King Abdullah Economic City lance la Red Sea Foundation afin de stimuler la croissance du commerce régional

21 Janvier, 2016, 20:00 GMT de King Abdullah Economic City

DAVOS, Suisse, January 21, 2016 /PRNewswire/ --

 

  • La région de la mer Rouge est le marché émergent connaissant la croissance la plus rapide au monde  
  • La population de la région va augmenter de 620 millions pour atteindre 1,3 milliard d'habitants d'ici 2050  
  • Le groupe de réflexion sans but lucratif basé à Genève est chargé de la promotion de la coopération internationale et du développement de recommandations politiques   

L'élaboration d'un cadre de facilitation du commerce pour la région de la mer Rouge est essentielle pour le développement durable du plus grand marché émergent au monde, d'après M. Fahd Al Rasheed, directeur général et PDG à l'échelle du groupe King Abdullah Economic City.

     (Photo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20160121/324494 )

S'exprimant à l'occasion d'un événement spécial lors du Forum économique mondial à Davos, M. Al Rasheed a annoncé la formation d'un groupe de réflexion politique sans but lucratif, la Red Sea Foundation, afin de sensibiliser au potentiel de la région et de défendre les initiatives politiques nécessaires pour stimuler son développement.

Basée à Genève, cette fondation comprendra un comité consultatif mondial de décideurs politiques, de chefs d'entreprise et d'experts sur des thèmes pertinents. Elle incorporera également des employés opérationnels chargés d'effectuer des recherches, de formuler et de promouvoir des recommandations politiques.

« La mer Rouge est une route de navigation internationale qui joue un rôle essentiel dans le commerce mondial depuis des millénaires. Cependant, les pays qui la bordent bénéficient actuellement d'une quantité minime des richesses qui traversent la région. Cela va changer », a déclaré M. Al Rasheed. « Il s'agit aujourd'hui du marché en développement connaissant la croissance la plus rapide au monde, et du moins exploité. Une initiative coordonnée visant à faciliter le commerce améliorera considérablement le flux de marchandises au sein de la région de la mer Rouge et favorisera la croissance et la prospérité là où elles sont le plus nécessaires. »

D'après les Nations Unies, la population des vingt pays qui utilisent la mer Rouge comme leur principal couloir maritime va augmenter de 110 % d'ici 2050, passant ainsi de 620 millions aujourd'hui à 1,3 milliard d'habitants. La classe moyenne florissante dans cette région devrait croître de 150 %, passant de 137 millions à 343 millions au cours de cette même période. Les projections actuelles indiquent que cette croissance entraînera une multiplication par trois du PIB, de 1 800 milliards $ aujourd'hui à 6 100 milliards $ d'ici 2050. Le commerce quintuplera de 881 milliards $ à 4 700 milliards $.

Chaque année, environ 10 % du commerce maritime mondial passe par le bassin économique de la mer Rouge. L'expansion du canal de Suez, qui doublera sa capacité, devrait générer une augmentation des volumes.

La faiblesse de l'infrastructure logistique ne représente qu'un seul des facteurs qui limitent la croissance. Par exemple, seuls quelques ports de la région sont en mesure d'accueillir les gros porte-conteneurs modernes. Le port King Abdullah en Arabie saoudite, qui a été mis en service en 2015, sera le plus grand port de la mer Rouge d'ici 2017.

Les autres facteurs affectant la croissance incluent une vaste disparité des niveaux de développement économique ainsi qu'un environnement réglementaire qui augmente considérablement les coûts du commerce transfrontalier. Les données de la Banque mondiale suggèrent que chaque dollar dépensé dans la fabrication d'un produit génère 2,19 $ en coûts de commerce, y compris les tarifs et les frais de logistique.

L'amélioration de l'infrastructure et de la coopération dans le commerce transfrontalier pourrait accroître l'efficacité, réduire les coûts et faire progresser la participation des petites et moyennes entreprises dans la chaîne de valeur mondiale. Cela améliorerait la croissance du PIB de près de 30 % par rapport aux projections actuelles, avec un total de 6 600 milliards $ et celle du commerce de 180 %, pour atteindre 6 300 milliards $, d'ici 2050.

« L'objectif de la Red Sea Foundation est de mettre en avant l'énorme potentiel de cette région en améliorant l'infrastructure logistique, en promouvant le commerce entre les pays de la région de la mer Rouge et en encourageant les investissements étrangers », a ajouté M. Al Rasheed. « C'est une initiative dans laquelle les secteurs public et privé, tout comme la société civile, ont tous des rôles importants à jouer. La Red Sea Foundation a été créée pour réunir tous ces acteurs importants, afin d'établir un nouveau moteur de croissance pour l'économie mondiale. »

La région de la mer Rouge comporte vingt pays qui bordent la mer Rouge ou l'utilisent comme leur principale voie de navigation : le Burundi, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Égypte, l'Érythrée, l'Éthiopie, l'Irak, la Jordanie, le Kenya, Madagascar, le Mozambique, le Rwanda, l'Arabie saoudite, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tanzanie, les Émirats arabes unis, l'Ouganda et le Yémen.

À propos de King Abdullah Economic City  

King Abdullah Economic City (KAEC) est la plus grande ville nouvelle financée par des fonds privés au monde. Située sur la côte Ouest du Royaume d'Arabie saoudite, KAEC couvre une superficie de 181 millions de m², soit environ la taille de Washington DC. La ville est actuellement développée par Emaar, The Economic City, une société par actions saoudienne cotée en bourse établie en 2006.

Avec une capacité de population de 2 millions d'habitants d'ici 2035, KAEC comprend le port King Abdullah, les quartiers résidentiels Coastal Communities, le district Haramain Railway et l'Industrial Valley.

LA

SOURCE King Abdullah Economic City