Halaven® (eribuline), de nouvelles donnees demontrent l'activite antiproliferative de la molecule sur certaines lignees cellulaires de sarcomes des tissus mous

17 Avril, 2016, 06:01 BST de Eisai

HATFIELD, Angleterre, April 17, 2016 /PRNewswire/ --

Les études sur les lignées cellulaires des sarcomes des tissus mous (STS) apportent des éléments d'explication sur l'activité moléculaire de l'éribuline 

DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT : NE CONCERNE PAS LES MÉDIAS SUISSES/AUTRICHIENS 

Les résultats d'une étude préclinique sur les effets d'Halaven® (éribuline)[1] sur les lignées cellulaires des sarcomes des tissus mous (STS) chez l'homme, présentés au congrès annuel 2016 de l'American Association for Cancer Research (AACR) à la Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, montrent une activité antiproliférative de l'éribuline contre xénogreffes du sarcome d'Ewing, du léiomyosarcome, du liposarcome et du fibrosarcome ainsi qu'un amélioration de la vascularisation tumorale. Ceci peut abaisser le pouvoir métastatique de la tumeur dans certains sarcomes des tissus mous.

« Cette étude soutient l'effet antimitotique et l'effet non mitotique complexe du mésilate d'éribuline dans des modèles de sarcome des tissus mous. L'éribuline a montré une activité antiproliférative, in vitro et in vivo, et pourrait provoquer une différenciation des cellules du STS et un remodelage de la vascularisation tumorale. Ainsi, le pouvoir métastatique de la tumeur pourrait être réduit dans le STS », a expliqué Junji Matsui, Senior Director, Eisai

L'étude a permis d'explorer les modifications morphologiques dans trois lignées cellulaires de STS et d'analyser les modifications de l'expression génique dans deux lignées cellulaires et la perfusion sanguine dans une lignée cellulaire. Les résultats relatifs à la perfusion sanguine montrent que l'éribuline peut également entraîner le remodelage de la vascularisation et créer un environnement riche en oxygène. Les cellules cancéreuses se développent dans un environnement pauvre en oxygène (hypoxique) et donc l'effet de l'éribuline sur la perfusion sanguine pourrait conduire à une diminution du pouvoir métastatique de la tumeur.[2]

« Plus nous disposons de données scientifiques sur nos traitements, mieux nous pourrons offrir des avantages potentiels aux personnes atteintes de ces types de cancers rares. Eisai continue d'investir dans des domaines où les patients présentent le plus de besoins ; nous appelons cette approche « ricchi », commente Commercial Officer Oncology Business Group, Chairman et CEO EMEA.

Les données présentées au congrès annuel de l'AACR sont cohérentes avec le mode d'action proposé de l'éribuline et fournissent des informations supplémentaires sur le rôle de l'éribuline dans la réduction du potentiel métastatique en cas de STS.

Seuls 50 % des personnes atteintes d'un sarcome des tissus mous ont une espérance de vie de 5 ans.[3] Chaque année, 29 000 personnes sont diagnostiquées d'un sarcome des tissus mous, soit environ 1 % de tous les cancers diagnostiqués en Europe.[4]

En avril 2016, le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne du médicament (EMA) a émis un avis favorable sur l'utilisation de l'éribuline pour le traitement du liposarcome localement avancé non resécable (tumeurs adipocytaires) chez les adultes ayant déjà reçu un traitement antérieur par anthracycline. En janvier 2016, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a autorisé l'éribuline aux États-Unis, pour le traitement des personnes atteintes d'un liposarcome non resécable ou métastatique ayant déjà reçu un traitement antérieur par anthracycline. Au Japon, l'autorisation a été accordée d'étendre l'indication de l'éribuline au traitement des patients atteints de sarcomes des tissus mous en février 2016.

Eisai investit dans la découverte, le développement et la production de traitements anticancéreux innovants susceptibles d'avoir des effets concrets et de changer la vie des patients et de leurs familles. Cette passion pour l'être humain fait partie intégrante de la mission « human health care » (hhc) d'Eisai, qui vise à mieux comprendre les besoins des patients et de leurs familles afin d'accroître le service médical rendu.

Note aux rédacteurs  

Halaven® (éribuline)  

L'éribuline est le premier médicament inhibiteur de la dynamique des microtubules appartenant à la classe des halichondrines et doté d'un mécanisme d'action innovant. D'un point de vue structurel, l'éribuline est un analogue de synthèse simplifié de l'halichondrine B, substance naturelle isolée à partir d'une éponge marine, Halichondria okadai. L'éribuline agirait en inhibant la phase de croissance de la dynamique des microtubules, empêchant la division cellulaire.

L'éribuline est actuellement indiquée pour le traitement des patientes atteintes d'un cancer du sein localement avancé ou métastatique, dont la maladie a progressé après au moins un protocole de chimiothérapie pour un cancer avancé. Le traitement antérieur doit avoir comporté une anthracycline et un taxane, en contexte adjuvant ou métastatique, sauf chez les patientes auxquelles ces traitements ne conviennent pas.[5]

À propos des sarcomes des tissus mous 

Le terme « sarcome des tissus mous » est utilisé pour désigner collectivement diverses tumeurs malignes. Les sarcomes des tissus mous sont des cancers qui prennent naissance dans les cellules mésenchymateuses (tissus conjonctifs), les adipocytes et les cellules des muscles lisses.

Contrairement à d'autres cancers, tels que le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), les sarcomes des tissus mous diagnostiqués sont principalement locaux, et un grand nombre d'entre eux peuvent être traités par ablation chirurgicale totale. Le taux de rechute peut néanmoins atteindre 50 %.[6] Le pronostic des patients atteints d'un cancer avancé est péjoratif, avec une survie médiane avoisinant un an, voire moins. En raison de la rareté de ces tumeurs, les données probantes sont faibles et les facteurs pronostiques encore mal compris.[7]

L'éribuline dans les modèles de sarcomes des tissus mous - détails de l'étude[1]

  • L'activité antiproliférative de l'éribuline a été examinée sur 6 lignées cellulaires du STS humain avec des doses différentes.
  • Pour analyser in vitro l'effet de l'éribuline sur les changements morphologiques, 3 lignées cellulaires de STS humain ont été traitées par éribuline aux doses de 1, 3 et 10 nmol/l pendant 7 jours. Les modifications de l'expression génique ont été analysées.
  • Pour l'analyse de la perfusion sanguine (le processus d'apport des nutriments au sang artériel et au lit capillaire dans les tissus) des xénogreffes SK-LMS-1, l'éribuline a été administrée à des doses de 0,38 ; 0,75 et 1,5 mg/kg, et la perfusion sanguine de la tumeur a été calculée 5 jours après administration.
  • L'éribuline a démontré une activité antiproliférative dose-dépendante contre les 6 lignées cellulaires in vitro et in vivo. L'éribuline a montré une activité antitumorale dose-dépendante significative contre 4 xénogreffes (sarcome d'Ewing, léiomyosarcome, liposarcome et fibrosarcome). Le traitement de 7 jours par éribuline a induit un changement morphologique apparent sur 3 lignées cellulaires. En outre, l'éribuline a augmenté significativement la perfusion sanguine par rapport au comparateur 5 jours après l'administration sur des xénogreffes de léiomyosarcome, à toutes les doses. L'éribuline a pu entraîner une différenciation des cellules STS et le remodelage de la vascularisation tumorale pour améliorer la perfusion sanguine de la tumeur.
  • L'éribuline a montré un effet mitotique et non mitotique, qui peut diminuer le pouvoir métastatique dans le STS ainsi que dans le cancer du sein.

Eisai en oncologie  

Notre engagement à faire progresser utilement la recherche en oncologie est fondé sur nos connaissances scientifiques et repose sur notre capacité à faire des découvertes et à mener des recherches précliniques à l'échelle internationale, à développer des petites molécules, des vaccins thérapeutiques, des biothérapies et des agents de soins palliatifs en cancérologie dans de multiples indications.

À propos d'Eisai Co., Ltd. 

Eisai Co. Ltd., dont le siège social est situé au Japon, est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux spécialisés dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments. La mission de la société est de « donner la priorité aux patients et à leurs familles et d'augmenter le service médical rendu », ce qu'EISAI appelle la philosophie du human health care (hhc). Avec plus de 10 000 collaborateurs au sein de son réseau international de centres de R et D, de sites de production et de filiales commerciales, le groupe s'efforce de mettre en œuvre sa philosophie hhc en développant des produits innovants dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie. 

En raison de son envergure mondiale, Eisai est en mesure d'étendre sa mission aux patients du monde entier, en s'appuyant sur ses investissements et sa participation à des initiatives basées sur des partenariats afin d'améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour plus d'informations à propos d'Eisai Co. Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com.  

Bibliographie  

1. Kawano S, et al. Antimitotic effect and complex of non-mitotic effect on tumor biology of eribulin mesilate in soft tissue sarcoma model.  AACR 2016, New Orleans, USA; #344

2. Kevin L Bennewith and Shoukat Dedhar. Targeting hypoxic tumour cells to overcome metastasis. BMC Cancer 2011;11:504

3. National Cancer Institute - http://www.cancer.org/cancer/sarcoma-adultsofttissuecancer/detailedguide/sarcoma-adult-soft-tissue-cancer-survival-rates

4. ESMO Guidance. Available at: http://annonc.oxfordjournals.org/content/25/suppl_3/iii102.full.pdf+html Accessed: November 2015

5. SPC Halaven (updated November 2015). Available at: http://www.medicines.org.uk/emc/medicine/24382 Accessed: March 2016

6. R. Pollock. Soft Tissue Sarcomas, A Volume in the American Cancer Society Atlas of Clinical Oncology Series. 2012

7. Fletcher et al. World Health Organization Classification of Tumours of Soft Tissue and Bone (4th Edition). Lyon: IARC Press, 2013

LA

SOURCE Eisai