Le Bata Shoe Museum propose une nouvelle exposition sur les dangers de la mode

19 Juin, 2014, 16:20 BST de Bata Shoe Museum

TORONTO, June 19, 2014 /PRNewswire/ --

Le Bata Shoe Museum est heureux d'annoncer l'ouverture de sa nouvelle exposition Fashion Victims: The Pleasures and Perils of Dress in the 19th Century. (Les victimes de la mode : les joies et dangers des tenues au 19e siècle).

Arborant des tenues coûteuses de la tête aux pieds, le tout assorti de chaussures élégantes, les femmes à l'avant-garde des tendances honoraient de leur présence haute en couleurs les boulevards et salles de bal. Leur compagnon respectif était tout aussi élégant et raffiné avec leur manteau noir, leurs vêtements en toile de lin d'un blanc immaculé, leur chapeau haut-de-forme bien lustré et leurs bottes bien cirées. Cependant, le fait d'arborer une telle élégance n'était pas sans dangers pour les créateurs et les amateurs de mode.

Cette exposition, consacrée aux joies et dangers liés à la mode, a été organisée par Elizabeth Semmelhack (conservatrice en chef au Bata Shoe Museum) et le Dr. Alison Matthews David (maître de conférences à l'Université Ryerson). Elle s'appuie notamment sur les recherches du Dr. Matthews David à propos des risques posés par les tenues au 19e siècle. En plus de mettre en lumière des modèles magnifiques de chaussures et de tenues du 19e siècle, l'exposition conte également de nombreux récits, souvent inédits, sur le thème de la mode et de la création. Elle aborde également : les risques posés par les tenues et chaussures teintes en vert arsenic ; le sort des chapeliers fous ; l'empoisonnement au mercure ; l'impact des corsets contraignants et les chaussures d'une étroitesse invraisemblable. L'exposition s'intéresse également aux mutations du secteur de la mode, de l'artisanat indépendant au travail fragmenté effectué dans des greniers ou des ateliers. Par ailleurs, la transition entre la cordonnerie traditionnelle et la fabrication en usine est mise en exergue, tout comme le rôle crucial joué par les ouvriers (de la couturière au cireur de chaussures) qui ont aidé à véhiculer cette image considérée comme dans l'air du temps.

Riche de plus de 90 artéfacts provenant des vastes collections du Bata Shoe Museum et enrichie par des prêts issus de collections privées, l'exposition met en valeur des tenues qui couvrent le siècle entier ; des chaussures mauves teintes à l'aide des premiers colorants dérivés du goudron de houille (invention de 1856) ; de magnifiques bottes brodées à la main et fabriquées par la cordonnerie unique de François Pinet à Paris ; des bottes Adelaide infiniment étroites et des gants portés par l'impératrice Élisabeth d'Autriche, mais également un corset doté d'un tour de taille de 16 pouces issu de la collection Cleaver/Suddon.

Fashion Victims: The Pleasures & Perils of Dress in the 19th Century sera proposé jusqu'au mois de juin 2016.

Image avec légende : « François Pinet, chausseur français, fin des années 1870 - début des années 1880. Collection du Bata Shoe Museum. Image (c) Bata Shoe Museum, Toronto, Canada (photo : Ron Wood). (CNW Group/Bata Shoe Museum) ». Image disponible à l'adresse : http://40rhel5streamview01.newswire.ca/media/2014/06/18/20140618-756123-41551-e7c48354-4a7a-4a38-aab6-f365b8cc3dc6.jpg

Pour tout complément d'information :

Rosmarie Gadzovski
Bata Shoe Museum
rosmarie@batashoemuseum.ca
+1-416-979-7799 poste 225

LA

SOURCE Bata Shoe Museum