La proposition de la Commission européenne va entraîner des milliards de pertes de revenus et provoquer la mise au chômage de centaines de milliers de personnes

06 Septembre, 2012, 08:23 BST de C.E.D.T. Confederation Europeenne des Detaillants en Tabac

BRUXELLES, September 6, 2012 /PRNewswire/ --

Les buralistes de l'Europe entière vont se mobiliser le 6 septembre 2012 pour protester contre les mesures législatives envisagées par la révision de la directive sur les produits du tabac qui va être soumise dans les jours à venir par la Direction générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) de la Commission européenne.

Ces mesures radicales vont aboutir à la suppression de milliards d'euros dans l'économie européenne, favoriser l'explosion du commerce illicite et des activités criminelles associées et entraîner des faillites et le chômage pour des centaines de milliers de personnes dans l'UE.

En dépit de toutes les preuves scientifiques sur leur efficacité et malgré l'avis contraire de la majorité des citoyens européens, exprimé dans la consultation publique organisée par DG SANCO, les options radicales de politique désormais envisagées incluent :

  • Cacher les paquets de cigarettes derrière des étagères hors du regard des consommateurs
  • Uniformiser la forme, le design, l'emballage et le goût de toutes les cigarettes

Malgré les coûts de ces mesures, leurs objectifs manquent singulièrement d'ambition en ne visant qu'une réduction 0,5 % du tabagisme, au cours d'une période de 20 ans. Des objectifs beaucoup plus ambitieux ont été atteints à travers des politiques d'information et d'éducation en faveur de modes de vie plus sains. À l'heure actuelle, nous savons de façon indiscutable que, dans les pays où ces mesures extrêmes de contrôle du tabac ont été appliquées, la vente de cigarettes de contrefaçon ou de contrebande a augmenté de façon vertigineuse.

« Ces mesures démagogiques et totalement inutiles vont réduire les revenus fiscaux et coûter leur emploi à des centaines de milliers de personnes du secteur de la vente au détail, tout en dynamisant le crime organisé, sans aucun effet positif pour la santé publique », déclare M. Giovanni Risso, président national de la Confédération Européenne des Détaillants en Tabac.

À l'heure actuelle, la contrebande et la contrefaçon de cigarettes coûtent plus de 10 milliards d'euros de pertes de revenus fiscaux à l'Europe. Malheureusement, ce chiffre est voué à augmenter, notamment si les mesures proposées sont appliquées. On compte déjà 64,2 milliards de cigarettes de contrefaçon et de contrebande fumées dans l'UE, ce qui représente environ 10 % de la consommation totale.

Nous demandons à l'Europe et à nos représentants institutionnels d'abandonner ces mesures extrêmes et de promouvoir la prévention et l'information à propos de modes de vie sain. Nous souhaitons aussi que, d'une part les buralistes cessent d'être traités comme des criminels et que d'autre part, les citoyens ne soient plus considérés comme n'étant en pleine possession de leurs facultés. À cet égard, nous pensons qu'il est essentiel d'éviter des mesures susceptibles de nuire considérablement à des centaines de milliers de commerçants, à leurs employés et à leurs famille dans l'ensemble de l'UE.

Une Europe qui prétend défendre les PME - la base de l'économie - et qui souhaite protéger les consommateurs, ne peut pas aspirer à devenir un super état paternaliste.

En le devenant, elle interviendrait trop dans les choix individuels des citoyens, favorisant alors une culture de prohibition et la création de milliers de familles sans avenir.

Remarques à l'intention des éditeurs :

Au cours de ses consultations publiques pour la directive sur les produits du tabac en 2011, la Commission européenne a reçu plus de 85 000 soumissions, dont la vaste majorité était opposée aux mesures radicales du contrôle du tabac. La proposition sur la Directive sur les produits du tabac devrait être publiée par la Commission au cours de l'automne.

Des manifestations, impliquant des milliers de commerçants, sont organisées en Italie, en France, en Espagne, en Grèce, en Autriche et en Pologne. Les actions incluent dans plusieurs pays la création par les commerçants d'une « interdiction de l'étalage au point de vente » en couvrant leurs étagères d'un drap et de slogans, l'envoi de lettres aux dirigeants politiques, l'organisation de réunions avec des personnalités politiques et une conférence de presse à proximité de la résidence du président polonais.

Des photos sont disponibles sur demande.

LA

SOURCE C.E.D.T. Confederation Europeenne des Detaillants en Tabac