La Pierre de la paix de Jérusalem vandalisée

05 Novembre, 2012, 07:30 GMT de Friedensmal Wendepunkt e. V

BENSHEIM, Allemagne, November 5, 2012 /PRNewswire/ --

« Jérusalem est partout là où il y a de la beauté. Et maintenant Jérusalem est aussi ici à Bensheim près de Francfort », a déclaré le rabbin francfortois Andrew Steiman lors de l'inauguration de la Pierre de la paix, le 21 octobre 2012, dans le quartier Hochstädten de Bensheim. Mais longtemps, Jérusalem n'a pas été présente à Bensheim. Et à peine neuf jours après l'inauguration, le monument a été profané. « Ce monument est là précisément aussi pour que le passé ne soit pas seulement un objet de commémoration, pour nous inciter à vivre en paix et à repenser notre vie ensemble », explique l'initiateur du projet Thomas Zieringer. Il a été conçu comme un monument pour la paix qui relie la question de la paix extérieure avec celle de paix intérieure.

Que pouvons-nous faire en tant que communauté contre la haine ?, se demande Zieringer. On voit comment cette société renonce progressivement à ses valeurs. « Oui, c'est bien cela le vandalisme aujourd'hui. » Ou « Ce n'est pas un monument juif, mais il contient certains éléments qui peuvent inciter les gens à l'interpréter de cette manière. » Si l'on ne peut même plus créer quelque chose de beau pour les autres sur son propre terrain, avec ses propres fonds, parce que vos concitoyens s'offusquent à la simple vue du mot « Jérusalem » sur une pierre, la conséquence logique n'est-elle pas de s'occuper de soi-même ?, s'interroge-t-il. Se peut-il vraiment que des gens qui vivent dans un pays européen civilisé ne sachent plus à quel point « Jérusalem » fait partie de la culture occidentale ?

Le monument de Bensheim a été aussi qualifié de « monument contre la folie de l'ego ». Que cela soit en rapport avec la profanation, c'est ce que croit Thomas Zieringer lui-même. L'inscription qui a été vandalisée formait la phrase : « Yerushalayim (c'est-à-dire ville de la paix) - que nous franchissions les clôtures qui nous empêchent de vivre ensemble ». « Peut-être notre monument a-t-il été à juste titre interprété comme un acte de résistance contre la pire idole de notre temps », souligne l'initiateur du projet. Vous trouverez des informations sur le projet « Friedensmal für den Menschen » (Un monument en faveur de la paix pour les hommes) sur http://peacememorial.com

Thomas Zieringer (responsable)
post@friedensmal.de (veuillez me contacter de cette manière)
phone: +49-6251-860-91-77
Photos disponibles gratuitement.

LA

SOURCE Friedensmal Wendepunkt e. V