Global Voice Group dresse un bilan concluant de ses opérations contre la fraude by-pass en Afrique

10 Juillet, 2012, 17:04 BST de Global Voice Group

CAPE TOWN, Afrique du Sud, 10 juillet 2012 /PRNewswire/ --  Global Voice Group (GVG), chef de file mondial en technologies de gouvernance des télécommunications, dresse un bilan très positif de ses opérations contre les pratiques frauduleuses dans ce secteur en Afrique.

Depuis 2009, l'entreprise s'est particulièrement attaquée au phénomène croissant des opérateurs clandestins de SIM box. Équipés de SIM box et connectés à l'Internet, ces fraudeurs font d'énormes profits aux dépens des opérateurs légitimes grâce à un subterfuge leur permettant de faire passer des appels internationaux pour des appels locaux. Ce subterfuge, connu sous le nom de « by-pass », permet d'éviter les taxes et autres frais liés aux communications internationales.

Le by-pass est un phénomène mondial qui affecte l'ensemble des opérateurs internationaux, entraînant des pertes annuelles de près de 3 milliards de dollars, selon une récente étude du CFCA.

Les technologies anti-fraude que GVG met à la disposition des régulateurs identifient les routes grises et détectent les lignes frauduleuses en moins d'une heure afin que les opérateurs légitimes puissent procéder rapidement à leur déconnexion.

Au Ghana et en République de Guinée, GVG a ainsi contribué à la déconnexion de centaines de milliers de lignes suspectes et frauduleuses. L'entreprise a mis en place le même système anti-fraude en République du Congo, en RCA et, plus récemment, au Libéria et au Rwanda. GVG a également aidé les autorités de régulation à mettre sur pied des cellules anti-fraude avec les corps judiciaires et les opérateurs locaux et a participé à des enquêtes qui ont mené au démantèlement de plusieurs réseaux clandestins.

Le programme anti-fraude de GVG a été développé spécialement pour les autorités de régulation qui souhaitent coordonner elles-mêmes la lutte contre le by-pass et optimiser la collaboration entre tous les intervenants. Selon cette nouvelle approche, la lutte contre la fraude ne relève plus exclusivement de la régie interne de chaque opérateur ; elle fait l'objet d'une concertation accrue sous le leadership d'une instance qui a l'autorité et l'indépendance nécessaires pour exercer un tel leadership.

Comme le souligne M. François Dugué, Vice-Président de GVG : « Le rôle du régulateur est de veiller aux intérêts de tous. Bien sûr, cela comprend également les intérêts des États africains qui appliquent des primes sur les appels internationaux entrants, en vertu des recommandations de l'UIT sur les externalités de réseau et conformément à leurs propres politiques nationales. Or, ceux qui s'opposent à ces politiques accusent les primes en question de contribuer à augmenter la fraude by-pass. Ils prônent donc leur abolition. »

« Si on applique cette logique, poursuit M. Dugué, les États devraient carrément renoncer à leur droit souverain d'élargir ou même simplement de consolider leur assiette fiscale sous prétexte que cela peut créer des conditions propices aux fraudeurs. Le but du programme d'assurance-revenu de GVG et de son volet anti-fraude est plutôt de protéger les revenus des opérateurs tout en créant des conditions viables pour l'application harmonieuse des politiques tarifaires ou fiscales des États africains. »

À propos de GVG

Fondé en 1998, Global Voice Group S.A. développe et met en place des solutions avancées de gestion et de supervision pour les autorités de régulation des télécoms. Investisseur et partenaire de premier plan, nous optimisons les capacités des régulateurs à tous les niveaux face aux défis actuels et futurs du secteur autant à l'échelle nationale que dans un contexte international.

LA

SOURCE Global Voice Group