La Fédération internationale du diabète (FID) recommande un contrôle plus strict de la glycémie après les repas chez les personnes atteintes de diabète

19 Septembre, 2007, 10:30 BST de International Diabetes Federation (IDF)

AMSTERDAM, Pays-Bas, September 19 /PRNewswire/ --

- La FID lance sa nouvelle directive pour le contrôle du glucose postprandial

Aujourd'hui, la FID publie une nouvelle directive mondiale en matière de soins aux personnes atteintes de diabète, qui inclut la vérification du glucose postprandial.(1) Il en ressort que les personnes atteintes de diabète devraient contrôler systématiquement leur taux de glycémie après les repas de manière à optimiser le contrôle du diabète et à réduire les risques de complications, en particulier de maladies cardiovasculaires.(2) Cette approche inédite aidera les cliniciens et les organisations à mettre au point des stratégies efficaces en matière de prise en charge du diabète. La nouvelle recommandation, valable à l'échelle mondiale, a été formulée pour la première fois à l'occasion de la réunion de l'Association européenne pour l'étude du diabète (European Association for the Study of Diabetes, EASD) à Amsterdam.

Cette nouvelle directive énonce toute une série de recommandations visant à optimiser les soins aux personnes atteintes de diabète : elle aborde les questions de l'hyperglycémie postprandiale, des stratégies de traitement et des régimes, de l'auto-surveillance du glucose dans le sang, ainsi que des thérapies pharmacologiques et non pharmacologiques.

<< Le diabète est désormais reconnu comme l'une des plus grandes épidémies auxquelles l'humanité ait jamais été confrontée, et une cause majeure de décès. Chaque année, cette maladie fait 3,8 millions de morts, dont beaucoup des suites de maladies cardiovasculaires. Cette avancée met en évidence l'importance, tant pour les personnes atteintes de diabète que pour les soignants, de prendre toutes les mesures possibles pour mieux gérer la maladie >>, a déclaré le Prof. Stephen Colagiuri, Président du Groupe de Travail de la FID sur les directives cliniques.

Jusqu'il y a peu, on recommandait surtout aux personnes atteintes de diabète de réduire leur taux de glucose sanguin préprandial ou à jeun. Or, des études récentes révèlent que le contrôle renforcé du glucose postprandial serait lié à une amélioration des résultats chez les personnes atteintes de diabète. Les directives mondiales existantes ne parlent pas du contrôle du glucose postprandial.

Chez les personnes dont la tolérance au glucose est normale, le taux de glycémie est automatiquement vérifié et contrôlé par l'organisme. Après un repas, le corps produit suffisamment d'insuline pour maintenir le glucose du plasma à un niveau normal qui dépasse rarement les 7,8 mmol (140 mg/dl), et retombe habituellement au niveau d'avant le repas dans les deux à trois heures qui suivent.

Chez les personnes atteintes d'intolérance abaissée au glucose ou de diabète, l'organisme ne contrôle pas - ou peu - automatiquement le taux de glycémie, de sorte qu'après un repas, le taux de glucose dans le sang reste élevé pendant longtemps. Ceci s'explique par un certain nombre de facteurs, dont une sécrétion insuffisante d'insuline, une baisse de la sensibilité à l'action de cette dernière, l'incapacité à enrayer la production de glucose par le foie, et des déficiences au niveaux d'autres hormones en rapport avec la digestion.

Selon la nouvelle directive de la FID, les personnes atteintes de diabète devraient essayer de maintenir leur taux de glucose postprandial à moins de 7,8 mmol (140 mg/dl) deux heures après un repas. Ce délai est conforme aux lignes directrices publiées par la plupart des grandes organisations médicales et du diabète.

La FID préconise l'auto-surveillance du taux de glucose dans le sang car c'est là la méthode la plus pratique pour mesurer le glucose postprandial ; en outre, elle permet aux personnes atteintes de diabète d'obtenir des informations << en temps réel >> sur leur glycémie. Ainsi, les personnes atteintes de diabète comme les soignants peuvent procéder à des ajustements si nécessaire dans leur régime, de manière à maintenir leur taux de glucose dans le sang au niveau visé.

<< La FID recommande aux personnes atteintes de diabète de conjuguer activité physique, alimentation saine et contrôle pondéral dans leur régime quotidien >>, a déclaré le Prof. Antonio Ceriello, Président du Groupe de rédaction des lignes directrices. << Ces conseils restent le fondement même d'une bonne prise en charge du diabète et contribuent non seulement à réduire le taux de glycémie postprandial, mais encore à améliorer la tension artérielle et le taux de cholestérol dans le sang. >> La directive reprend en outre des informations sur une série de médicaments spécialement destinés à contrôler le taux de glucose postprandial.

Bibliographie :

(1) Guideline for Management of Postmeal Glucose, Fédération internationale du diabète, 2007

(2) Ceriello A, Postprandial Hyperglycemia and Diabetes Complications: Is it Time to Treat? Diabetes 2005; 54(1):1-7

Note aux rédacteurs en chef et directeurs de publication

La Fédération internationale du diabète (FID) est une organisation qui chapeaute plus de 200 associations membres réparties dans plus de 160 pays. Elle défend les droits des quelque 240 millions de personnes atteintes de diabète, de leurs familles et des professionnels de la santé. La FID a pour mission de promouvoir les soins aux personnes atteintes de diabète, la prévention ainsi qu'un remède, et ce à l'échelle mondiale. La FID est une ONG qui entretient des relations officielles avec l'Organisation mondiale de la santé et est également associée au Département de l'information publique des Nations unies. Vous trouverez toutes les informations concernant la FID sur http://www.idf.org.

LA

SOURCE International Diabetes Federation (IDF)