Istanbul prête à une offensive de dernière minute pour accueillir les Jeux olympiques de 2020

05 Septembre, 2013, 19:56 BST de Turkey Observer

ISTANBUL, September 5, 2013 /PRNewswire/ --

Istanbul vise à « imiter Londres » et décrocher les Jeux olympiques de 2020 lorsque les membres du Comité International Olympique se réuniront pour désigner la ville hôte, ce week-end à Buenos Aires.

La ville fait par-là référence au choix de Londres pour accueillir les Jeux d'été de l'an dernier. Lors de la réunion de vote du CIO, à Singapour en 2005, une campagne de pression de dernière minute avait permis à la capitale anglaise de l'emporter de seulement quatre voix sur la ville candidate favorite, Paris. Bien que Tokyo soit actuellement considéré favori dans la course au titre, l'équipe chargée de défendre la candidature d'Istanbul part pour l'Argentine avec l'espoir de déclencher une offensive tardive à la manière de Londres.

« Nous nous battrons pour décrocher le moindre vote, comme Londres l'a fait », a déclaré le député turc Egemen Bağış, qui est allé jusqu'à rencontrer le maire de Londres Boris Johnson pour tirer parti de son expérience.

« Tout comme le Premier ministre britannique Tony Blair a su faire la différence à Singapour, notre Premier ministre Recep Tayyip Erdogan fera valoir nos arguments en Argentine. »

Ces arguments se fondent dans une large mesure sur le rapport d'examen positif du CIO, lequel a montré que la candidature d'Istanbul, qui s'appuie sur l'engagement d'investir 19,2 milliards de dollars dans des infrastructures, avec notamment la construction d'un troisième pont sur le Bosphore, d'un nouveau tunnel ferroviaire et d'un troisième aéroport à Istanbul, est solide sur le plan financier.

Malgré les manifestations de juin au parc Gezi, Egemen Bağış est resté optimiste quant à ses chances de faire face à la concurrence de Tokyo et de Madrid. « L'équipe chargée de défendre le dossier d'Istanbul ne cherchera pas à éluder la question des manifestations lors de sa rencontre avec les membres du comité (CIO) », a déclaré Egemen Bağış. « À la suite de la manifestation, nous avons été à l'écoute et la Turquie est unanime dans son désir d'accueillir les Jeux olympiques de 2020 à Istanbul. »

Ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bağış pourrait bien devenir un acteur clé de la victoire de la candidature de son pays aux Jeux de 2020. On pronostique qu'il sera candidat à la mairie d'Istanbul l'an prochain et bénéficiera à cet effet du soutien de Recep Erdogan, instigateur de la candidature de la ville aux Jeux olympiques durant son mandat de maire, entre 1994 et 1998.

« La Turquie serait le premier pays musulman à accueillir les Jeux olympiques », a déclaré Mevlüt Çavuşoğlu, vice-président du Parti de la justice et du développement en Turquie et candidat probable au poste de maire d'Antalya, avant d'ajouter que les valeurs de paix véhiculées par les Jeux olympiques à travers le sport seraient une bonne chose pour la région.

À Buenos Aires, la Turquie mettra en valeur sa capacité à accueillir des manifestations sportives majeures, pour ne citer que les Jeux méditerranéens de cette année et la Coupe du monde des moins de 20 ans de la FIFA.

 

LA

SOURCE Turkey Observer