Lancement de la mission « ScanPyramids » pour percer les secrets des plus grandes pyramides d'Egypte

25 Octobre, 2015, 11:04 GMT de HIP Institute

LE CAIRE, October 25, 2015 /PRNewswire/ --

Le Ministère des Antiquités Egyptien vient d'annoncer le lancement d'un projet égypto-international mettant en œuvre des techniques de détection non-invasives et non-destructives pour scanner les Pyramides Egyptiennes sous le titre Projet « ScanPyramids ».

Pour accéder au Multimedia News Release, veuillez cliquer sur le lien: http://www.multivu.com/players/uk/7671551-scanpyramids-project-launch-egyptian/

« Ce n'est pas parce qu'un mystère est vieux de 4500 ans, qu'il ne faut pas tenter de le résoudre ! ». Telle pourrait être la devise de l'exceptionnelle mission scientifique lancée ce 25 octobre 2015, sous l'égide du ministère égyptien des Antiquités nationales, initiée, conçue et coordonnée par la Faculté des Ingénieurs du Caire et l'Institut français HIP (Heritage, Innovation, Preservation). Radiographie par muons - des particules cosmiques, thermographie infrarouge, photogrammétrie, scanner et reconstruction 3D : les technologies les plus innovantes vont être utilisées par des chercheurs de réputation internationale et trois grandes universités, celles du Caire, l'université Laval de Québec et de Nagoya au Japon, pour sonder, sans y percer le moindre orifice, le cœur des plus grandes pyramides d'Egypte.

La mission scientifique « Scan Pyramids» qui commencera début novembre est d'une ampleur jamais atteinte. Elle portera sur quatre chefs d'œuvre de la IVe dynastie (2575 - 2465). La pyramide Sud, dite rhomboïdale, et la pyramide Nord, dite pyramide rouge, bâties par Snefrou (2575 - 2551) sur le site de Dahchour, à une quinzaine de kilomètres au sud de Saqqarah; ainsi que les pyramides de Kheops et Khephren, fils et petit-fils de Snefrou, élevées sur le plateau de Gizeh à une vingtaine de kilomètres du Caire.

Cette campagne est toute entière dédiée à l'avancée des connaissances. Partage et transfert en sont les maîtres mots. « Notre volonté, explique Mehdi Tayoubi, président de l'institut HIP, est de former un corps d'experts international et de confronter leurs approches théoriques et technologiques à la réalité du terrain archéologique. »

«De nombreuses théories ont été proposées, à la fois pour la construction des pyramides et leurs anomalies de structure, mais nous sommes des physiciens et des ingénieurs, pas des archéologues», insiste Hany Helal, professeur et ancien ministre de la recherche et de l'éducation supérieure, qui dirige la mission pour la Faculté des Ingénieurs du Caire. «Notre objectif est d'utiliser des techniques pour obtenir des résultats concrets. Aux égyptologues ensuite de les interpréter.»

La mission devrait durer au moins jusqu'à fin 2016. Le mystère millénaire qui intrigue archéologues et amateurs d'égyptologie se verra-t-il alors résolu ?  

Plus d'informations sur : http://www.scanpyramids.org 

#ScanPyramids 

A propos de l'Institut HIP : 

L'institut HIP est une structure d'intérêt général à but non lucratif, créée en 2015, dédiée à l'étude, la préservation et la transmission du patrimoine culturel à travers l'innovation technologique. Ses fondateurs travaillent depuis des années à promouvoir une meilleure collaboration entre disciplines innovantes. Hany Helal, tout d'abord, professeur à la faculté des ingénieurs de l'Université du Caire, ancien ministre de la recherche et de l'éducation, qui fut l'un des pionniers de la collaboration entre ingénieurs et archéologues en Egypte. Il a notamment participé à la campagne de microgravimétrie menée par la fondation EDF dans Kheops il y a tout juste 30 ans, qui a révélé d'intrigantes images en sous-densité. François Schuiten, ensuite, célèbre dessinateur de BD, qui a hérité de son père la passion de l'architecture, et notamment travaillé sur de nombreuses scénographies autour de l'urbanisme. Enfin le président de l'Institut, Mehdi Tayoubi, spécialiste en stratégie d'innovation a notamment développé, au sein de Dassault Systèmes, de nombreux projets liés au patrimoine égyptien (Mission robot Djedi, avec l'université de Leeds, pour explorer les conduits de Kheops sous la direction de Zahi Hawass - l'archéologue égyptien / Reconstitution du plateau de Gizeh avec l'université d'Harvard, simulation d'une théorie de construction de Kheops avec Jean-Pierre Houdin - l'architecte français).

L'institut HIP bénéficie du soutien financier, technologique et en compétences d'entreprises sensibles à l'innovation et au patrimoine comme Dassault Systèmes, Schneider Electric, Parrot, NHK. Pour devise, l'institut HIP s'est choisi une phrase empruntée au poète Aimé Césaire : "La voie la plus courte pour l'avenir est toujours celle qui passe par l'approfondissement du passé".

Site officiel : http://www.hip.institute/

@HIP_i_

     (Photo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20151023/279958 )

 


Video: 
     http://www.multivu.com/players/uk/7671551-scanpyramids-project-launch-egyptian/

LA

SOURCE HIP Institute