Fycompa® (pérampanel): publication dans Neurology de l'etude internationale de phase III, pivot de l'extension d'indication dans les crises généralisées primaires tonico-cloniques

24 Août , 2015, 00:01 BST de Eisai

HATFIELD, Angleterre, August 24, 2015 /PRNewswire/ --

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT : NE CONCERNE PAS LES JOURNALISTES AUTRICHIENS/SUISSES/AMÉRICAINS  

Ces données évaluent la sécurité et l'efficacité du pérampanel en association dans le traitement de l'épilepsie généralisée idiopathique  

Les résultats de l'étude pivot internationale de phase III de Fycompa® (pérampanel) dans le traitement, en association des crises tonico-cloniques généralisées primaires (CGPTC) − indication récemment octroyée à FYCOMPA− sont publiés aujourd'hui dans Neurology.[1] L'étude 332 a évalué la sécurité et l'efficacité du pérampanel en association, par rapport au placebo, dans le traitement des crises tonico-cloniques généralisées primaires (CGPTC) de l'épilepsie généralisée idiopathique (EGI). Le pérampanel, pour lequel la Commission européenne (CE) a octroyé l'AMM dans cette nouvelle indication le 24 juin 2015, constitue le premier traitement des CGPTC depuis cinq ans.[2] Le médicament réduit la fréquence des crises GPTC, permet d'éviter les crises chez certains patients et présente un bon profil de tolérance chez les patients atteints d'EGI non contrôlés par unetraitement bien conduit. [1]

Au cours de l'étude, un tiers de plus des patients du bras pérampanel ont présenté un taux de réponse de 50 %, par rapport à ceux du bras placebo ce qui est statistiquement significatif, (taux de réponse à 50 % de 64,2 % comparé à 39,5 %, respectivement; p=0,0019).[1] Le pérampanel a également montré une réduction dans la fréquence des CGPTC (sur 28 jours) par rapport au placebo (76,5 % comparé à 38,4 % respectivement ; p< 0,0001).[1] De plus, 31 % des patients du bras pérampanel en association ont été libres de crise pendant la phase d'entretien de 13 semaines, comparativement à 12 % dans le bras placebo.[3] Le profil d'événements indésirables est similaire à celui des autres essais du pérampanel, les effets indésirables dus au traitement les plus fréquents étant les sensations vertigineuses, la fatigue, les céphalées, la somnolence et l'irritabilité.[1]

« Cette étude est la seule pour laquelle l'EGI s'accompagnant de crises GPTC avait été confirmée par un comité d'experts indépendants. Elle montre que le pérampanel en association est bien toléré et améliore le contrôle des CGPTC chez les patients qui en subissent encore en dépit de leur traitement actuel. Ces résultats indiquent que le pérampanel peut être considéré comme un AE à large spectre, c'est-à-dire efficace aussi bien sur les crises focales que sur les crises généralisées » a expliqué Christian Brandt, chef du département d'épileptologie générale, Centre Bethel pour l'épilepsie, Allemagne.

L'étude 332 a été conduite sur 164 patients âgés de 12 ans et plus souffrant d'EGI, présentant des CGPTC et ayant déjà été traités avec de un à trois antiépileptiques dans des centres situés un peu partout en Europe, aux États-Unis, au Japon et en Asie.[1]

Les crises généralisées tonico-cloniques constituent un type d'épilepsie dangereux,[4] car elles entraînent une augmentation des risques de blessures telles que les fractures, les luxations de l'épaule et les brûlures.[5] Les CGPTC augmentent également le risque de mort subite inexpliquée chez les patients épileptiques (SUDEP) et il est connu qu'elles mènent à des états d'absence épileptique (ASE,[6] sigle du latin « absence status epilepticus »), un type de crise qui s'installe sur des périodes prolongées. Les crises débutent par une perte de connaissance et une contraction soudaine des muscles, qui peut entraîner la chute de la personne (phase tonique). Des convulsions violentes (phase clonique) suivent, jusqu'à ce que les muscles finissent par se détendre. Alors que la crise elle-même ne dure en général que quelques minutes, le patient se sent souvent désorienté ou somnole entre quelques minutes et quelques jours, avant de retourner à l'état normal.[4],[6] Malgré les traitements, environ 20 % des personnes qui souffrent d'épilepsie généralisée idiopathique ne parviennent pas à contrôler leurs crises.[7]

Le pérampanel est le seul médicament antiépileptique (MAE) à cibler sélectivement le début de la crise et sa propagation par l'inhibition des récepteurs AMPA, une protéine du cerveau qui joue un rôle essentiel dans la propagation des crises d'épilepsie.[8] En plus du traitement des CGPTC dans l'EGI, le pérampanel était initialement été indiqué pour le traitement en association des crises partielles d'épilepsie, avec ou sans généralisation secondaire, chez les patients épileptiques de 12 ans ou plus.[9]

Le développement continu du pérampanel souligne la mission human health care d'Eisai, l'engagement de la société à développer des solutions innovantes visant à prévenir, guérir et soigner certaines maladies dans l'objectif de promouvoir la santé et le bien-être des gens dans le monde entier. Eisai travaille dans le domaine thérapeutique de l'épilepsie et s'efforce de répondre aux besoins médicaux non satisfaits des patients épileptiques et de leurs familles. Eisai se réjouit d'avoir mis plus de médicaments antiépileptiques sur le marché dans la zone EMEA que toute autre entreprise.

Notes à l'attention des rédacteurs  

À propos de Fycompa® (pérampanel)  

Le pérampanel est un antagoniste du récepteur au glutamate AMPA (acide alpha-amino-3-hydroxy-5-méthyl-4-isoxazolepropionique). Le glutamate est le principal neurotransmetteur excitateur du cerveau et c'est principalement par les récepteurs AMPA, présents dans presque tous les neurones excitateurs, que la neurotransmission excitatrice a lieu dans le cerveau. Ces récepteurs AMPA semblent jouer un rôle dans les maladies du système nerveux central caractérisées par une neuro-excitation excessive, comme l'épilepsie.

Depuis sa mise sur le marché, le pérampanel a contribué à la prise en charge de 33 496 personnes épileptiques en Europe.[9]

À propos de l'essai 332[1]

Cet essai de phase III randomisé, multicentrique, en groupes parallèles, en double aveugle et contrôlé contre placebo a évalué l'efficacité et la sécurité d'emploi du pérampanel en association dans le traitement des crises tonico-cloniques non contrôlées, par rapport au placebo, chez 164 patients de 12 ans et plus présentant des CGPTC et recevant un à trois antiépileptiques au maximum. Il a été mené dans des centres situés aux États-Unis, en Europe, au Japon et en Asie.

Le pérampanel était administré par voie orale, sous forme de comprimés, une fois par jour, jusqu'à 8 mg/jour (phase de titration), puis maintenu à la dose maximale tolérée (face entretien). La période de l'essai a été divisée entre la phase de pré-randomisation (périodes de sélection et d'inclusion), d'un maximum de 12 semaines ; la phase de randomisation (traitement) de 17 semaines (phase de titration : 4 semaines ; phase d'entretien : 13 semaines) et la phase d'extension.

Les résultats montrent que le pérampanel réduit significativement le nombre de CGPTC (réduction ≥ 50 % de la fréquence des crises sur 28 jours dans la phase d'entretien, par rapport à la fréquence de référence), c'est-à-dire le critère d'évaluation principal de l'essai, par rapport à un placebo. Le pérampanel a été en général bien toléré, les événements indésirables les plus fréquents (10 % dans le bras pérampanel, par rapport au placebo) étaient les sensations vertigineuses, la fatigue, les céphalées, l'irritabilité et la somnolence. Le profil d'événements indésirables observés dans cet essai était similaire à celui observé dans d'autres études portant sur le pérampanel.

À propos de l'épilepsie  

L'épilepsie est l'une des affections neurologiques les plus fréquentes au monde, affectant environ 6 millions de personnes en Europe et, selon les estimations, 50 millions dans le monde.[10] C'est un ensemble de syndromes qui ont un grand nombre d'étiologies possibles, mais dont la cause est souvent inconnue. L'épilepsie est une affection chronique du cerveau qui affecte des personnes de tous âges. Elle se caractérise par des décharges électriques cérébrales anormales produites par les neurones et provoquant des crises. La gravité des crises est variable, allant de brefs moments d'inattention ou de spasmes musculaires à des convulsions sévères et prolongées. Suivant leur type, les crises d'épilepsie peuvent se limiter à une partie du corps ou peuvent être généralisées à l'ensemble du corps. La fréquence des crises est aussi variable, de moins d'un épisode par an à plusieurs par jour.

Chez la majorité des patients atteints d'épilepsie généralisée idiopathique, une crise tonico-clonique généralisée primaire (CGPTC) peut débuter ou non par une aura, suivie d'une rigidité musculaire, à l'origine de violentes contractions musculaires (phase clonique) et d'une perte de connaissance. Cet événement grave est considéré comme une perturbation majeure de la vie quotidienne. Alors que la crise elle-même ne dure en général que quelques minutes, le patient se sent souvent désorienté ou somnole pendant une période plus ou moins longue avant de retourner à l'état normal.[4],[6] Les CGPTC peuvent également entraîner des blessures et présentent un risque de mort subite inexpliquée (SUDEP).[11]

À propos d'Eisai EMEA et l'épilepsie  

EISAI se consacre au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements à haute valeur ajoutée pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques. C'est pourquoi le développement de médicaments antiépileptiques (MAE) représente un défi majeur pour Eisai en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Russie et en Océanie (EMEA).

Dans la région EMEA, Eisai commercialise déjà les quatre traitements suivants :

  • Fycompa® (pérampanel) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire chez les patients de 12 ans et plus
  • Inovelon® (rufinamide) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie associées au syndrome Lennox-Gastaut (LGS) chez les patients de quatre ans et plus (le rufinamide a été développé à l'origine par Novartis)
  • Zonegran® (zonisamide) en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes nouvellement diagnostiqués, et en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire chez les adultes, les adolescents et les enfants de six ans ou plus (Zonegran est commercialisé sous licence du laboratoire qui l'a développé, Dainippon Sumitomo Pharma)
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez l'adulte (Zebinix est commercialisé sous licence de BIAL). Eisai a reçu une licence exclusive pour la commercialisation, la promotion et la distribution du Zebinix® dans les pays européens suivants : Autriche, Belgique, Bulgarie, République tchèque, Biélorussie, Bosnie, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, Norvège, Pologne , Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne (co-promotion avec Bial dès le lancement), Suède, Suisse, Turquie, Ukraine et Royaume-Uni

À propos d'Eisai Co. Ltd.  

Eisai Co. Ltd. est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux se consacrant à la recherche et au développement de nouveaux médicaments. Son siège social est au Japon. La mission de l'entreprise est de « penser d'abord aux patients et à leurs familles et augmenter les bénéfices des soins de santé », ce qu'Eisai appelle la philosophie du human health care (hhc). Avec plus de 10 000 collaborateurs travaillant au sein de son réseau international de centres de R&D, de sites de production et de filiales commerciales, le groupe s'efforce de mettre en œuvre sa philosophie hhc en développant des produits innovants dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie.

En tant que groupe pharmaceutique mondial, la mission d'Eisai concerne les patients du monde entier, grâce à ses investissements et à sa participation à des initiatives basées sur des partenariats, visant à améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour plus d'informations à propos d'Eisai Co. Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com.

Références  

  1. French JA et al. Perampanel for tonic-clonic seizures in idiopathic generalized epilepsy: A randomized trial. Neurology 2015. Available at: http://m.neurology.org/content/early/2015/08/21/WNL.0000000000001930.abstract?sid=a7fb2575-996d-4854-8c6c-ac5c791191d2 . Last Accessed August 2015
  2. Eisai. Data on file. 2015
  3. French J et al. Adjunctive Perampanel RCT for PGTC seizures. Association of British Neurologists annual meeting 2015; Abstract #53141
  4. Epilepsy Foundation. Types of seizures. Available at: http://www.epilepsy.com/learn/types-seizures . Last Accessed May 2015
  5. Asadi-Pooya AA et al. Physical injuries in patients with epilepsy and their associated risk factors. Seizure 2012 Apr;21(3):165-8
  6. Epilepsy Foundation. IGE Summary. Available at: http://www.epilepsy.com/information/professionals/about-epilepsy-seizures/idiopathic-generalized-epilepsies . Last Accessed July 2015
  7. Faught E. Treatment of refractory primary generalized epilepsy. Rev Neurol Dis 2004;1:S34-S43
  8. Rogawski MA. Revisiting AMPA receptors as an antiepileptic drug target. Epilepsy Currents 2011;11:56-63.9.
  9. Eisai Data on File, 2015
  10. Pugliatti M et al. Estimating the cost of epilepsy in Europe: A review with economic modeling. Epilepsia 2007: 48(12) 2224 - 2233
  11. Smithson WH et al, Curr Neurol Neurosci Rep 2014 Dec; 14(12):502

Date de préparation : juin 2015
Code du projet : Fycompa-UK0203


LA

SOURCE Eisai