L'Azerbaïdjan met en garde le Parlement européen contre une vision sélective du 'génocide'

17 Avril, 2015, 14:50 BST de Azerbaijan Monitor

BAKOU, Azerbaïdjan, April 17, 2015 /PRNewswire/ --

À la suite de la résolution du Parlement européen (PE) qualifiant de « génocide » les pertes arméniennes durant la Première Guerre mondiale, l'Azerbaïdjan a mis en garde les députés européens contre l'adoption d'une vision sélective de l'histoire susceptible de déstabiliser une « région déjà sensible ».

Selon Elkhan Suleymanov, vice-président de l'Assemblée parlementaire Euronest, cette résolution non contraignante a été adoptée mercredi sans que les institutions européennes, dont le PE, aient consenti à « rappeler l'Arménie à l'ordre » à propos du massacre de Khojaly en 1992 et du massacre des Azéris perpétré il y a 110 ans.

Comme il l'a souligné, ce type de résolution risque d'attiser des rancœurs anciennes à un moment de grande tension dans toute la région. Monsieur Suleymanov a fait à un parallèle avec la rupture entre l'Ukraine et la Russie, qui reste « très dangereuse pour les générations à venir ».

« Plutôt que de prôner la coexistence pacifique, la tolérance et la solidarité entre les peuples turc et arménien, vous avez attisé la haine et l'hostilité entre les deux pays », a-t-il déclaré jeudi.

Monsieur Suleymanov a remis en cause la priorité donnée par le Parlement européen à des évènements historiques plutôt qu'à des conflits en cours dangereux. Malgré l'adoption, par une foule d'organismes internationaux, dont le Conseil de sécurité des Nations unies et le Parlement européen, de résolutions appelant à son retrait immédiat, l'Arménie continue d'occuper environ 20 % du territoire azerbaïdjanais. Le fait que ces résolutions aient été ignorées ces 23 dernières années, a ajouté M. Suleymanov, ne préoccupe pas ces instances internationales.

« Les pays hors UE commencent à avoir du mal à comprendre votre politique étrangère », a indiqué M. Suleymanov au lendemain de la résolution sur le « génocide ».

« C'est peut-être pour cette raison que de nombreux citoyens européens éprouvent un sentiment croissant de méfiance et de déception à l'égard du Parlement européen. »

Durant l'été 2014, les hostilités ont repris sur la ligne de contact entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, faisant de nombreuses victimes. Le PE soutient le travail du groupe de Minsk en vue du règlement du conflit bien que peu de progrès aient été réalisés depuis sa création, il y a 23 ans.

Dans l'intervalle, la Turquie s'est opposée à la résolution sur le « génocide », précisant que des centaines de milliers de Turcs et d'Arméniens chrétiens avaient perdu la vie dans le conflit opposant l'armée ottomane à l'empire russe pendant la Première Guerre mondiale.


LA

SOURCE Azerbaijan Monitor