La bataille pour la reprise de l'allemand Kaufhof pourrait tourner « à la catastrophe comme pour Walmart » selon un spécialiste de la distribution

28 Mai, 2015, 16:11 BST de Department of Retailing & Distribution, Hochschule (University of Applied Sciences) Bonn-Rhein-Sieg

BONN, Allemagne, May 28, 2015 /PRNewswire/ --

La bataille imminente pour la reprise de la chaîne allemande de grands magasins Kaufhof, en difficulté, pourrait tourner à « la catastrophe comme pour Walmart » si l'enseigne tombe entre des mains étrangères, a averti un éminent spécialiste de la distribution.

Le professeur Thomas Roeb, de la Hochschule Bonn-Rhein-Sieg, faisait ici référence à l'échec de l'incursion de Walmart dans le secteur allemand de la vente au détail. Le géant américain avait fait son entrée sur le marché allemand en 1997 mais omis de partager son savoir-faire avec sa filiale nouvellement acquise. Cette tentative de restructuration des activités allemandes, qui aura duré neuf ans, a débouché sur une perte estimée à 2,9 milliards d'euros et contraint Walmart à abandonner le marché.

« Dans un contexte de déclin du modèle des grands magasins, Kaufhof constitue un investissement à haut risque pour un repreneur potentiel », a indiqué jeudi le professeur Roeb.

« L'histoire nous montre que cet investissement est particulièrement délicat pour les entreprises étrangères qui s'efforcent, de longue date, de comprendre le consommateur allemand et les nuances du marché allemand», a-t-il ajouté en citant, outre l'exemple de Walmart, celui de l'échec du britannique Marks and Spencer, qui a fermé son dernier magasin en Allemagne en 2001 après avoir tenté de créer une entreprise viable pendant cinq ans.

La bataille pour la reprise de Kaufhof devrait se jouer entre la société immobilière et de distribution autrichienne Signa, propriétaire de la chaîne de grands magasins allemande rivale Karstadt, qui a déposé une offre à 2,9 milliards d'euros (3,2 milliards de dollars), et le canadien Hudson's Bay, qui ne devrait plus tarder à faire une offre concurrente. Signa a pour objectif de fusionner les deux chaînes au sein d'un groupe allemand de chaînes de magasins appelé Deutsche Warenhaus AG.

Le professeur Roeb, qui a travaillé pendant 20 ans dans et pour la distribution allemande en tant que professeur et consultant, a indiqué que si Signa risque d'avoir du mal à faire prospérer Kaufhof, l'histoire nous enseigne que cette mission pourrait s'avérer encore plus difficile pour Hudson's Bay.

« Opérer dans le secteur de la distribution est difficile dans le monde entier, mais plus encore en Allemagne où les enseignes spécialisées à prix bas font subir aux généralistes d'énormes pressions depuis les années 1970 », a-t-il déclaré.

« On ne peut pas s'attendre à percer sur un marché étranger comme celui-là en se contentant d'y faire son entrée et je crois que Kaufhof, sous le contrôle d'Hudson's Bay, risque de connaître les mêmes mésaventures que Walmart . »

Ces dix dernières années, les grands magasins allemands ont souffert face aux magasins spécialisés de moindre envergure, notamment dans le domaine de l'habillement, tandis que les spécialistes de la mode éphémère, comme le suédois H&M ou plus récemment l'irlandais Primark, ont prospéré à leurs dépens.

LA

SOURCE Department of Retailing & Distribution, Hochschule (University of Applied Sciences) Bonn-Rhein-Sieg