Le National Coal Council publie le nouveau rapport pour le secrétaire à l'Énergie des États-Unis : « Leveling the Playing Field for Carbon Capture and Storage Technology » (Uniformiser les règles du jeu pour les technologies de captage et de stockage du dioxyde de carbone)

13 Novembre, 2015, 15:45 GMT de National Coal Council

WASHINGTON, le 13 novembre 2015 /PRNewswire/ -- Le National Coal Council (NCC - Conseil national du charbon) a publié aujourd'hui un nouveau rapport qui appelle à la création de conditions équitables pour déployer les technologies de captage et de stockage du dioxyde de carbone (CSS) pour les secteurs du charbon, du gaz naturel et industriels d'ampleur commerciale.

Le livre blanc offre des recommandations pour créer une « parité politique » en vue de réaliser divers objectifs en matière de politique énergétique et examine l'état d'avancement du développement des énergies propres, y compris le charbon.  Les auteurs ont apporté une analyse des lacunes qui définit la différence entre la trajectoire actuelle du CCS et ce qui est nécessaire pour stimuler son évolution.

Le livre blanc a été commandé par le secrétaire à l'Énergie des États-Unis Ernest Moniz, au préalable de la Conférence des Parties des Nations Unies qui aura lieu ultérieurement ce mois-ci. Le NCC a été accrédité en 1984 dans le cadre de la loi Federal Advisory Committee Act (FACA) pour conseiller, informer et faire des recommandations au secrétaire à l'Énergie des États-Unis sur des sujets liés à la politique et à la technologie en matière de charbon. 

« Le charbon continuera d'être une source majeure d'électricité aux États-Unis et dans le monde entier pour les décennies à venir », a déclaré le président du NCC Jeff Wallace, vice-président à la retraite de Fuel Services pour Southern Company. « Le monde a besoin du CCS pour atteindre ses objectifs environnementaux et le CCS offre la meilleure opportunité pour capter, utiliser et stocker des volumes significatifs de dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles ».                                          

Près de 87 % de l'énergie mondiale est fournie par les combustibles fossiles et le charbon est de loin le combustible fossile le plus abondant en termes de réserves.  Le charbon fournit 44 % de l'électricité mondiale. Le charbon restera le combustible dominant pour l'énergie en 2035, comptant pour près d'un tiers de l'électricité selon le rapport Energy Outlook 2035 de BP. Actuellement, plus de 2200 unités de charbon sont en construction et sont planifiées dans le monde.

Le président du rapport du NCC Glenn Kellow, président-directeur général de Peabody Energy, a expliqué que le département de l'Énergie des États-Unis dirige un programme de recherche et de développement réussi pour encourager de manière précoce le développement des technologies CCS, mais que pour autant un plus grand soutien est nécessaire pour porter le CCS à un niveau commercial. 

« Nous pensons que les recommandations contenues dans ce rapport permettront d'obtenir les avancées nécessaires pour commercialiser cette technologie essentielle et contribueront à guider les décisions concernant les usines mondiales qui fonctionneront dans les années à venir », a déclaré Kellow.  « Ce rapport se penche sur la voie des émissions presque nulles, qui est reconnue par les leaders mondiaux comme essentielle aux objectifs en matière de dioxyde de carbone », a déclaré Kellow. 

Parmi les principales recommandations du rapport, citons notamment :

  1. Incitations financières : Les incitations financières pour le CCS doivent être substantiellement augmentées et élargies pour inclure les incitations disponibles pour les autres sources d'énergie propre.  Les incitations devraient être accentuées et conçues en reconnaissant, à l'instar de l'éolien et du solaire dans les années 90, que le CCS est une technologie immature comportant des risques initiaux et des dépenses en immobilisations élevées.  Le risque pour le capital doit être réduit et les incitations en matière d'exploitation sont importantes pour assurer un flux de rentrées à long terme et atténuer les coûts directs pour les consommateurs.
  2. Améliorations réglementaires :  Un schéma directeur réglementaire unique en son genre est nécessaire pour supprimer les barrières à la construction et au développement des projets de CCS. Ce schéma directeur serait applicable aux centrales électriques et aux usines de captage du dioxyde de carbone et s'appliquerait au transport et à l'injection.   
  3. Recherche, développement et projet témoin :  Le département de l'Énergie des États-Unis doit être un catalyseur pour les projets témoins d'ampleur commerciale et de tels projets doivent commencer immédiatement.  Le NCC pense que les États-Unis doivent définir un objectif de mise en ligne de 5 à 10 gigawatts de projets d'ampleur commerciale d'ici 2025 et le développement doit commencer dès à présent. 
  4. Communication et collaboration : Le département de l'Énergie des États-Unis doit garantir aux décideurs politiques et autres parties prenantes des États-Unis et mondiaux que les combustibles fossiles seront utilisés dans les prochaines décennies dans une plus grande mesure qu'à l'heure actuelle et que le CCS est par conséquent une nécessité.  Le département de l'Énergie des États-Unis devrait initier une collaboration internationale pour soutenir le déploiement rapide de 5 à 10 gigawatts de projets témoins d'ampleur commerciale en plus des projets américains.

En évaluant la parité politique pour le CCS, le NCC a noté que les énergies renouvelables américaines ont reçu 12 fois plus de subventions fédérales que le charbon en 2013 alors que les énergies combustibles ont produit 79 % de l'énergie américaine, contre 11 % pour les énergies renouvelables. 

La vice-présidente exécutive et la directrice de l'exploitation de NCC Janet Gellici a noté que le NCC dispose d'une longue tradition en matière de développement d'études et de rapports appuyant le déploiement des technologies CCS pour respecter les objectifs mondiaux ambitieux en matière d'environnement.

Le livre blanc Leveling the Playing Field du NCC est le dixième rapport préparé par le Conseil pour le secrétaire à l'Énergie des États-Unis sur les technologies et politiques de gestion du dioxyde de carbone depuis l'an 2000, a déclaré Gellici.  Le président du rapport technique et principal auteur de NCC est Fred Eames, Hunton & Williams, avec Janet Gellici comme auteur collaborateur.

Les membres du conseil sont nommés par le secrétaire à l'Énergie des États-Unis et œuvrent sans aucune indemnisation.  Une liste des membres du conseil disponible auprès du bureau du NCC à l'adresse info@NCC1.org ou au 202-756-4524. 

LA

SOURCE National Coal Council



Liens connexes

http://www.nationalcoalcouncil.org