En pleine crise dans le Haut-Karabakh, une majorité écrasante d'Azerbaïdjanais expriment leurs soutien et confiance envers le président Aliyev, selon un sondeur américain

06 Mai, 2016, 05:45 BST de Arthur J. Finkelstein & Associates

NEW YORK, May 6, 2016 /PRNewswire/ --

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a vu sa popularité augmenter après le regain de tension dans la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh et dans d'autres territoires sous occupation arménienne. Dans un sondage d'opinion réalisé par la société américaine de sondage Arthur J. Finkelstein & Associates, plus de 96 % des personnes interrogées disent « faire confiance au président azerbaïdjanais » en jugeant son travail comme excellent ou bon.

Une proportion égale de répondants estime que « les dirigeants protègent l'Azerbaïdjan contre les agresseurs arméniens » et évalue l'efficacité de la riposte militaire azerbaïdjanaise comme excellente ou bonne.

« Le président bénéficie du soutien ferme de la population dans sa lutte visant le retour du Haut-Karabakh et des provinces environnantes », a déclaré George Birnbaum, directeur exécutif d'Arthur J. Finkelstein & Associates. « Cette question suscite toujours un débat très émotionnel que de nombreux observateurs et les médias occidentaux ne comprennent pas », a-t-il rajouté. « Les Azerbaïdjanais souhaitent la stabilité économique et politique, se protéger contre la terreur, mais surtout récupérer les territoires occupés ».

M. Birnbaum fait remarquer un important regain de patriotisme parmi les Azerbaïdjanais suite à la reprise des combats dans la région. « Interrogés sur le problème le plus important auquel sont confrontés d'une part leur pays et d'autre part leur famille, une majorité écrasante des répondants cite la situation dans le Haut-Karabakh », souligne M. Birnbaum.

Fait toutefois intéressant, malgré les nombreuses résolutions appelant au retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes des territoires occupés, notamment celles des Nations Unies, du Parlement européen, de l'OSCE et tout dernièrement de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (PACE), la majorité des Azerbaïdjanais estime que la communauté internationale penche en faveur de l'Arménie à ce sujet.

« Manifestement, le droit international se range du côté de l'Azerbaïdjan », souligne M. Birnbaum. « Cependant, vu que les médiateurs du Groupe de Minsk de l'OSCE comprenant les États-Unis, la France et la Russie n'ont enregistré aucun progrès depuis plus de deux décennies, le peuple azerbaïdjanais semble avoir perdu confiance dans la volonté de la communauté internationale à résoudre cette crise ».

Les hostilités qui couvaient depuis longtemps ont dégénéré le mois dernier, ce qui aurait contribué aux perspectives pessimistes exprimées par les Azerbaïdjanais, dont 70 % estiment qu'une véritable guerre avec l'Arménie éclatera dans les cinq prochaines années. Une proportion énorme de 97 % se dit « prête à utiliser toutes les options, y compris la force, afin de protéger leur pays contre l'occupation arménienne ». En revanche, seulement un quart des personnes interrogées croient en une paix véritable.

Le sondage a été mené auprès de 1 200 citoyens en âge de voter en Azerbaïdjan du 23 au 29 avril 2016 et présente une marge d'erreur de +/- 2,8 %.  

Auparavant, Arthur J. Finkelstein a mené des sondages préélectoraux et à la sortie des urnes en vue des élections présidentielles et législatives en Azerbaïdjan.

LA

SOURCE Arthur J. Finkelstein & Associates