Eiger Bio annonce les résultats provisoires du lonafarnib en association avec le ritonavir ou l'interféron pégylé chez les patients infectés par le virus de l'hépatite delta (VHD)

28 Avril, 2015, 15:43 BST de Eiger BioPharmaceuticals, Inc.

– Les résultats sont présentés à la réunion de l'European Association for the Study of the Liver (EASL) à Vienne, en Autriche

PALO ALTO, Californie, le 28 avril 2015 /PRNewswire/ -- Eiger BioPharmaceuticals, Incorporated a annoncé aujourd'hui la présentation des résultats provisoires de la phase 2 des données du lonafarnib chez les patients atteints de l'infection chronique de l'hépatite delta virale (VHD). Les données ont été présentées à partir du programme LOWR HDV inscrit à l'Ankara University Medical School, en Turquie, dans un pays où le VHD est endémique.

Logo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20141221/165715LOGO

LOWR HDV - 1 (LOnafarnib With and without Ritonavir-1 / Lonafarnib avec et sans ritonavir-1) est une étude parallèle de comparaison des doses dont les sujets randomisés reçoivent des doses différentes de lonafarnib avec ou sans ritonavir ou interféron pégylé pendant quatre à douze semaines. Les données provisoires de 15 sujets ayant reçu du lonafarnib seul ou avec un complément de ritonavir ou en combinaison avec l'interféron pégylé ont toutes entraîné une diminution de la charge virale.  Des doses élevées (200 mg deux fois par jour ou 300 mg deux fois par jour) de lonafarnib ont entraîné une baisse de la charge virale de 1,6 et 2,0 logs après 4 semaines de traitement, respectivement. Une dose plus faible de lonafarnib (100 mg deux fois par jour) avec 100 mg de complément de ritonavir tous les jours ou en combinaison avec 180 mcg d'interféron pégylé une fois par semaine a entraîné une baisse de 2,2 et 1,8 log(s) de la charge virale à la semaine 4, respectivement. À la semaine 8, les baisses moyennes de la charge virale étaient de 3,2 et 3,0 logs pour les sujets sous lonafarnib avec ritonavir ou lonafarnib avec l'interféron pégylé, respectivement. 

Les effets indésirables les plus fréquemment observés dans LOWR-1 ont été l'anorexie, les nausées, la diarrhée, la fatigue et la perte de poids, et ceux-ci semblent être dépendants de la dose.

LOWR HDV - 2 (LOnafarnib With Ritonavir-2 / Lonafarnib avec le Ritonavir-2) a été récemment lancé pour tester une gamme de doses de lonafarnib complétées par le ritonavir, dans le but d'identifier la/les combinaison(s) optimale(s) pour les prochaines études à long terme.

« Les données générées jusqu'ici en enquêtant sur les combinaisons de lonafarnib sont très encourageantes », a déclaré Cihan Yurdaydin, MD, chercheur principal, Ankara University Medical School. « Nous continuons à conduire des recherches sur les doses avec le lonafarnib complété par le ritonavir afin d'identifier l'équilibre optimal entre efficacité et tolérance, avec un objectif de clairance virale ». 

À propos du lonafarnib
Le lonafarnib est un agent actif par voie orale bien caractérisé en stade avancé qui cible la farnésyltransférase, une enzyme impliquée dans la modification de protéines par un processus appelé prénylation. Le VHD utilise ce processus de cellule hôte dans les cellules du foie pour compléter une étape cruciale de son cycle de vie. Le lonafarnib inhibe l'étape de prénylation de la réplication du VHD dans les cellules du foie et empêche le cycle de vie du virus à l'étape de l'assemblage. Comme la prénylation est réalisée par une enzyme hôte, il y a une barrière théorique plus élevée pour développer des mutations de résistance virale au traitement au lonafarnib.

Le lonafarnib s'est vu octroyer la désignation de médicament orphelin par la FDA américaine ainsi que par l'European Medicines Agency (EMA), et la désignation Fast Track par la FDA américaine. Le lonafarnib est un produit de recherche et son innocuité et son efficacité n'ont pas encore été établies pour une indication quelconque. Le lonafarnib est sous licence de Merck Sharp & Dohme Corp. (connu sous le nom de MSD en dehors des États-Unis et du Canada).

À propos du VHD
L'hépatite delta est causée par une infection du virus de l'hépatite D (VHD) et est considérée comme la forme la plus grave d'hépatite virale chez l'humain. L'hépatite D survient seulement en tant que co-infection chez les personnes atteintes de l'hépatite B (VHB). L'hépatite D entraîne l'apparition de maladies hépatiques plus graves que le VHB uniquement et est associée à des fibroses hépatiques accélérées, à des cancers du foie et à des insuffisances hépatiques. L'hépatite D est une maladie qui a un impact considérable sur la santé à l'échelle mondiale affectant environ 15 millions de personnes dans le monde. La prévalence du VHD varie d'une région à l'autre dans le monde. À l'échelle mondiale, l'infection par le VHD correspond à environ 5 à 6 % des porteurs chroniques de l'hépatite B. Dans certaines parties du monde, notamment dans certaines régions de la Chine, de la Mongolie, de la Russie, de l'Asie Centrale, de la Turquie, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud, la prévalence du VHD s'élèverait jusqu'à 70 % chez les patients atteints du VHB.

À propos d'Eiger
Eiger est une entreprise de biotechnologie privée qui met l'accent sur la recherche, le développement et la commercialisation de thérapies innovantes en matière d'hépatites virales. La société s'oriente sur le développement du lonafarnib pour le traitement du virus de l'hépatite delta (VHD), la forme la plus grave d'hépatite virale. Pour de plus amples renseignements sur Eiger et son pipeline R&D, veuillez consulter www.eigerbio.com

Investisseurs : Jim Shaffer, Eiger BioPharmaceuticals, Inc., +1 919-345-4256, jshaffer@eigerbio.com 

LA

SOURCE Eiger BioPharmaceuticals, Inc.



Liens connexes

http://www.eigerbio.com