La transmission électrique est-elle le cancer du marché de l'électricité africain ?

12 Février , 2015, 09:00 GMT de EnergyNet

LONDON, February 12, 2015 /PRNewswire/ --

Tandis que partout sur le continent, les services publics se battent sous nos yeux pour obtenir et évacuer une quantité d'électricité suffisante pour atteindre la charge de base, la transmission de cette énergie s'est très vite révélée comme le plus grand obstacle pour l'accès à l'énergie partout en Afrique.

Actuellement, le secteur de l'énergie fait l'objet de niveaux d'investissements jamais vus auparavant, il n'est désormais plus considéré comme le simple cousin pauvre de l'exploitation. Les investisseurs d'aujourd'hui considèrent l'énergie comme une opportunité si vaste que certains se plaisent à dire que le rendement des géants des télécoms africains serait insignifiant en comparaison.

Cependant, bien que plus de 8 billions de dollars US aient été investis dans des projets entièrement nouveaux dans la seule Afrique du Sud, le transport de l'énergie électrique continue à s'effondrer, en influant sur le paysage social et politique du continent de façon significative. En outre, cette situation peut nuire à la « bancabilité » des projets de prochaine génération déjà en cours de développement.

Après plus 20 années de développement, le Pool énergétique de l'Afrique de l'Est (EAPP), le Pool électrique de l'Afrique australe (SAPP), la Banque africaine de développement, la Banque de Développement de Chine et la Banque mondiale, conjointement avec leurs partenaires du secteur public en Éthiopie, au Kenya, en Zambie, en Tanzanie, au Mozambique, au Zimbabwe et en Afrique du Sud font des progrès qui pourraient enfin mettre un terme à cette crise de l'approvisionnement.

Ces projets pourraient bien être à l'origine d'opportunités incroyables pour l'Afrique de l'Est et du Sud et promouvoir de nombreuses idées allant de l'électrification des townships à un développement industriel de grande amplitude. Cela sera seulement possible si ces pays peuvent maximiser la capacité des fabricants et industriels encore insaisissables en cherchant à tirer profit des zones d'exportation actuellement en cours de développement.

Il suffit de constater les accomplissements des ÉAU pour comprendre comment une économie basée sur les ressources peut transformer les richesses d'un pays en réalisant les investissements en infrastructures appropriés. En revanche, dans certains cas ces investissements essentiels n'ont pas été réalisés, entraînant des troubles économiques et sociaux.

Il faut donc se poser la question suivante : quel président relèvera le défi et constituera un leg sur lequel on pourra lire : « J'ai vraiment apporté l'électricité en Afrique, j'ai vraiment fait la différence » ?

Comme au cours des 17 dernières années, EnergyNet permettra d'aborder ces enjeux majeurs en accueillant 100 principaux décideurs au Kenya du 25 au 27 mars au congrès « Powering East Africa » (http://www.powering-eastafrica.com ). Les principales Institutions financières de Développement (IFD), développeurs d'énergie et sociétés de transmission d'énergie se rassembleront pour influencer le débat et permettre aux participants d'appréhender la situation des réseaux de transmission en Afrique de l'Est à moyen et long terme. Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site http://www.powering-eastafrica.com.

EnergyNet apprécie votre contribution à  ce débat. Pour participer, envoyez-vous un tweet sur @EnergyNet_Ltd #poweringeastafrica ou contactez-nous à l'adresse pe-a@energynet.co.uk

Contact  

Amy Offord, +44(0)20-7384-8068, amy.offord@energynet.co.uk


LA

SOURCE EnergyNet