L'Azerbaïdjan qualifie la proposition de résolution du Parlement européen concernant les prisonniers de « distraction » et d'« ingérence juridique »

18 Septembre, 2014, 11:33 BST de Azerbaijan Monitor

BAKOU, Azerbaïdjan, September 18, 2014 /PRNewswire/ --

Selon une déclaration faite aujourd'hui par un membre du Parlement d'Azerbaïdjan, la proposition de résolution du Parlement européen réclamant la libération de prisonniers incarcérés en Azerbaïdjan et confrontés à un procès pénal ouvert au public représente une attaque du système juridique azerbaïdjanais et une « ingérence directe dans une enquête criminelle ».

La proposition a été déposée par Alexander Graf Lambsdorff (député allemand au Parlement européen) et le groupe ALDE. Elle réclame la libération de Leyla Yunus et de son mari qui font l'objet d'une série d'accusations, y compris une accusation de détournement de fonds auprès d'un ensemble d'ONG qu'ils animaient en Azerbaïdjan.

Elkhan Suleymanov, Président de la délégation azerbaïdjanaise auprès d'EuroNest PA, a qualifié la proposition d'« ingérence directe dans une enquête (criminelle) », ajoutant que l'affaire de Leyla Yunus faisait suite à la campagne de lutte menée par Bakou contre la corruption et les malversations.

Elle est accusée d'avoir détourné des centaines de milliers d'euros auprès d'organisations dans lesquelles elle était impliquée, notamment l'Institut pour la paix et la démocratie, ainsi que la Société des femmes d'Azerbaïdjan pour la paix et la démocratie en Transcaucasie.

Elkhan Suleymanov a déclaré que ces faits ont été révélés suite aux réformes entreprises conformément aux meilleures pratiques internationales. Mais à présent, certains députés au Parlement européen souhaitent faire obstacle aux procédures juridiques régulières par le biais de cette proposition.

« J'aimerais souligner que des changements et amendements ont été récemment apportés à la législation afin de renforcer la transparence des activités menées par les organisations non gouvernementales », a-t-il précisé.

« Ces changements et amendements concernent aussi bien le secteur privé que le secteur public. Ils s'inscrivent dans les mesures exhaustives qui ont été prises pour lutter contre la corruption dans toutes les sphères de la société azerbaïdjanaise. »

Défenseur des droits d'un million de personnes déplacées à cause de l'occupation arménienne du Haut-Karabakh et des territoires environnants, Elkhan Suleymanov a de nouveau déclaré que les législateurs européens se montraient sélectifs à l'égard des enjeux qu'ils défendent.

« Si M. Lambsdorff et ses collègues de l'ALDE souhaitent réellement garantir le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, alors pourquoi ne s'interrogent-ils pas sur le rétablissement des droits de l'homme qui ont été bafoués pour des centaines de milliers d'Azerbaïdjanais en raison de l'occupation arménienne ? », a-t-il demandé dans une lettre ouverte adressée aux dirigeants du Parlement européen.

Il a fait remarquer que cette occupation perdurait malgré les résolutions adoptées par des entités internationales comme le Parlement européen et le Conseil de sécurité des Nations Unies qui appelaient l'Arménie à retirer ses troupes des territoires occupés. Elles ont toutes été ignorées.

Il a conclu en déclarant que cette récente proposition contribuait à détourner l'attention de ce problème bien plus important.

 

LA

SOURCE Azerbaijan Monitor