La première solution intégrée de gestion des déchets, cofinancée par l'Union européenne, verra le jour en Hongrie

20 Juin, 2016, 13:18 BST de AmoTerra Corporation

HOPE, Colombie-Britannique, June 20, 2016 /PRNewswire/ --

Cette solution remédiera, par la transmutation, à l'épineux problème des flux de déchets dangereux, et plus particulièrement de déchets radioactifs 

AmoTerra (AMT) et le gouvernement hongrois annoncent leur intention de mettre en place le premier programme global de traitement des flux de déchets, et plus particulièrement des déchets mixtes et matières radioactives, jamais déployé. Doté de technologies de pointe éprouvées, ce système de gestion global intégré permet non seulement de traiter les déchets mais aussi de récupérer de plus grands volumes de matériaux à recycler, revaloriser et vendre.

« Ces technologies constituent une solution logique aux problèmes de décontamination des sites d'enfouissement et décharges à travers le monde en particulier, et à la question des déchets nucléaires en général. Dans le cas d'espèce, notre solution va prolonger la durée de vie des sites d'enfouissement et réduire, nous l'espérons, la nécessité de construire plus », indique Eleonora Anderson-Ahl, directrice générale et co-fondatrice d'AmoTerra Corporation.

« Elle va également permettre de résoudre l'épineux problème des déchets radioactifs dans les différents secteurs de l'industrie. La solution actuelle est d'enterrer et préserver éternellement les déchets. Or, nous avons désormais la possibilité de rendre inactifs, en l'espace de quelques jours et de façon sûre, les matières et matériaux contaminés et de répondre ainsi potentiellement aux inquiétudes parfaitement compréhensibles liées à l'adoption de l'énergie nucléaire en tant que source d'énergie verte. »

« La première étape consiste à caractériser les déchets à l'aide d'un modèle d'évaluation des polluants breveté afin d'apprécier le coût de traitement de chaque flux de déchets et de déterminer s'il est possible de récupérer certains déchets organiques et intermédiaires susceptibles d'avoir une valeur de revente. Aucun capteur, aucune carotte ni aucune onéreuse technique de forage ou d'analyse des sols n'est pour cela nécessaire. Les frais engagés pour cerner le problème et élaborer un plan de dépollution s'en trouvent par conséquent sensiblement réduits », souligne Edward Leung, responsable de la stratégie mondiale d'AmoTerra.

« Notre solution représente un changement de paradigme par rapport au courant de pensée actuel », ajoute M. Leung, ancien responsable de la stratégie environnementale de General Electric.

Le processus de séparation/réduction d'AMT traitera, dans un second temps, les solides et flux d'effluents liquides. Cette réduction du volume des déchets permettra d'allonger le cycle de vie des dépôts existants. Les matériaux recyclables et revalorisés sont récupérés.

« Si le flux de déchets contient des matières radioactives, certains isotopes sont classifiés, séparés et isolés afin d'être traités, lors d'une troisième étape, au moyen du processus d'inactivation d'AMT. Ce processus pyrochimique transmue (transsubstantie) les matières et matériaux, accélérant ainsi leur rythme de décomposition pour le réduire d'une demi-vie, qui est la durée de décomposition naturelle d'un élément, à quelques jours seulement », explique Perry Keister, responsable génie et conception.

« La Hongrie s'est fixé pour objectif de devenir le numéro un mondial de la lutte contre le problème de la gestion des déchets. Il est inconcevable de laisser aux générations futures le soin de régler ce problème grave en l'ignorant tout simplement d'une manière générale ou en se contentant d'enfouir les matériaux contaminés, de les reconditionner et de les enterrer à nouveau », commente Géza Szőcs, conseiller principal auprès du Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Les travaux de construction du premier établissement à vocation commerciale en son genre sur le site d'enfouissement de Püspökszilágyi, à l'extérieur de Budapest, devrait débuter au 2e trimestre 2017. Au nombre des différentes sources de financement de cette grande première industrielle figure l'Union européenne.

AmoTerra Corporation, qui a son siège à Hope en Colombie-Britannique (Canada), est une société d'analyse des données/technologies en ingénierie spécialisée dans les systèmes de gestion des déchets. Ses bureaux européens sont situés à Budapest en Hongrie. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site http://www.amoterra.ca

Renseignements presse : Jacqui Dunne, JacquiDunne@amoterra.ca , +1(604)-796-2857 (Heure du Pacifique)

LA

SOURCE AmoTerra Corporation