La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) juge que Timochenko est correctement traitée en Ukraine

01 Juin, 2012, 20:18 BST de Ukraine Foreign Affairs

KIEV, Ukraine, June 1, 2012 /PRNewswire/ --

La Cour européenne des droits de l'homme a jugé que l'ancienne Première ministre Ioulia Timochenko, en prison à l'heure actuelle, bénéficie d'un « traitement médical adéquat dans un établissement approprié », dans une décision considérée, par le gouvernement ukrainien, comme venant confirmer son rôle, et ce en dépit du « caractère quasiment hystérique des revendications ».

Au mois de mars de cette même année, la Cour avait ordonné le prononcé d'une mesure provisoire afin de demander au gouvernement ukrainien de s'assurer que Mme Timochenko puisse recevoir un traitement approprié, et de répondre à toute une série de questions concernant la santé de cette dernière et ses conditions de détention.

À présent, la coopération du gouvernement avec la Cour a eu pour conséquence que ladite mesure soit levée (à la demande du gouvernement ukrainien et des autorités carcérales de la prison de Kharkiv, au sein de laquelle Mme Timochenko est emprisonnée).

Le porte-parole du Ministre des affaires étrangères ukrainien a déclaré que «-si l'on lit le jugement rendu, on peut constater qu'il est on ne peut plus emphatique-».

« La Cour indique que Mme Timochenko s'est plainte de ne pas recevoir de "soins médicaux" concernant les "nombreux problèmes de santé" dont elle est atteinte. Pourtant, la Cour confirme qu'entre le 13 et le 15 avril, les médecins allemands indépendants qu'elle avait demandés l'avaient examinée, dans un hôpital à l'extérieur de la prison », a-t-il déclaré.

La décision rendue par la Cour fait aussi allusion à la grève de la faim que Mme Timochenko a entamée depuis 20 jours et aux bleus qu'elle présente et qui résultent de la résistance qu'elle avait opposée lors de son transfert de la prison à l'hôpital extérieur précité, l'Hôpital clinique central de Kharkiv.

« La Cour européenne a abordé l'ensemble de ces sujets sensibles, et pourtant, elle s'est prononcée en faveur du gouvernement ukrainien », a déclaré le porte-parole.

« Nous espérons que ceci mettra un terme à ces revendications hystériques concernant Ioulia Timochenko auxquelles ont cru les médias, mais pas la Cour européenne des droits de l'homme », a ajouté le porte-parole du gouvernement pour conclure.

Au mois d'octobre de l'année dernière, Mme Timochenko avait été condamnée à sept ans d'emprisonnement, pour avoir abusé de ses attributions, en tant que Première ministre, en concluant un contrat gazier avec la Russie, qui continue de faire payer aux Ukrainiens un prix excessif pour l'énergie qu'ils consomment.

En décembre, toujours de l'année dernière, la CEDH avait pris attache avec le gouvernement ukrainien au sujet de l'affaire introduite par Mme Timochenko, et depuis, ce dernier a coopéré pleinement dans le cadre de l'enquête relative au traitement réservé à Mme Timochenko en prison et à l'état de santé de cette dernière.

La Cour demeure saisie de l'affaire et les parties à la procédure peuvent, désormais, déposer des mémoires en réponse à la décision rendue ce jour.

LA

SOURCE Ukraine Foreign Affairs