La liberté d'expression est bien présente en Ukraine, selon un sondage

13 Juin, 2013, 14:15 BST de Ukraine Monitor

KIEV, Ukraine, June 13, 2013 /PRNewswire/ --

Un sondage indépendant a révélé que la majorité des Ukrainiens estiment que la liberté d'expression n'est pas un vain mot, mais bien présente dans leur pays, une conclusion qui va dans le sens des efforts déployés par le gouvernement pour tordre le cou à l'image d'une Ukraine n'ayant pas rompu avecson passé soviétique.

Menée par le Democratic Initiatives Fund et le Centre Razumkov, l'étude montre que 7 % seulement des personnes interrogées estiment que la liberté d'expression n'existe pas en Ukraine tandis que 65 % pensent le contraire. Un dixième des personnes interrogées ont attribué à leur pays une note maximale en la matière.

Ces résultats sont en nette progression par rapport à un sondage similaire réalisé en 2011 qui révélait que 33 % des Ukrainiens jugeaient la liberté d'expression présente dans leur pays.

La moitié des personnes interrogées estiment que les médias en Ukraine présentent des points de vue variés et 58 % font davantage confiance aux médias ukrainiens qu'aux sources d'information russes (33 %).

Les résultats de ce sondage ne manqueront pas d'être accueillis favorablement par les proches du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, qui a par le passé déploré « le stéréotype véhiculé à tort à propos de l'absence de liberté d'expression ».

Il a souvent souligné que son gouvernement avait laissé derrière lui son passé soviétique et promulgué des lois en faveur de la liberté d'information.

« Les résultats de ce récent sondage ne nous surprennent pas. Il n'y a qu'à regarder notre blogosphère et nos médias numériques dynamiques en Ukraine pour constater toute l'étendue des avis qui y sont représentés », a affirmé un porte-parole du gouvernement ukrainien. L'étude révèle en effet qu'un tiers des Ukrainiens suivent l'actualité sur Internet.

« Malheureusement, il reste encore des personnes qui préfèrent fermer les yeux sur les changements survenus dans notre pays », a-t-il ajouté.

Le programme de réformes du gouvernement, qui va de la publication d'un nouveau code pénal à la promulgation de nouvelles lois fiscales et, plus récemment, à des lois sur la propriété intellectuelle, vise à permettre à l'Ukraine de s'aligner sur les meilleures normes et pratiques mondiales.

Une grande partie de ces changements a pour but d'aider l'Ukraine à signer un accord d'association avec l'UE, même si Kiev affirme que le pays est profondément attaché au processus de réforme, et ce de longue date.

Si tout se passe comme prévu, le gouvernement de M. Ianoukovitch signera l'accord d'association lors du Sommet du Partenariat oriental qui se tiendra en novembre à Vilnius en Lituanie.

LA

SOURCE Ukraine Monitor