Eiger Bio annonce des données positives chez les patients atteints du virus de l'hépatite D (VHD) traités au lonafarnib - Les résultats ont été présentés à la réunion de l'American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD)

23 Décembre , 2014, 01:34 GMT de Eiger BioPharmaceuticals, Inc.

com.clickability.cms.translator.UtilContext$userObject@4254b42a.

PALO ALTO, Californie, 23 décembre 2014 /PRNewswire/ -- Eiger BioPharmaceuticals Incorporated a annoncé les résultats positifs d'une étude de phase 2 du lonafarnib chez des patients atteints d'hépatite D chronique (HDV). Cette étude a été menée au National Institutes of Health (NIH) Clinical Center à Bethesda, dans le Maryland. Cette étude en double-aveugle, randomisée, contrôlée versus placebo et à dose ascendante a évalué deux doses de lonafarnib, à savoir 100 mg deux fois par jour et 200 mg deux fois par jour pendant 28 jours. « Cette étude de validation est la toute première à évaluer le lonafarnib, le premier d'une classe de nouveaux agents antiviraux connus sous le nom d'inhibiteurs de la prénylation, chez les patients atteints du virus de l'hépatite D », explique David Cory, PDG d'Eiger. « L'hépatite virale D est la forme la plus grave de l'hépatite virale chez l'Homme, et une thérapie est une nécessité absolue ».

Logo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20141221/165715LOGO

Une chute importante des taux d'ARN viral HDV a été observée après un traitement au lonafarnib pendant 28 jours par rapport à un placebo, y compris une différence dose-dépendante statistiquement significative dans le déclin du virus à ARN HDV entre 100 mg deux fois par jour et 200 mg deux fois par jour par rapport au placebo. La diminution des taux d'ARN viral HDV correspondait sensiblement aux taux sérum lonafarnib, ce qui renforce la preuve de l'efficacité du lonafarnib dans l'hépatite D chronique. Lors de l'étude, le lonafarnib était généralement bien toléré, les événements indésirables les plus souvent observés dans le groupe de traitement étant d'ordre gastro-intestinal. « Le NIH Clinical Center a réalisé une étude aux retombées importantes pour le traitement de l'hépatite D chronique, laquelle entraîne souvent une cirrhose et d'autres maladies mettant en jeu le pronostic vital », selon le docteur Theo Heller, expérimentateur en chef au NIH. « Nous nous réjouissons à l'idée d'une poursuite de notre collaboration afin d'offrir aux patients une thérapie agréée ». 

A propos du lonafarnib 
Le lonafarnib est un inhibiteur bien caractérisé, tardif et oralement actif de la farnésyl transférase, un enzyme qui intervient dans la modification des protéines à travers un processus appelé prénylation. Le virus de l'hépatite D utilise ce processus de cellule hôte à l'intérieur des cellules hépatiques pour effectuer une étape essentielle de son cycle de vie. Le lonafarnib inhibe l'étape de réplication du virus de l'hépatite D à l'intérieur des cellules hépatiques et bloque la capacité du virus à se multiplier. Dès lors que la prénylation est un processus hôte, et non sous le contrôle du virus de l'hépatite D et que le lonafarnib inhibe la prénylation, il existe également une barrière théoriquement plus élevée à la résistance à la thérapie au lonafarnib. La mutation du virus, une voie courante de la résistance au médicament, ne doit pas être une voie potentielle à la résistance au lonafarnib par le virus de l'hépatite D.

Le lonafarnib n'est autorisé à la vente pour aucune indication.

A propos de l'hépatite D
L'hépatite D est provoquée par une infection au virus de l'hépatite D (VHD) et est considérée comme la forme la plus grave de l'hépatite virale chez l'Homme. Elle survient seulement dans le cadre d'une co-infection chez les sujets atteints du virus de l'hépatite B (VHB), elle entraîne une maladie hépatique plus grave que le VHB uniquement et elle est associée à une accélération de la fibrose hépatique, du cancer du foie et de l'insuffisance hépatique. Le VHD est une maladie qui a un impact important sur la santé mondiale, touchant environ 15 millions de personnes à travers le monde. La prévalence du VHD varie selon les différentes régions du monde. Le VHD répond aux critères de qualification de maladie orpheline aux Etats-Unis (moins de 200 000 cas), en Europe (moins de 5 personnes sur 100 000) et au Japon (moins de 50 000 cas). Dans le monde, une infection au VHD serait observée chez environ 4% à 6 % des personnes atteintes d'hépatite B chronique. Dans certaines parties du monde, y compris certaines régions de Chine, de Russie, d'Asie centrale, de la Turquie, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud, la prévalence peut atteindre jusqu'à 40% des personnes infectées par le VHB.

A propos d'Eiger
Eiger est une société privée du secteur de la biotechnologie qui concentre ses activités sur la recherche, la mise au point et la commercialisation de thérapies innovantes contre l'hépatite virale. Elle s'attache à mettre au point le lonafarnib pour le traitement contre le virus de l'hépatite D (VHD), la forme la plus grave de l'hépatite virale. Le lonafarnib n'est pas autorisé à la vente. Les programmes de recherche d'Eiger se concentrent sur la découverte de thérapies ciblées à petite molécule et de biomarqueurs pour le traitement et le contrôle de maladies hépatiques graves. Pour de plus amples informations sur Eiger et ses projets R&D, veuillez consulter www.eigerbio.com.

Investisseurs : Jim Shaffer, Eiger Bio, Inc., 919-345-4256, jshaffer@eigerbio.com

LA

SOURCE Eiger BioPharmaceuticals, Inc.



Liens connexes

http://www.eigerbio.com