Le Festival international du film de Tokyo organise une rencontre avec les experts conjointement au Festival international du film HISTORICA de Kyoto

16 Novembre, 2015, 07:15 GMT de Tokyo International Film Festival

TOKYO, 12 novembre 2015 /PRNewswire/ -- Le Festival international du film de Tokyo (TIFF) a tenu un atelier appelé « Kyoto Filmmakers Lab » du 25 au 30 octobre, en collaboration avec le Festival international du film HISTORICA de Kyoto, au théâtre Ooe Nohgakudo chargé d'histoire. Un nouveau programme, « Masters Session » (rencontre avec les experts) a été ajouté pour soutenir l'évolution constante des jeunes cinéastes et pour favoriser leur succès dans l'industrie du cinéma. Le TIFF a organisé pour l'une des « Masters Session » et les membres du jury du TIFF des catégories « Asian Future » et « Japanese Cinema Splash » une conférence stimulante intitulée « Le présent et l'avenir du cinéma asiatique : le point de vue du cinéma asiatique », modérée par Mako Tanaka (directeur de l'office du film de Kobe). 78 participants venant de 19 pays et régions ont assisté à cette séance.

Photo 1 : http://prw.kyodonews.jp/prwfile/release/M102849/201511115512/_prw_OI1fl_md6nVmdo.jpg

Photo 2 : http://prw.kyodonews.jp/prwfile/release/M102849/201511115512/_prw_OI2fl_ZE19KwD4.JPG

Pendant la séance, les intervenants invités, à savoir Jacob Wong (programmateur du Festival international du film de Hong Kong), Olivier Pere (directeur exécutif, ARTE France Cinéma), Tatsushi Omori (directeur), Mark Peranson (directeur de la programmation du Festival du film de Locarno) et Jeane Huang (organisatrice du Festival du film Urban Nomad de Taiwan) ont débattu de la situation actuelle de l'industrie du cinéma et des cinéastes indépendants dans leurs régions et pays respectifs.

À propos de la situation au Japon, M. Omori a dit que bien que beaucoup de films indépendants soient produits, il y a actuellement moins de films à moyen budget réunissant des qualités artistiques et commerciales que par le passé.  

M. Pere a expliqué que la situation en France est différente en termes de soutien que le gouvernement apporte au cinéma et que les chaînes de télévision françaises sont tenues d'investir dans la production cinématographique, surtout ARTE qui a un intérêt particulier pour épauler de nouveaux cinéastes. M. Wong de Hong Kong a parlé de la situation en Chine continentale ainsi que de celle à Hong Kong. En Chine continentale, les grandes entreprises du web sont particulièrement bien placées pour investir dans des contenus et les fournir, car 60 % des images en mouvement produites en Chine continentale sont désormais vues sur les téléphones portables ou les tablettes des consommateurs, et il y a aussi une très forte demande en termes de contenus. M. Wong a affirmé que grâce à cette situation, les cinéastes indépendants ont le vent en poupe, et que les grands sites web produisent désormais également des films. Il a ajouté que les jeunes cinéastes pouvaient donc prendre le chemin de leurs studios et produire des films pour ces sociétés. Après la séance du jury, s'est tenue une session de questions et réponses avec le public.

LA

SOURCE Tokyo International Film Festival