La GSMA invite l'industrie et les gouvernements à instaurer une Europe connectée grâce à la technologie mobile de prochaine génération

28 Novembre, 2012, 14:23 GMT de GSMA

-- Les services mobiles sont susceptibles d'alimenter la croissance, de stimuler l'innovation, de créer des emplois et de renforcer la durabilité dans les différents secteurs de l'économie ; il importe aujourd'hui de créer des partenariats afin de maximiser les opportunités pour l'Europe

BRUXELLES, 28 novembre 2012 /PRNewswire/ -- La GSMA souligne aujourd'hui le besoin urgent pour l'industrie et les gouvernements européens de collaborer afin de maîtriser le potentiel des communications mobiles en vue d'alimenter la croissance, de créer des emplois, de stimuler l'innovation et d'améliorer la durabilité. La conférence de la GSMA intitulée « Connected Europe » entend étudier comment les services mobiles peuvent révolutionner les principaux secteurs de l'économie européenne, notamment les transports, les soins de santé et les services publics. Elle entend également examiner comment un cadre d'action européen adéquat permettra d'accélérer le lancement et l'adoption de nouveaux services mobiles qui renforceront les avantages socioéconomiques pour la région. Malgré des revers récents pour le secteur du mobile en Europe qui ont engendré des pertes de recettes qui pèseront sur les investissements futurs, les communications mobiles restent un secteur-clé en Europe dont la taille est comparable au secteur de l'aérospatiale et plus importante que le secteur pharmaceutique, avec des recettes totales s'élevant à environ 174 milliards d'euros (1).

Plusieurs discours-programmes et discussions d'experts exclusifs seront animés par des personnalités influentes issues des secteurs des télécommunications, de l'automobile, de l'énergie, de la santé et de l'éducation qui débattront de cette récente évolution avec des représentants de haut rang des institutions européennes. Parmi les intervenants figurent Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA ; Thibaut Kleiner, membre du cabinet de la vice-présidente de la Commission européenne Neelie Kroes ; Karsten Ottenberg, P.-D.G. de Giesecke & Devrient ; et Morten Karlsen Sorby, vice-président directeur et responsable de la stratégie et des affaires réglementaires chez Telenor Group.

Pour Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA : « L'Europe connaît des vagues successives de connectivité mobile. La première vague, le succès du GSM en Europe, a permis de connecter les gens en déplacement. La deuxième vague a permis de conférer à la large bande mobile des vitesses de plus en plus importantes pour des centaines de millions de citoyens et d'entreprises en Europe. Nous assistons aujourd'hui à la troisième vague où des réseaux mobiles permettent de connecter des dispositifs, qu'il s'agisse d'appareils de contrôle de la santé et de compteurs intelligents ou de voitures connectées, transformant ainsi le visage de l'industrie et la vie des personnes ».

L'impact du mobile en Europe

L'Europe présente le taux de pénétration le plus élevé au monde, avec des connexions totales de 135 pour cent en Europe en 2012 (contre 87 pour cent en Asie et 108 pour cent en Amérique du Nord), et qui devrait atteindre 152 pour cent d'ici à 2017. Dans le même temps, la pénétration d'abonnés mobiles uniques est actuellement de 76 pour cent dans la région et devrait passer à 80 pour cent d'ici à 2017(2).

Pour l'ensemble de l'Europe, on prévoit 2,1 milliards de connexions mobiles d'ici à la fin de la décennie, soit une progression de plus de 60 pour cent, contre 1,3 milliard aujourd'hui (3). Des réseaux mobiles évolués à large bande permettent d'obtenir des débits de données plus élevés, de limiter les temps d'attente et d'élargir la couverture, avec aujourd'hui 326 millions de connexions mobiles à large bande uniquement en Europe (4).

Le nombre de dispositifs mobiles connectés en Europe devrait atteindre près d'1 milliard d'ici à 2020, le total des dispositifs connectés devant atteindre près de 6 milliards. Grâce à la connectivité mobile, les recettes totales prévues pour les principaux secteurs de l'économie européenne d'ici à 2020 seront notamment de 23 milliards d'euros pour les soins de santé, de 46 milliards d'euros pour les Villes intelligentes et les services publics, et de 48 milliards d'euros pour les secteurs de l'automobile et des transports.

Relever les principaux défis de l'Union européenne

Le secteur du mobile est susceptible aujourd'hui de relever quatre défis majeurs de l'Union européenne :

  1. Alimenter la croissance en investissant dans les réseaux, en créant des emplois et en contribuant aux financements publics, notamment au moyen des taxes et des redevances, et également en transformant d'autres secteurs,
  2. Créer des possibilités d'emploi supplémentaires outre les emplois qui devraient être créés pour quelque 1,7 million de citoyens européens,
  3. Créer une plate-forme visant à donner une impulsion à l'innovation dans tous les secteurs et pour l'ensemble de l'économie, et
  4. Favoriser la durabilité en limitant ses propres émissions de carbone et en contribuant à réduire les empreintes carboniques dans tous les autres secteurs (5)

Instaurer une Europe connectée

Les investissements privés, l'esprit d'entreprise et l'innovation seront indispensables pour instaurer une Europe connectée, grâce à des partenariats entre les différents secteurs et les gouvernements. Cependant, les institutions de l'Union européenne peuvent favoriser la création rapide d'une Europe pleinement connectée en menant une action solidaire et en adoptant des règles qui répondent aux principales exigences du secteur mobile européen :

Connectivité : favoriser les investissements dans les réseaux mobiles à large bande et réduire les entraves à leur déploiement

  • Accélérer le déploiement harmonisé du spectre disponible dans tous les Etats membres, et identifier le nouveau spectre pour les réseaux mobiles de prochaine génération,
  • Contribuer à limiter le coût du déploiement de réseaux en permettant le partage des infrastructures sur une base commerciale, en promouvant les meilleures pratiques nationales concernant la concession de licences et les autorisations pour les stations de base et en s'assurant que les politiques relatives au CEM soient conformes aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé,
  • « Combler » les lacunes dans la couverture de la large bande en complétant les investissements réalisés par le secteur privé avec des financements publics et des aides financières.

Contenus et services : permettre l'élaboration de contenus, de services et de modèles d'entreprise innovants

  • Favoriser la collaboration pour la prestation de services paneuropéens interopérables qui contribuent à créer de nouvelles opportunités d'échelle de marché pour l'ensemble de l'économie,
  • S'assurer que les opérateurs puissent continuer à gérer le trafic des données afin de proposer des services innovants qui fonctionnent et qui offrent la qualité de service que les utilisateurs et les entreprises attendent,
  • Actualiser les règles paneuropéennes relatives à l'octroi de licences pour les contenus afin de permettre de nouveaux modèles d'entreprise pour les titulaires de droits et les utilisateurs commerciaux ainsi que d'offrir des contenus innovants aux consommateurs.

Confiance : contribuer à renforcer la confiance des consommateurs dans les nouveaux services et favoriser l'adoption de ces derniers

  • Actualiser les règles communautaires relatives à la confidentialité des données afin de les rendre plus précises et cohérentes pour les consommateurs sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'écosystème mobile et de les rendre également suffisamment flexibles pour qu'elles tiennent compte des risques futurs éventuels, tout en stimulant l'innovation,
  • Continuer à soutenir les initiatives d'autorégulation menées par le secteur mobile concernant la protection de l'enfance dans des domaines tels que le contrôle parental, l'éducation et la sensibilisation, ainsi que les images de mauvais traitements infligés aux enfants mises en ligne,
  • Promouvoir et hiérarchiser les initiatives visant à développer les connaissances en informatique et à accroître les compétences numériques.

Toujours selon Bouverot : « L'Europe a fait preuve d'innovation et a joué un rôle prépondérant dès l'avènement des communications mobiles, bien que ce rôle se soit atténué au cours de ces dernières années. La troisième vague du mobile et la prestation de services connectés ouvrent de nouvelles perspectives importantes pour une croissance future. Je souhaite que le secteur du mobile et les institutions européennes instaurent un cadre d'action concret qui permettra à l'Europe de demeurer à l'avant-garde de ce secteur captivant ».

En marge de la conférence « Connected Europe », un événement Connected Living sera également organisé au cours duquel des démonstrations interactives en direct seront proposées ainsi que des études de cas hautement visuelles démontrant comment la technologie mobile transforme le monde des affaires, de l'éducation, de la santé, des services publics et des transports.

Connected Europe: Supporting Growth with Mobile se tiendra à L'Arsenal et à La Chaufferie à Bruxelles, le mercredi 28 novembre 2012, de 13 h 30 à 18 h 30.

- FIN -

Remarques pour les éditeurs

(1) Source : GSMA European Mobile Observatory 2011

(2) Source :GSMA Wireless Intelligence – research on global mobile subscriptions penetration, October 2012

(3) Machina Research (novembre 2012) est la source de toutes les données concernant les dispositifs mobiles connectés, le total des dispositifs connectés, les recettes pour les principaux secteurs et les opérateurs

(4) Source : GSMA Wireless Intelligence (novembre 2012)

(5) Résumé de l'impact potentiel du secteur mobile pour les quatre objectifs principaux de l'Europe pour 2020 :

Croissance

  • Les opérateurs de réseaux mobiles investissent des milliards par an afin d'offrir la capacité et la couverture réseau permettant de prendre en charge la forte augmentation des niveaux de trafic de données,
  • En permettant la saisie en temps réel des informations d'utilisation et une commande à distance, la connectivité mobile intégrée peut rendre une gamme élargie de dispositifs, machines et véhicules plus efficaces et plus économes en ressources,
  • La connectivité mobile intégrée donnera une nouvelle impulsion à la croissance en permettant de nouveaux modèles d'entreprise et en créant de nouvelles opportunités de recettes et de marché dans tous les différents secteurs.

Emploi

  • Le secteur mobile emploie plus de 370 000 personnes dans l'Union européenne et, selon les estimations, serait à l'origine de 1,7 million autres emplois (2010),
  • Il est également un moteur de la création d'emplois, en particulier parce qu'il permet aux jeunes entreprises de se connecter à des millions de partenaires et de clients potentiels et qu'il crée des recettes et des perspectives de croissance dans d'autres secteurs,
  • La technologie mobile a joué et continuera de jouer un rôle essentiel en faisant profiter à des groupes défavorisés sur le plan socioéconomique de services et d'opportunités numériques, y compris grâce à mEducation.

Innovation

  • Le secteur mobile continue d'investir considérablement dans l'innovation comme le démontre l'amélioration permanente de la capacité, de la couverture et de la solidité des réseaux mobiles,
  • Ces réseaux rapides, omniprésents, sécurisés et interopérables ont fourni la vitesse, la portée et l'échelle nécessaires à l'émergence de contenus dynamiques et à l'innovation dans les services,
  • La connectivité mobile intégrée créera de nouvelles perspectives d'innovation à travers plusieurs secteurs.

Durabilité

  • Les technologies mobiles sont utilisées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les coûts dans divers secteurs en permettant une gestion du trafic et une logistique intelligentes, des réseaux et des compteurs électriques intelligents et des bâtiments intelligents,
  • Le secteur mobile a déployé des efforts considérables afin de réduire ses propres émissions de carbone et, en 2010, la GSMA a lancé le « Mobile Energy Efficiency Benchmarking Service » (service d'évaluation comparative du rendement énergétique du secteur mobile) qui permet aux opérateurs de mesurer le rendement énergétique de leur réseau,
  • Le Manifeste vert 2012 du GSMA montre que la technologie mobile permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre anthropiques dans d'autres secteurs jusqu'à quatre à cinq fois la propre empreinte carbonique du secteur mobile.

A propos du GSMA

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile du monde entier. Active dans plus de 220 pays, la GSMA regroupe près de 800 des plus importants opérateurs de téléphonie mobile du monde, dont plus de 230 entreprises qui touchent de près ou de loin à l'écosystème de la téléphonie mobile, notamment comme fabricants de combiné téléphonique, éditeurs de logiciels, fournisseurs d'équipements et entreprises Internet, ainsi que des organismes issus de divers secteurs de l'industrie, comme des services financiers, les soins de santé, les médias, les transports et les services publics. La GSMA organise aussi différents événements d'envergure pour promouvoir l'industrie, comme le congrès mondial Mobile World Congress et l'expo Mobile Asia. 

Pour en savoir plus, veuillez visiter le site Web de la GSMA à www.gsma.com ou le site Mobile World Live, le portail en ligne du secteur des communications mobiles, à www.mobileworldlive.com 

LA

SOURCE GSMA



Liens connexes

http://www.gsma.com