Des subventions de planification en vue d'un réseau collaboratif sont octroyées dans le cadre d'une initiative mondiale dotée de 22 millions d'euros en vue d'éradiquer la sclérose en plaques progressive

22 Septembre, 2015, 07:07 BST de International Progressive MS Alliance

L'International Progressive MS Alliance élimine les barrières et stimule la collaboration mondiale dans le but de trouver des solutions et des traitements contre la SEP progressive

NEW YORK, 22 septembre 2015 /PRNewswire/ -- L'International Progressive MS Alliance a octroyé son deuxième cycle de 11 subventions à des équipes collaboratives de scientifiques qui ont à cœur de renforcer les réseaux coopératifs essentiels à l'élimination des barrières à la mise au point d'un traitement contre la sclérose en plaques (SEP) progressive. L'Alliance est un collectif mondial de plus en plus important qui s'attache à trouver des solutions dans la lutte contre les formes progressives de la SEP qui ont échappé jusqu'à aujourd'hui à la communauté scientifique.

Logo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20140910/144829

Investissements ciblés en vue de trouver des traitements et des solutions pour lutter contre la SEP progressive
Ce deuxième cycle de financement lance un programme ciblé qui débouchera sur la création de réseaux mondiaux de recherche collaborative qui accéléreront les avancées dans trois domaines principaux : 1) la mise au point de médicaments candidats précliniques contre la SEP progressive, 2) la mise au point de mesures utiles des résultats, comme les biomarqueurs, en vue d'une intégration clinique précoce, et 3) la mise en place d'essais cliniques de nouvelles interventions. Avec ces subventions, l'Alliance a financé 22 projets internationaux rien que l'année dernière, le tout dans le cadre d'un programme ambitieux prévoyant des investissements cumulés de 22 millions d'euros au cours des cinq prochaines années.

Le nombre impressionnant de 52 candidatures, concernant près de 500 expérimentateurs, ont été reçues en vue de l'octroi de subventions de planification pour un réseau collaboratif sur 12 mois, une subvention de planification de 50 000 euros. Les 11 projets sélectionnés pourront ensuite faire l'objet d'une candidature en 2016 pour l'une des trois subventions de 4,2 millions d'euros sur 4 ans pour le fonctionnement d'un réseau collaboratif. « L'intérêt mondial pour l'élimination collaborative des entraves à la mise au point de solutions dans la lutte contre la SEP pousse le monde entier à en faire plus », explique Cynthia Zagieboylo, présidente du Comité exécutif de l'Alliance et PDG de la National MS Society (USA). Elle ajoute : « Le monde est uni dans une mesure que l'on jugeait impossible auparavant pour trouver les solutions dont ont urgemment besoin les personnes concernées par la SEP progressive ».

Les plus grands chercheurs et les meilleures institutions au monde entendent trouver des réponses
Les 11 projets du deuxième tour seront menés à bien par quelques-uns des plus grands leaders d'opinion au monde et les meilleurs spécialistes de la SEP, qui exploiteront les atouts d'institutions de renommée mondiale, les réseaux existants et les centres de connaissances. Pour de plus amples informations sur chaque subvention, rendez-vous sur www.ProgressiveMSAlliance.org :

Pendant la procédure d'examen, des opportunités de synergies collectives entre quelques-unes des applications les mieux cotées ont été recensées. Quatre des expérimentateurs en chef des subventions de planification financées ont accepté de collaborer avec d'autres réseaux, reconnaissant ainsi la possibilité d'exploiter les travaux réalisés dans d'autres projets semblables et complémentaires.

Les bénéficiaires des subventions de planification dans chacun des domaines sont présentés ci-dessous :

Domaine prioritaire 1 : Mise au point de médicaments candidats précliniques :

i. Mise en place d'une réserve de projets de découverte de médicaments contre la SEP progressive secondaire,
Francisco Quintana (Brigham and Women's Hospital) – chercheur principal (E.-U.)

ii. Thérapie à base de progéniteurs d'oligodendrocytes provenant de cellules souches contre la SEP progressive, Steven Goldman  (University of Rochester Medical Center) – chercheur principal (E.-U.).

iii. Bioinformatique et reprogrammation cellulaire pour la mise au point d'une plate-forme in vitro permettant de découvrir de nouveaux médicaments contre la SEP progressive (BRAVEinMS), Gianvito Martino (Fondazione Centro San Raffaele-1) – chercheur principal (Italie)

iv. Mitochondrie et SEP progressive, Don Mahad (Université d'Edimbourg) – chercheur principal (R.-U.)

v. Un réseau international pour déchiffrer la fonction et l'impact des variantes de risques concernant le SNC pour la SEP, David Hafler (Yale University School of Medicine) – chercheur principal (E.-U.) 

Domaine prioritaire 2 : Projets favorisant la mise au point d'une mesure utile des résultats pouvant être intégrée dans le développement clinique précoce dans le cadre du financement sur 4 ans :

vi. Un biomarqueur IRM de la progression de l'invalidité pour une utilisation dans des essais cliniques, Douglas Arnold (McGill University) –– chercheur principal (Canada)

vii. SPINE : imagerie de la moelle épinière permettant d'identifier les nouveaux biomarqueurs de l'évolution de la maladie et contrôle du traitement de la SEP progressive, Massimo Filippi (Fondazione Centro San Raffaele-1) – chercheur principal (Italie)

viii. Définition prospective de la SEP progressive secondaire, Fred Lublin (Icahn School of Medicine at Mount Sinai) – chercheur principal (E.-U.)

ix. Nouveaux traceurs d'imagerie moléculaire permettant de prédire la progression de l'invalidité et d'évaluer les thérapies contre la SEP : le réseau PROBIMS, Bruno Stankoff (Université Pierre et Marie Curie) – chercheur principal (France)

x. Elaboration et validation d'un système de mesure complet et innovant pour la progression de la maladie dans la SEP/Peter Fuhr (Hôpital universitaire de Bâle) (Suisse) et L'International MS Visual System Consortium (IMSVISUAL)/Peter Calabresi (Johns Hopkins University) (E.-U.) – chercheurs principaux

Domaine prioritaire 3 : Projet en vue de favoriser les essais cliniques des nouvelles interventions pour la SEP progressive dans le cadre du financement sur 4 ans :

xi. Réadaptation cognitive et activité physique chez les personnes atteintes de SEP progressive : étude multicentrique et multidisciplinaire, Anthony Feinstein (Sunnybrook Research Institute) – chercheur principal (Canada)

En outre, l'Alliance a pris la décision d'associer trois équipes jugées méritantes à trois équipes qui avaient soumis des propositions dans un domaine semblable mais qui n'ont pas été choisies pour bénéficier d'un financement. L'Alliance encourage ces groupes à collaborer afin d'accroître l'impact de leurs travaux. 

Les équipes concernées sont les suivantes :

I. Découverte de gènes et identification des composés principaux pour la SEP progressive, Philip DeJager (Harvard University) – chercheur principal (E.-U.) s'associera à Un réseau international pour déchiffrer la fonction et l'impact des variantes de risques concernant le SNC pour la SEP, David Hafler (Yale University School of Medicine) – chercheur principal (E.-U.)  

ii. Cibler la microglie dans la SEP progressive,Richard Nicholas (Imperial College London) – chercheur principal (R.-U.) s'associera à Nouveaux traceurs d'imagerie moléculaire permettant de prédire la progression de l'invalidité et d'évaluer les thérapies contre la SEP : le réseau PROBIMS, Bruno Stankoff (Université Pierre et Marie Curie) – chercheur principal (France)

iii. Cibler la plasticité nerveuse dans la SEP progressive – une approche transrationnelle, Letizia Leocani (Université San Raffaele) – chercheur principal (Italie) s'associera à Réadaptation cognitive et activité physique chez les personnes atteintes de SEP progressive : étude multicentrique et multidisciplinaire, Anthony Feinstein (Sunnybrook Research Institute) – chercheur principal (Canada)

« Non seulement l'intérêt mondial pour la SEP progressive s'est accru, mais les avancées se multiplient vers des solutions qui changeront le monde pour les personnes atteintes de la SEP », explique le docteur Alan Thompson, président du Comité directeur scientifique de l'Alliance et doyen de University College London Faculty of Brain Sciences.

A propos de la sclérose en plaques progressive : la sclérose en plaques progressive est une maladie chronique qui perturbe la circulation de l'information dans le corps et le cerveau et une forme de SEP qui s'aggrave avec le temps. Au quotidien, la SEP progressive prive les individus de diverses capacités comme la vue, la mobilité, la cognition, la capacité à travailler, voire leur autonomie. La SEP est présente dans chaque pays où l'on mène des études et plus de 2,3 millions de personnes vivent actuellement avec la maladie dans le monde entier, tandis que plus d'un million de personnes vivent avec une forme progressive de la SEP.

A propos de l'Alliance : la Progressive MS Alliance est une initiative internationale sans précédent qui rassemble des ressources et des experts du monde entier afin de trouver des réponses et mettre au point des solutions pour enrayer la SEP progressive. L'Alliance a comme vocation d'accélérer la mise au point de nouveaux traitements pour la SEP progressive en finançant les meilleures recherches où qu'elles soient menées. L'Alliance est dirigée par les équipes de direction des Sociétés de SEP des États-Unis, du Canada, d'Italie, d'Australie et du Royaume-Uni, ainsi que par la Fédération internationale des Sociétés de sclérose en plaques. Elle élargit le soutien financier et en ressources de ces organismes et d'autres encore, dont les Sociétés de SEP de Belgique, du Danemark, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Norvège et d'Espagne. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.ProgressiveMSAlliance.org.

LA

SOURCE International Progressive MS Alliance



Liens connexes

http://www.ProgressiveMSAlliance.org