La composition du microbiote intestinal, biomarqueur d'un nouveau type ?

16 Mars, 2016, 14:45 GMT de Gut Microbiota for Health World Summit

MIAMI, March 16, 2016 /PRNewswire/ --

La composition des communautés microbiennes intestinales et les changements qui s'y opèrent pourraient constituer de puissants biomarqueurs pour le diagnostic, la surveillance et la prédiction des maladies intestinales. Les grands spécialistes de la question ont présenté les résultats de recherches passionnantes à l'occasion du sommet mondial « Microbiote intestinal et la santé » 2016 (5/6 mars, Miami). 

La composition du microbiote intestinal est significativement modifiée chez les patients atteints de troubles métaboliques. Le Pr. Max Nieuwdorp (Université d'Amsterdam) a expliqué qu'une augmentation des populations de Lactobacillus gasseri et Streptococcus mutans était un bon prédicteur de l'apparition d'une résistance à l'insuline. Autre observation importante, la quantité de bactéries produisant des acides gras à chaîne courte, comme Roseburia et Faecalibacterium prausnitzii, est réduite chez les patients porteurs d'un diabète de type 2. En reliant différents types de composition microbiologique avec des biomarqueurs cliniques plus classiques, on pourrait obtenir, selon le Pr. Nieuwdorp, des schémas diagnostiques qui aideraient à évaluer le risque de maladie et à choisir les mesures les mieux adaptées à chaque patient.

Le lien entre alimentation et risque de cancer du côlon a été exploré dans une étude présentée par le Dr. Kishore Vipperla, qui comparait deux groupes : d'une part, 20 Afro-américains en bonne santé, et d'autre part 20 Africains originaires des régions rurales d'Afrique du Sud, où le cancer du côlon est très rare. Ces deux groupes ont échangé leur mode d'alimentation pendant deux semaines : les Américains ont consommé un régime « africain traditionnel » et les Africains un régime occidental. Deux semaines après cet échange, le risque de cancer du côlon était spectaculairement augmenté chez les participants africains, comme le signalaient l'inflammation et la prolifération des cellules épithéliales de la muqueuse, considérées comme des biomarqueurs importants de cette maladie. Ces remaniements étaient associés à une altération significative des interactions métaboliques entre les bactéries intestinales, entraînant une élévation de la quantité de métabolites bactériens bénéfiques dans l'intestin des participants américains et sa diminution chez les Africains.

http://www.gutmicrobiotaforhealth.com/en/media-center/

Contact presse :
impressum health & science communication
Courriel : gutmicrobiota@impressum.de
Tél. : +49-40-31-78-64-10

LA

SOURCE Gut Microbiota for Health World Summit