Le nouveau défi : un « retour aux bases »

19 Juin, 2015, 16:28 BST de InConTra

MILAN, June 19, 2015 /PRNewswire/ --

Des preuves scientifiques et des conseils nutritionnels pour une meilleure vie

Lors d'EXPOMilano2015, les aliments et la nutrition ont fait l'objet de la réunion internationale « Back to Basics » (retour aux bases) à laquelle des médecins, des scientifiques et des personnalités de renom du monde entier ont participé. Parmi les participants se trouvaient l'Australien Robert Gibson, l'Italien Carlo La Vecchia, le Britannique Sumantra Ray, la Sud-Africaine Christine Venter, le Suisse Luc Tappy et l'Israélien Raanan Shamir.

     (Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20150619/749274 )

De nombreux sujets ont été abordés, principalement le caractère indispensable des preuves scientifiques dans toutes les recherches relatives aux aliments et à la nutrition, en commençant par l'élément que le Professeur Bier a souvent défini comme étant le seul corroboré par la science dans ce domaine, à savoir qu'un déséquilibre entre les calories ingérées et les calories consommées engendre chez une personne un surpoids ou une insuffisance pondérale.

Pendant la réunion, l'accent a été mis sur l'importance de l'approche holistique, et sur sa capacité à analyser les aliments dans toute leur complexité. Selon le Professeur Gibson, « les principes qui se focalisent sur des nutriments spécifiques doivent être évalués de manière critique : la nourriture doit être considérée dans sa complexité et dans le cadre d'habitudes alimentaires. »

Cette position s'oppose fortement à l'approche réductionniste, qui se focalise sur des critères nutritionnels individuels ayant été dernièrement utilisés pour suggérer des approches telles que la « traffic light food » au Royaume-Uni (un système d'étiquetage basé sur des codes de couleur), ou plus largement à ce que l'on appelle les « profils nutritionnels ». Il a été prouvé de nombreuses fois que cette approche avait des limites pour ce qui est de fournir des principes nutritionnels, engendrant notamment des campagnes nuisibles de diabolisation de certains nutriments (les graisses et le sucre en particulier). À ce sujet, le Professeur Tappy a déclaré : « La vision réductionniste d'ingrédients particuliers a, par le passé, proposé des théories remettant en question les récentes conclusions sur les graisses ». Le Professeur s'est ensuite focalisé sur le cas spécifique du sucre : « Aujourd'hui, le sucre semble remplacer la graisse, mais sans une approche holistique pour évaluer la nutrition dans son ensemble, on peut facilement prédire que ces hypothèses seront bientôt réfutées par la science ».

Un accent supplémentaire a été mis sur la critique d'études observationnelles (épidémiologie), commençant par les observations de deux érudits parmi les plus célèbres au monde, John Ioannidis et Peter C. Austin, expliquant qu'il serait méthodologiquement inadéquat de démontrer toute relation de cause à effet entre les troubles de la santé et la consommation de nutriments en particulier.

Par ailleurs, pendant la réunion, ils ont parlé du concept générique de régime équilibré, nécessaire malgré les différences diététiques dans le monde. Il a aussi été question du besoin de créer une convergence bien-pensante de tradition et d'innovation dans le domaine des pratiques alimentaires et de l'évaluation correcte du rôle que joue le goût, en tant que facteur essentiel dans le choix des aliments pour tout un chacun.

LA

SOURCE InConTra