Le ministre britannique des Affaires étrangères note des progrès dans le processus d'intégration européenne de l'Ukraine

23 Octobre, 2013, 16:31 BST de Worldwide News Ukraine

KIEV, Ukraine, October 23, 2013 /PRNewswire/ --

Le Royaume-Uni soutient les perspectives européennes de l'Ukraine et estime que Kiev a réalisé d'importants progrès, obligatoires pour la signature de l'Accord d'association avec l'UE. Dixit le premier secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth de Sa Majesté, William Hague, avant la réunion des ministres des affaires étrangères européens au Luxembourg, selon Ukrinform.

Dans sa déclaration, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, précise que ce qui se passe en Ukraine ne tourne pas uniquement autour d'une personne (Ioulia Timochenko - Éd.) mais fait référence aux importantes réformes menées avec succès par le pays. Il ajoute que d'autres progrès ont été réalisés quant à la problématique de la justice sélective, des élections et de la réforme judiciaire ukrainiennes. En conclusion, le haut-dignitaire britannique espère que Kiev satisfera à l'ensemble des conditions sine qua non à la signature de l'Accord d'association avec l'UE, prévue fin novembre à Vilnius.

Cet espoir a été repris par les hauts fonctionnaires de nombreux pays européens, notamment l'Autriche, la République tchèque, l'Estonie, l'Allemagne, la Lituanie, la Pologne et la Slovaquie.

Lors d'une entrevue récente avec le Président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, le président estonien, Toomas Hendrik Ilves, a exprimé son soutien à la signature de l'Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine prévue au sommet du Partenariat oriental à Vilnius. Unian rapporte qu'il ajoute que l'Ukraine constitue déjà une partie de l'Europe. Il exprime en outre son mécontentement face aux pressions de tiers exercées sur l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie en ce qui concerne l'orientation de leurs politiques étrangères.

Les experts européens considèrent notamment que la signature de l'Accord entre l'Ukraine et l'UE constitue une étape primordiale de l'évolution du Partenariat oriental de l'UE. Telle est l'opinion exprimée par Tom Casier, Brussels School of International Relations, Université de Kent, Amanda Paul, European Policy Center, Christian Forstner, Hanns Seidel Stiftung et Ina Kirsch, European Centre for a Modern Ukraine, dans leurs commentaires pour Interfax de la mi-octobre.

L'échec de l'UE à collaborer avec ses voisins portera atteinte à sa crédibilité, suggère Amanda Paul. De plus, les progrès de la Géorgie et de la Moldavie dépendent du sérieux de la coopération entre l'UE et l'Ukraine. Étant donné que l'Ukraine est le principal membre du Partenariat oriental, c'est toute la politique du Partenariat oriental qui devra être remaniée si l'AA avec l'Ukraine ne devait pas être signé, affirme Christian Forstner.

LA

SOURCE Worldwide News Ukraine