de 35 % le nombre des décès chez les malades souffrant d'insuffisance cardiaque grave", déclare le professeur Milton Packer (New York), spécialiste mondial de tout premier plan qui a dirigé l'étude COPERNICUS. Il poursuit : "Si des patients dans un état comparable à celui des sujets de l'étude COPERNICUS avaient été traités au carvedilol pendant 12 mois, 70 morts prématurées auraient pu être évitées pour chaque série de 1.000 patients traités".

Les patients se sentent mieux

Quand on a demandé aux sujets de l'étude COPERNICUS d'évaluer s'ils se sentaient globalement mieux du fait de leur traitement, une proportion significativement plus importante de patients traités au carvedilol que de ceux qui ne l'étaient pas ont déclaré se sentir mieux.

"Les résultats de l'étude COPERNICUS, s'ils sont appliqués de manière adéquate, sont susceptibles d'exercer sur la santé publique un impact plus important que la plupart des expériences de médecine cardiovasculaire. L'insuffisance cardiaque est un problème de santé publique sérieux, du fait que les patients qui en souffrent sont plus handicapés et hospitalisés plus souvent que ceux atteints de quelque forme de cancer que ce soit", dit encore le Dr Packer.

Non seulement le carvedilol s'est-il révélé efficace, mais il a aussi été bien toléré : moins de patients sous carvedilol se sont désistés au cours de l'expérimentation en raison de réactions pénibles par rapport à ceux auxquels n'a été administré qu'un placebo (pilule de sucre). Ceci est important, car la principale raison pour laquelle les sujets cardiaques interrompent leur traitement est la survenue d'effets secondaires désagréables. Les médecins traitants hésitent souvent à prescrire des bêtabloquants classiques : ils redoutent en effet les effets secondaires comme les vertiges, la fatigue, le ralentissement du rythme cardiaque ou la détérioration de l'état du patient.

Bonnes nouvelles pour les cardiaques

L'insuffisance cardiaque est une affection répandue qui atteint presque 10 millions de personnes dans le monde occidental. C'est d'ailleurs la seule affection cardiovasculaire sérieuse qui se développe. La raison en est essentiellement que davantage de personnes survivent à un infarctus, et qu'environ une sur cinq d'entre elles développent une insuffisance cardiaque dans les six mois suivants.

Si les sujets atteints d'insuffisance cardiaque ne sont pas traités efficacement, leur avenir est médicalement compromis : dans les deux ans suivant le diagnostic 33 % des femmes et 37 % des hommes meurent. L'insuffisance cardiaque exerce un impact majeur sur la qualité de vie : de toutes les maladies chroniques graves, c'est celle qui a l'effet le plus négatif sur la vie quotidienne (3).

Les résultats de l'étude COPERNICUS sont une source d'espoir pour les patients atteints d'insuffisance cardiaque grave : les médecins peuvent en effet, en toute sérénité, prescrire du carvedilol, du fait que l'expérience COPERNICUS confirme l'efficacité et la sécurité uniques d'emploi de ce traitement pour des patients souffrant d'insuffisance cardiaque.

A propos de Roche

Le groupe Roche, dont le siège est situé à Bâle (Suisse), est l'un des tous premiers groupes mondiaux de recherche de santé dans les secteurs des produits pharmaceutiques, de diagnostic et des vitamines. Innovants, les produits et services de Roche concernent la prévention, le diagnostic et le traitement de la maladie, et de ce fait contribuent à améliorer le bien-être et la qualité de vie. Roche a un personnel d'environ 62.000 personnes et vend ses produits dans 170 pays. Le groupe Roche a affiché des ventes de 20,3 milliards de francs suisses pour les neuf premiers mois de l'année 2000. Au cours du premier semestre 2000, le bénéfice net de la société s'est chiffré à 3 milliards de francs suisses. 1,9 milliards ont été réinvestis en recherche et développement.

Tous les noms de marques commerciales utilisés ou mentionnés dans ce communiqué de presse sont juridiquement protégés.

Références

Kannel WB, Belanger AJ. Epidemiology of heart failure. Am Heart J, 1991 ; 121 (3 Pt 1) : 951-4.

Cleland, J. & Gemmell,I. Is the prognosis of heart failure improving ? Eur J Heart Failure 1, 229-241 (1999). 3. Dargie HJ and McMurray JJV. Diagnosis and management of heart failure. Brit Med J 1998 ; 308 : 321-8.

LA

SOURCE Roche Pharmaceuticals