L'Azerbaïdjan boycottera la session Euronest le mois prochain en Arménie

11 Février , 2015, 11:08 GMT de Azerbaijan Monitor

BAKOU, Azerbaïdjan, February 11, 2015 /PRNewswire/ --

L'Azerbaïdjan boycottera la Quatrième session ordinaire de l'Assemblée parlementaire Euronest qui se déroulera en Arménie à partir du 16 mars en raison des « violents actes criminels » d'Erevan à leur encontre.

D'après l'Azerbaïdjan, l'autorisation donnée à l'Arménie de recevoir cet événement est une preuve de plus que les institutions en Europe aident le pays à ne pas reconnaître sa responsabilité quant à son occupation illégale et permanente du Haut-Karabakh et des territoires adjacents.

Le Président de la Délégation azerbaïdjanaise auprès de l'Assemblée parlementaire Euronest, Elkhan Suleymanov, a déclaré que l'Arménie s'est en réalité elle-même exclue de tout autre engagement européen après avoir consenti à participer à l'Union économique eurasienne créée par Moscou (UEE). Au vu de cette situation, il a ajouté : « Le fait que la session plénière de l'Assemblée parlementaire Euronest se tienne dans ce pays dans de telles circonstances est la preuve que les décisions politiques prises par l'Arménie sont approuvées (par l'Europe). »

Il souligne toutefois que le problème de l'adhésion à l'UEE est secondaire face au désintéressement des institutions en Europe, y compris d'Euronest, en ce qui concerne la responsabilité de l'Arménie pour les actes commis.

« L'assemblée parlementaire Euronest n'est pas une institution capable de résoudre la question du Haut-Karabakh et des autres territoires occupés en Azerbaïdjan, et cela n'est pas nouveau. »

« Cette organisation maintient l'Arménie sous sa coupe et tente de protéger le pays de toute sanction et responsabilité concernant les violents actes criminels commis à l'encontre de l'Azerbaïdjan », a-t-il expliqué.

L'Arménie est récemment devenue membre de l'UEE, qui comprend également la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan. Selon les observateurs, l'adhésion de l'Arménie à cette union, en dépit des nombreuses protestations dans le pays, est la preuve de sa dette envers Moscou qui, depuis des décennies, lui a apporté son soutien financier et militaire afin de maintenir l'occupation du Haut-Karabakh.

Ce territoire est désormais occupé depuis plus de vingt ans, malgré les résolutions émises par les Nations unies, le Parlement européen, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et d'autres institutions internationales qui ont appelé l'Arménie à se retirer immédiatement.

Une réunion du bureau de l'Assemblée parlementaire Euronest abordera cette semaine à Strasbourg la session Euronest qui aura lieu entre le 16 et 18 mars à Erevan.

 

LA

SOURCE Azerbaijan Monitor