Élections régionales en Russie : échauffement en vue des élections parlementaires de 2016

14 Septembre, 2015, 08:30 BST de Center of Political Technologies, Moscow

MOSCOW, September 14, 2015 /PRNewswire/ --

Le 13 septembre 2015, une nouvelle journée électorale se déroulera en Russie Les électeurs de plusieurs régions désigneront les députés régionaux et municipaux et, dans de nombreuses régions, les gouverneurs. Rostislav Turovsky, expert de premier plan du Centre des technologies politiques de Moscou, considère cette campagne comme une répétition avant les élections parlementaires de 2016 et propose une analyse détaillée de la situation politique du pays.

Selon M. Turovsky, le déroulement de cette campagne électorale est aux antipodes des tempêtes qui font rage dans le secteur économique et la politique étrangère. L'auteur souligne que la politique intérieure de la Russie demeure bien meilleure et mieux organisée et ne pose encore aucun problème critique pour le pays et l'ordre établi. La réduction du nombre de scandales majeurs au moment de la campagne électorale témoigne de la conciliation opportune des intérêts, d'une meilleure compréhension dans les relations entre le Kremlin et les gouverneurs, et d'une intercommunication du gouvernement avec les forces d'opposition, telles que les partis communistes parlementaires, les libéraux démocrates et « Russie juste », qui ont nommé leurs personnalités politiques les plus connues dans les régions.

M. Turovsky cite les statistiques sur la participation des partis parlementaires aux élections des gouverneurs et considère que le taux est nettement meilleur par rapport à l'année dernière. Les libéraux démocrates se démarquent comme le parti le plus important, suivi du CPRF et de « Russie juste ». Dans l'ensemble, selon lui, la relation entre le gouvernement et un parti parlementaire dépend directement du pouvoir de ce parti et de la mesure de son opposition. M. Turovsky suppose que les partis de l'opposition parlementaire se sont abstenus de former une coalition. Les coalitions sont créées uniquement avec le gouvernement, tandis que les coalitions d'opposition n'existent pas, chacun préférant jouer pour soi.

Dans le système des partis existant, il reste peu d'espace pour les partis non parlementaires. Dans l'ensemble, il existe 16 partis non parlementaires participant à l'élection dans diverses régions. Leur importance dans le système des partis n'augmente pas et, visiblement, commence même à décliner, ce qui, selon M. Turovsky, va à l'encontre des intérêts du parti Russie unie au pouvoir. L'auteur analyse en détails les erreurs électorales des partis non parlementaires et la stratégie du gouvernement en faveur des partis vert, libéral, national patriotique et « des retraités », donnant des exemples concrets issus de diverses régions de Russie.

M. Turovsky évoque le retrait d'anciens acteurs majeurs de tendance libérale, qui sont devenus totalement favorables au Kremlin et ont perdu leur niche électorale. Pour conclure, l'auteur attire l'attention sur les tendances en faveur d'une simplification du système des partis et une répartition des rôles plus précise, ce qui correspond à la préparation progressive pour la campagne de la Douma. Dans ce système hiérarchique, les communistes occupent la seconde place, bien qu'ils rencontrent de plus en plus de difficultés à montrer leur pouvoir d'opposition. Les libéraux démocrates arrivent à la troisième place, occupant le rôle de partenaires secondaires des forces dirigeantes. Le parti « Russie juste » est quant à lui dans l'impasse, étant totalement dépendant des décisions du Kremlin et ayant perdu son bastion dans les régions. La version intégrale de l'article est disponible à l'adresse : http://readrussia.com/2015/07/01/expert-2015-elections-are-predictable-but-important/

Centre des technologies politiques (CPT), Moscou
M. Rostislav Turovsky
info@cpt.ru
+79162409237

LA

SOURCE Center of Political Technologies, Moscow