La 18ème réunion internationale braque les projecteurs sur les relations bilatérales entre le Brésil et les États-Unis

01 Octobre, 2013, 18:00 BST de 18th Meeting International

SAO PAULO, 1 octobre 2013 /PRNewswire/ -- Lors de l'ouverture du séminaire international tenu le 27 septembre dans le cadre de la 18ème réunion internationale organisée par le LIDE – Grupo de Lideres Empresariais (groupe des chefs d'entreprise), Helio Ramos, ambassadeur et consul général du Brésil à Miami, a souligné que les deux pays traversent une époque très prospère pour les affaires. « Cet évènement vise à favoriser les relations entre le Brésil et les États-Unis », a déclaré M. Ramos. La réunion a permis de rassembler 200 dirigeants et fonctionnaires du Brésil et des États-Unis entre le 26 et le 29 septembre à Miami en Floride.

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a appelé à un renforcement des relations économiques avec le Brésil et critiqué l'exigence de visas entre les deux pays lors de la première table ronde de la journée consacrée aux « relations économiques, institutionnelles et touristiques entre le Brésil et les États-Unis ». « Le problème des visas est un problème majeur dans la mesure où je souhaiterais intensifier nos relations avec d'autres pays, notamment le Brésil », a déclaré le gouverneur, qui a reçu l'appui du président du LIDE, Joao Doria Jr.

Comme l'indique le gouverneur de Goias, Marconi Perillo, la production agricole de son État représente une part très importante de la balance commerciale. « Goias fournit 50 % de la production nationale de céréales, la moitié des troupeaux de bétail et 20 % de la canne à sucre destinée à la production d'éthanol brésilien », a-t-il expliqué.

« L'agriculture brésilienne est de loin la plus durable au monde », a indiqué Roberto Rodrigues, ancien ministre de l'Agriculture et président de LIDE AGRONEGOCIOS (LIDE Agroalimentaire) dans son allocution sur « Le poids de l'éthanol et des oranges dans les exportations brésiliennes vers les États-Unis ». En 2012, le Brésil a enregistré un excédent de 19 milliards de dollars US de sa balance commerciale. L'agroalimentaire a dégagé à lui-seul 79 milliards de dollars US.

L'éthanol et le jus d'orange sont deux produits qui se distinguent parmi les exportations agroalimentaires potentielles du Brésil vers les États-Unis. La crise de 2008 a contraint le Brésil à réduire sa production d'éthanol, et actuellement aucune usine n'est en construction. « Le gouvernement veut lutter contre l'inflation et l'un des moyens d'y parvenir est de geler les prix du gaz, ce qui a pour effet d'augmenter le prix de l'éthanol », a expliqué l'ancien ministre.

Les États-Unis sont le deuxième marché pour notre jus d'orange, juste derrière l'Union européenne. Aujourd'hui, 27 milliards de litres sont produits au Brésil, avec un surplus de 6 à 7 milliards destiné à l'exportation. « En août, nous avons exporté plus d'éthanol vers les États-Unis qu'à la même époque l'an dernier. Les débouchés aux États-Unis sont énormes, mais il faut assouplir les droits de douane américains à l'importation », a-t-il souligné.

Pour plus d'informations destinées à la presse :
CDN - Comunicacao Corporativa :
Erica Valerioerica.valerio@cdn.com.br, +55-(11)-3643-2710

LA

SOURCE 18th Meeting International