Le Comité Français pour un Iran Démocratique s'indigne d'apprendre que les promesses du gouvernement irakien et du représentant spécial de l'ONU, Martin Kobler sont sans cesse piétinées

26 Juillet, 2012, 17:24 BST de Comité Français pour un Iran Démocratique

PARIS, July 26, 2012 /PRNewswire/ --

Le CFID apprend, avec stupeur, que contrairement aux engagements de M. Kobler, la Mission d'Assistance des Nation-Unis en Irak vient d'informer les représentants des résidents du camp d'Achraf qu'ils n'ont aucune possibilité de transférer leurs biens au Kurdistan irakien ou vers d'autres pays.

Pourtant, M. Kobler s'était engagé en 2011 auprès des habitants: «nous allons poursuivre la discussion en vue de parvenir à une solution qui respecte les droits de propriété des résidents de façon organisée dans le cadre de la loi irakienne ».

Il est vrai qu'à cette époque la MANUI voulait à tout prix convaincre les habitants d'abandonner leur cité moderne d'Achraf pour le camp Liberty, dépourvu des infrastructures nécessaires. M. Kobler avait alors signé un protocole d'accord avec le gouvernement irakien dans ce sens sans avoir l'aval des principaux concernés.

Aujourd'hui, le refus irakien, laisse planer le doute sur les intentions du gouvernement de s'approprier plus de 500 millions de dollars des biens mobiliers et immobiliers des résidents d'Achraf devant la passivité de l'ONU.

Rappelons que 49 résidents  ont été tués et plus d'un millier blessés lors des attaques de juillet 2009 et d'avril 2011 par les forces irakiennes. L'enquête impartiale promise par l'ONU sur ces crimes n'a jamais été lancée.

Les propos de M. Kobler au Conseil de sécurité, la semaine dernière avait déjà suscité l'indignation quand à l'expression de sa gratitude au gouvernement irakien malgré les violations systématiques des engagements. il ne faut pas douter que le gouvernement irakien s'apprête non seulement à spolier les habitants d'Achraf mais à leur infliger un nouveau massacre.

Sous l'accord tacite de l'ONU,  le gouvernement irakien a refusé de fournir 75% des requêtes minimales en matière humanitaire des habitants, notamment concernant l'eau et d'électricité, les véhicules utilitaires, les chariots élévateurs, les équipements nécessaires à la construction d'ombrages, et d'aménagements pour les malades. Avec la canicule sans précédent en Irak (51° à l'ombre) et l'aggravation de la pénurie d'eau à Liberty, les vies de 2000 réfugiés iraniens sont en danger.

L'attitude partiale de M. Kobler en faveur du gouvernement Maliki et du régime iranien contre son opposition, est inacceptable. On ne peut demander aux habitants de renoncer à leurs droits minimaux et à leurs requêtes légitimes et légales.


LA

SOURCE Comité Français pour un Iran Démocratique