DLDwomen 2014 : faire la différence !

24 Juillet, 2014, 10:06 BST de Hubert Burda Media

MUNICH, July 24, 2014 /PRNewswire/ --

  • La cinquième édition de la conférence a réuni quelque 500 hôtes à la Maison de l'Art à Munich 
  • Des esprits féminins en avance sur leur temps, des membres du comité directeur et l'élite du monde numérique ont discuté de thèmes d'avenir 

Aujourd'hui s'est achevée la cinquième conférence DLDwomen qui a eu lieu cette année sous la devise « Relevance ! ». Durant deux journées, DLDwomen s'est penchée depuis la perspective féminine sur le numérique et la manière dont il modifie la vie et la société. Outre des discussions captivantes, des lignes directrices pratiques diffusées dans plus de 15 ateliers ont marqué la conférence de cette année.

     (Photo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20140723/697920 )

« Notre concept consistant à donner à la conférence un ancrage encore plus important dans la pratique grâce à des ateliers et à des sujets importants pour le business, a parfaitement atteint son objectif. L'affluence a été importante, les places disponibles pour les ateliers ont toutes été aussitôt réservées. Le sujet du codage a même connu un tel succès qu'il nous a fallu proposer deux rendez-vous supplémentaires », déclare Steffi Czerny, l'organisatrice de la conférence.

Et DLD ne serait pas DLD sans surprise : Ilse Aigner (CSU), ministre d'État chargée de la technologie en Bavière, est montée sur la scène de DLDwomen de manière impromptue le second jour de la conférence, à midi. Elle a promis que la Bavière deviendra plus numérique.

Autres sujets qui ont été abordés lors du DLDwomen 2014 : 

Le leadership 

John Gerosa, directeur commercial de Google Allemagne et Ana-Cristina Grohnert de la société Ernst & Young se sont entretenus avec madame Isabell Welpe, professeur à l'Université Technique de Munich, sur la manière dont les managers dirigeront à l'avenir. Le point le plus important : l'inclusion - surtout des femmes. « Les équipes mixtes effectuent tout simplement un meilleur travail », a expliqué Gerosa. La recette secrète d'Ana-Cristina Grohnert : « Comprendre comment les collaborateurs pensent et sentent, car ce n'est qu'en comprenant cela que je suis parvenue à la position que j'occupe aujourd'hui ».

Le codage 

Devrons-nous tous apprendre à programmer à l'avenir ? En tout cas, nous devrions, ont déclaré les participantes du panel « It's all about coding » - Jocelyn Leavitt, Rachel Swidenbank et Kristen Titus, présenté par Susann Remke, directrice du bureau new-yorkais de Burda et correspondante à l'étranger de Focus. Que m'apporte la capacité de programmer ? Rachel Swidenbank de Codecademy a apporté une réponse fort simple à cette question : « Programmer devient de plus en plus une qualification clé ». Elle a cité une entreprise cliente qui a doublé son salaire grâce à ses nouvelles compétences.

L'entrepreneuriat / le poste de travail du futur 

« Nombreuses sont les personnes qui ne créent pas d'entreprise parce qu'elles craignent de ne plus jamais pouvoir en sortir », a déclaré Ann-Kristin Achleitner, professeur de finances à l'Université Technique de Munich. « Nous sommes à la traîne de Silicon Valley. » Et Antonella Mei-Pochtler, de la société Boston Consulting Group, a souligné : « Les créateurs d'entreprises doivent pouvoir faire des erreurs. Il nous faut enseigner cela très tôt à nos enfants ». Selon Jaleh Bisharat, l'ère des trajets vers le lieu de travail touche à sa fin. Elle travaille pour la plateforme d'emplois Elance-oDesk, qui recrute des salariés dans le monde entier. Sa vision : à l'avenir, le travail ne sera plus attaché à un lieu. Le travail numérique peut être accompli partout où il y a une connexion à Internet.

Le branding / le commerce électronique 

« Certes, nous vivons à l'ère numérique », a déclaré Stephanie Phair qui dirige une plateforme numérique de mode. Malgré cela, son entreprise vient tout juste de lancer un magazine sur le marché. Elle est convaincue que ses clients continueront d'apprécier la forme imprimée à l'avenir. Miroslava Duma est l'une des premières blogueuses de mode à avoir réussi à gagner de l'argent avec son blogue. « Nous étions la première plateforme en Russie à vendre de la publicité à de grandes marques comme Armani, Adidas, etc. Beaucoup de gens sont littéralement assoiffés de nouvelle mode. Les marques ont compris qu'elles pouvaient répondre à cette soif sur des blogues, ce qui nous a été très favorable. » Duma, tout comme Margherita Missoni de la marque de mode du même nom, ont reconnu : « Nous faisons croire aux gens que nous leur montrons notre monde dans les médias sociaux tels que Facebook ou Instagram. En réalité, nous déterminons de manière très précise comment nous nous y présentons. »

La mobilité 

Hildegard Wortmann, directrice du design chez BMW, avait amené des voitures de la nouvelle ligne électrique « i ». BMW a longtemps tenu le monde de l'automobile en haleine avec ces modèles. Les clients ont dû attendre deux ans. « Nous avions déjà 1,3 million de fans sur Facebook avant que qui que ce soit n'ait vu une i3 ou une i8 », a raconté Wortmann, « Tesla a rendu la mobilité électrique sexy ». Pourtant : cela fait une grande différence si l'on vend quelques milliers ou quelques centaines de milliers de voitures.

Les ressources humaines / la formation continue 

Gabrielle Zedlmayer du groupe informatique HP a expliqué ce dont les jeunes devront disposer à l'avenir pour leur carrière : « Les entreprises orientées vers le futur ne se concentrent plus sur les diplômes universitaires, mais sur les connaissances des gens ». La numérisation influencera également la formation. « Les tablettes seront bientôt un élément incontournable de l'enseignement scolaire », a déclaré Cornelia Quennet-Thielen, secrétaire d'État au Ministère de la Formation. Mais pour que cela fonctionne, « il nous faut en Europe des enseignants professionnels, capables de donner des cours numériques ».

Vous trouverez de plus amples informations sur le programme et les intervenants du DLDwomen 2014 sous http://dld-conference.com/DLDwomen14.

Des illustrations de la conférence sont à votre disposition sous http://www.flickr.com/photos/hubertburdamedia. Un film sur le DLDwomen 2014 est disponible ici : http://youtu.be/APsKFGsYFbc

Arrière-plan : 

Les femmes prennent les deux tiers de la totalité des décisions d'achat, marquent la communication numérique et disposent de capacités qui sont indispensables dans l'économie numérique - comprendre les femmes et utiliser leurs capacités est extrêmement important pour les entreprises et les marques. C'est pourquoi Hubert Burda Media a créé avec DLDwomen une plateforme de téléconférence journalistique qui discute dans une atmosphère ouverte et créative du rôle des femmes à l'époque numérique, des modifications des marchés ainsi que du changement social à partir de la perspective féminine.

DLD est la plateforme de conférence et d'innovation internationale de Hubert Burda Media. DLD Media organise la conférence numérique la plus importante d'Europe DLD et DLDwomen, ainsi que des évènements internationaux de Network comme par exemple à Palo Alto, New York, Londres, Tel-Aviv, Istanbul, Rio de Janeiro et Pékin. DLD produit des publications médias au sujet des contenus des conférences, avec des formats en ligne et vidéo, des études, et conseille les entreprises partenaires de DLD, des Start-Ups, des investisseurs et des institutions. Stephanie Czerny, cofondatrice de DLD Conference en 2005, en est la gérante.


Pour de plus amples informations

Dorothee Stommel
Burda Media
Corporate Communications
Arabellastrasse 23
81925 Munich
Tél. : +49-89-9250-2065
E-mail : dldpress@burda.com

 

LA

SOURCE Hubert Burda Media